rebrab

Le gouvernement français a décidé d’augmenter les frais de scolarité des étudiants non-européens. A partir de la rentrée 2019, les étudiants étrangers résidant hors espace Schengen devront s’acquitter la peau de leurs fesses pour financer leurs études. Campus France vient de remplacer relevés de notes par relevés de banque dans le dossier de visa étudiant. “Faute de programme politique, Macron a eu recours aux programmes scolaires pour renflouer les caisses de l’état.

Une nouvelle stratégie qui inquiète l’Algérie, 1er exportateur de cerveaux, dont le nombre d’étudiants en France dépasse celui en Algérie. Les Algériens, exceptés, les fils des hauts fonctionnaires qui ont la double, devront donc payer plus cher, voire rien du tout, puisque la majorité d’entre vont devoir recourir au large d’Annaba pour rejoindre l’Europe. Seules quelques fortunes du pays se disent prêts à aller au bout des rêves de leurs enfants quelque soit le prix. C’est le cas de Isaad Rebrab qui s’est permis la plus grosse folie de sa vie.

Un master payé cash

L’homme le plus riche d’Algérie après Tliba en cholesterol, refuse donc de céder à ces nouvelles mesures restrictives. Il vient de vendre à l’état français plus de 82.3% de Cevital pour financer les 2 années d’études de son fils cadet, Izhar. “J’ai bâti toute cette fortune pour une seule raison : assurer le bonheur de mes enfants. Les autres se débrouillent bien, mais mon plus jeune est encore en construction. Je suis prêt à mettre le paquet pour lui assurer des études de bonnes qualités et un niveau de vie digne de mon nom. J’ai 74 ans et je sais pertinemment que je ne vivrais pas autant que Bouteflika. L’avenir appartient à mes mômes. Rien ne vaut le bonheur de mes enfants, aujourd’hui je suis tranquille” explique-t-il.

Les réseaux sociaux sont ébullition après cette décision inattendue. Certains se disent choqués. “Pourquoi laisser l’agroalimentaire et l’immobilier et investir autant sur un jeune de 20 ans ?”. D’autres comprennent sa décision “Rebrab est un le renard des affaires. Il va trouver un autre Général Toufik et se fera aider pour reconquérir sa fortune, dans 5 ans, il récupérera tout” estime un internaute.

Haddad refuse “le chountej”

Contrairement à Rebrab, Ali Haddad refuse de payer une fortune pour financer les études de son fils, 18 ans, toujours en maternelle. Il estime que la décision de la France relève du chantage et de l’extorsion de fond. “Ci koi ci bordil ? ci Amir Dz ki gere CompousFrounce ou koi ? Meme si ji di l arhrou j n vi pas li jeti par la founetre. Mon fis rest en Angiri avec moi et ci moi personalmou qui se son enseignou di frouci. Le master vou pové li mettr ou ji pense”

1 commentaire
  1. Vous êtes entrain de dire que mr Rabrab le milliardaire n’a pas d’argent pour couvrir deux ans d’études de son fils en France et qu’il est obligé de vendre 80% de civital au français pour un master à son fils ,raconté nous autres choses yarham babak ou madaoukhnach akthar mima hna daykhine.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Inscrivez-vous à notre Newsletters

Restez informé, ne ratez plus aucun article d'El Manchar !

Vous pourriez aimer aussi

France : Le gouvernement algérien appelle à la cessation des violences : “Nous avons un Noël à fêter à Paris”

La contestation des gilets jaunes se poursuit en France pour le quatrième…

Champs-Élysées : Saidani sort sa darbouka pour mettre l’ambiance à la manifestation des gilets jaunes

Décidément, les Gilets jaunes ne lâchent pas. Comme chaque samedi, des milliers…

Les conteneurs d’ordures saisis étaient de la matière première destinée à la production des articles d’Ennahar

Les services des douanes du port de Béjaïa ont opéré, cette semaine,…