boutef

L’Algérie aura-t-elle enfin un gouvernement ? Les Algériens peuvent enfin y croire. Dans un communiqué publié ce matin, le président de la République a appelé, malgré sa grippe aiguë, l’ensemble des dirigeants algériens résidant à Paris à quitter la capitale française dans les plus brefs délais. Ils sont invités également à faire preuve de vigilance suite à la situation chaotique que vit la France depuis le soulèvement des gilets jaunes. La présidence profite de ce communiqué pour rappeler aux ministres, députés et militaires leur importance. “Soyez vigilants, vous êtes irremplaçables : l’Algérie ne pourra jamais trouver pire que vous”

Bienvenue dans votre patrie !

Pour rapatrier ses ministres, le gouvernement vient de mettre en place un pont aérien Alger-Orly. Selon Air Algérie, ils sont plus de 2000 dirigeants avec leurs familles bloqués aux aéroports parisiens. La compagnie nationale consacre 10 avions pour assurer leur retour. Les premiers arrivés sont le ministre de la santé qui se trouvait depuis vendredi au rayon appareils électroniques pour s’acheter des piles, Tahar Hadjar pour veiller sur inscription de son fils à Nanterre et le ministre de l’habitat Abdelwahid Temmar résidant dans un logement promotionnel à Neuilly. “Franchement, pas de bol cette année ! On a voulu terminer 2018 en France, on très est bien ici, avec mes collègues ministres. On sort ensemble, on rigole, on savoure, mais apparemment le peuple nous a tellement envié qu’on va devoir tout quitter pour le retrouver la bas, ya latif, ils nous apportent la poisse” regrette Houda Feraoun.

Dès leur arrivée, les ministres vont probablement ouvrir leurs dossiers poussiéreux, rangés dans le placard du coin depuis quelques années. Certains citoyens s’enthousiasment sur les réseaux sociaux en espérant que des problèmes majeurs comme le chômage, le logement et la santé vont enfin être traités, ou pas.

Une visite de courte durée

Agacés par leur rapatriement inopiné, les ministres algériens interpellent le président Bouteflika pour résoudre cette crise. “Natalbou me doula direlna hal (On appelle l’état à nous trouver une solution) Ici ce n’est pas chez nous”. “Bouteflika doit recevoir les gilets jaunes pour faire sortir la France de cette impasse ! On ne peut pas rester longtemps en Algérie, on va mourir de Qounta ou d’asphyxie” explique le porte parle du gouvernement.

Selon certaines indiscrétions, l’Algérie va intervenir en subventionnant l’essence en France. Tous les taxes carbones vont être annulées. L’AADL s’engage également à construire des logements dans les banlieues parisiennes, 85 % des colères du mouvement seront absorbées, estime le gouvernement algérien. Ce dernier rassure ses ministres, ils passeront les fêtes de fin d’année à Paris, le samedi 22 décembre, il n y aura aucun gilet jaune, sauf celui de Bedoui par faute de goût vestimentaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Inscrivez-vous à notre Newsletters

Restez informé, ne ratez plus aucun article d'El Manchar !

Vous pourriez aimer aussi

France : Le gouvernement algérien appelle à la cessation des violences : “Nous avons un Noël à fêter à Paris”

La contestation des gilets jaunes se poursuit en France pour le quatrième…

Champs-Élysées : Saidani sort sa darbouka pour mettre l’ambiance à la manifestation des gilets jaunes

Décidément, les Gilets jaunes ne lâchent pas. Comme chaque samedi, des milliers…

Les conteneurs d’ordures saisis étaient de la matière première destinée à la production des articles d’Ennahar

Les services des douanes du port de Béjaïa ont opéré, cette semaine,…