kaouane

Comme chaque année à la même date, l’Algérie célèbre la Journée nationale de la presse. Une journée instituée en 2013 par le président Abdelaziz Bouteflika, qui remet depuis 2013 le «Prix du Président de la République du journaliste chiyate», sous le thème du «Vivre ensemble en me léchant le cul”. Une fête plutôt gâchée à cause de la présence de plusieurs journalistes dans les prisons. D’autres sont soit en exil soit dans des cafés, ou se trouve l’unique “presse” libre.

La prison, la maison de la presse !

Le ministre de la communication, dont la moustache et la censure rappellent légitimement Staline, n’a pas laissé passer ce “non-événement national” sans réitérer la position des autorités envers ses journalistes.

En effet, Djamel Kaouane a profité de cette journée pour rendre visite aux journalistes détenus pour avoir trop user de leur liberté d’expression, de leur droit. C’est au centre pénitencier d’El Harrach, département journalisme, que le ministre a entamé sa tournée. Devant un parterre de journalistes menottés, il a pris son micro “Tout d’abord, joyeuse fête à tous ; même si les conditions ne permettent pas de déboucher une bouteille de champagne, mais je préfère la sobriété dans des endroits pareils. Je tiens à vous rassurer, aucun détenu parmi vous ne subira le sort de Khashoggi, au pire, vous mourrez silencieusement comme Mohamed Tamalt” a-t-il déclaré. Avant de poursuivre “L’état n’a pas vocation à supporter votre folie démocratique ou vos lubies de liberté. Bouteflika est malade, et n’a vraiment pas le temps de réfléchir à votre misérable sort. Soyez responsable. Si vous êtes ici, c’est parce que vous n’avez pas respecté vos engagements, votre raison d’être est de sacraliser son excellence sérénissime, de vous soumettre aux lois anti-démocratiques du pays et aux exigences de ses dirigeants. Ayez le courage de ne pas en avoir, la dignité, l’honneur et la probité ne vous permettront pas de boucler vos fins de mois. vos destins sont au bout de vos plumes.Pensez-y” conclut-il.

Inscrivez-vous à notre Newsletters

Restez informé, ne ratez plus aucun article d'El Manchar !

Vous pourriez aussi aimer

En prison, Ali Haddad réalise son rêve : Devenir professeur de Latin

Sa vie a été rythmée par les marchés publics et les barils…

Alger barricadée : la wilaya évoque un risque d’effondrement de la capitale

Stupéfaction à Alger ce matin : des clôtures pour chantier ont été…

France : Le gouvernement algérien appelle à la cessation des violences : “Nous avons un Noël à fêter à Paris”

La contestation des gilets jaunes se poursuit en France pour le quatrième…