Connectez vous

Technologie

Pour liker une page facebook, les internautes devront désormais avoir l’autorisation d’Anis Rahmani

Publié

dans

facebook

Vous aimez bien le contenu proposé par une page facebook dont le nom commence par Amir et finit par DZ pour ne pas la citer et vous êtes pris par la furieuse envie de vous y abonner ? Ne commettez surtout pas cette erreur !! Vous risquez la prison, et un lynchage médiatique digne du 3e Reich. Car pour liker une page sur le réseau social il vous faut désormais l’autorisation expresse du directeur général du groupe de presse Ennahar, Anis Rahmani.

Des peines de prison

Il n’est plus possible d’aimer une page facebook sans l’accord préalable du patron d’Ennahar TV. Pour cela, une demande manuscrite en bonne et due forme doit être adressée par voie postale à Anis Rahmani, directeur d’Ennahar, sous-ministre de la propagande pour le 5e mandat et, depuis 3 jours, procureur général près de la cour d’Alger. Le destinataire, après examen des motifs qui président à votre demande, vous autorisera ou pas à liker la page en question. En général, la réponse est non, mais des dérogations peuvent toutefois être accordées pour des pages telles que “Chiyate et fier de l’être”, “صفحة أحرار الأفالان”, et “Ensemble pour que le président Bouteflika brigue un 8e mandat”. Les contrevenants aux dispositions de cette nouvelle procédure courent le risque de subir le même sort que Djamel Bouakaz, Fodil Dob et Abdou Semmar, voire même celui de Khashoggi, des ambassades algériennes, ce n’est pas ça qui manque. Vous êtes prévenus, dans tous les sens du terme. Après Naima Salhi qui se proclamait il y a quelques mois être “la mère des Algériens”, voici que Anis Rahmani se pose en grand frère ou plus exactement en big brother. On ne choisit malheureusement pas sa famille mais on peut aussi choisir de devenir orphelin, et pour cela, seule une autorisation d’arme suffit.

Annonce
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Culture

Panne générale de Spotify en Algérie après l’ajout des chansons de chikh Nano et Warda Charemanti

Publié

dans

spotify

Spotify, célèbre application de musique par streaming, avait annoncé en ce début de semaine le lancement officiel en Algérie.

Cette application musicale permet de choisir, d’écouter et de partager avec d’autres mélomanes nos morceaux préférés. Pour son lancement en Algérie, Spotify a mis a jour son interface en rajoutant la langue arabe et en intégrant des playslists adaptées selon le pays avec des artistes algériens tels que cheb Hasni, cheb Mami, Dahmane El Harrachi et bien d’autres.

Un bug géant de l’application dans toute l’Algérie

Quelque temps après l’intégration de cette playlist, Spotify a détecté un bug entraînant un crash immédiat de l’application, qui a duré quelques heures, et ce malgré le fait que Spotify a fait appel à tous ces ingénieurs pour régler la panne. Le directeur général de l’entreprise a eu l’idée de faire appel à un ingénieur algérien pour les aider à comprendre la panne qui est survenu uniquement dans ce pays. Il a suffi à l’ingénieur algérien, Hmida Zerdi, que quelques minutes pour déceler le virus.

Ce virus porte le nom de Warda Charlemanti et chikh Nano, car juste après l’ajout de leurs chansons, Spotify s’est fermé instantanément “Ce genre de musique est néfaste pour les applications intelligentes, leur programme les détecte comme un virus dangereux et dévastateur, il faut les supprimer de suite” a expliqué Hmida Zerdi au patron de Spotify.

Les deux artistes ont tenu à réagir via leurs pages officielles sur Facebook. Comme à son habitude Charlemanti a réagi d’une manière très habile “Bonjour mes zamis na3atikoum rendez-vous demain ce soir à partir de deux heures de l’après-midi sur Facebook, zkara f Spotify ouya3tih”. Chikh Nano de son côté a clashé Spotify dans un message très subtil “ chikh Nano ytiri 3la 3adyano”.

Lire la suite

Technologie

Merkel testera, lors de sa visite en Algérie, un appareil qui traduit les propos de Bouteflika

Publié

dans

Par

translate

La semaine prochaine, la chancelière allemande, Angela Merkel va entamer une visite en Algérie, à l’invitation du président Bouteflika. Une visite qui ne sera certainement pas comme les autres.

La deuxième visite depuis 2008

Il y a lieu de dire que les relations entre l’Algérie et l’Allemagne semblent au beau fixe. En témoigne cette deuxième visite que la chancelière allemande va effectuer depuis qu’elle est à la tête du pays, sans compter les visites des autres officiels (ministres et autres responsables politiques) ainsi que des opérateurs économiques. Rappelons qu’en février 2017, la chancelière avait annulé une visite en Algérie suite à un souci de santé du président Bouteflika. Les rumeurs allaient bon train à cette période, attribuant cette annulation à une mauvaise période que les deux pays traversaient dans leurs relations. Cependant, la santé du président Bouteflika était effectivement détériorée et il y a lieu de dire que les choses ne se sont pas vraiment améliorées depuis, puisqu’il est constaté que le chef d’Etat algérien a de plus en plus de difficultés pour s’exprimer clairement. Un souci qui a été cerné par l’Allemagne et pour lequel, une solution semble avoir été trouvée.

SIEMENS à la rescousse de la chancelière (et de Bouteflika ?)

Le géant allemand SIEMENS, spécialisés dans les innovations de haute technologie semble avoir cerné le problème que risque de rencontrer la chancelière allemande lors de son entrevue avec le président Bouteflika. En effet, face au grand risque d’incompréhension des propos du président Bouteflika, la compagnie allemande a développé un nano-appareil ultra-puissant qui va permettre, selon l’entreprise, de traduite instantanément les propos de Bouteflika même s’ils sont inaudibles et inintelligibles. L’entreprise allemande précise que l’appareil sera placé dans l’oreille de la chancelière et permettra de capter les sons émis par le président, dans quelque langues qu’ils soient et les restituera immédiatement, de manière claire et en Allemand à l’oreille de la chancelière. Cette invention, sur laquelle une équipe d’ingénieurs a travaillé depuis environ trois ans, a donc être testée pour la 1ère fois en conditions réelles. Le représentant de SIEMENS sera d’ailleurs du voyage pour Alger afin de constater sur place l’efficacité du dispositif. Dans le cas où cela fonctionnerait, l’entreprise proposera de le faire fabriquer en Algérie et de le vendre aux algériens, ce qui va leur permettre enfin de comprendre les propos des discours que pourra tenir le président durant le 5ème mandat à venir.

Lire la suite