Connectez vous

Insolite

Insolite : Un algérien décède de mort naturelle

Publié

dans

mort

Alors que l’on pensait cela impossible, Mohand, un septuagénaire à la retraite, vient de défier toutes les statistiques, les lois de la physique et de l’Algérie, en trépassant naturellement sans cause apparente.

L’annonce

Dès que sa famille eut annoncé la nouvelle, les échos sur la mort naturelle du défunt se sont propagés dans son quartier à Alger, et jusqu’à son village natal en Kabylie, on allait célébrer ce jour béni qui rentrerait dans l’Histoire du pays, un jour où un homme mourait dans son lit peinard et sans souffrance.
Mais pour dissiper tous les doutes autour des causes du décès et en réponse aux opposants à un 5e mandat présidentiel et à la main de l’étranger, qui remirent en question la véracité de l’annonce, une équipe de la police scientifique a été dépêchée au domicile mortuaire, accompagnée par des représentants de l’institut Pasteur, d’une délégation de l’OMS, de l’ONU, de Green Peace, du ministère des affaires religieuses et de l’ENTV.

Résultats de l’autopsie

Feu Mohand n’avait bizarrement contracté aucun germe, ni choléra, ni typhus, ni peste, alors que c’est un féru de pastèque, de laitue et d’eau de robinet. Il n’avait aucune trace de venin dans le sang, alors qu’il avait provoqué des centaines de scorpions, juste pour le plaisir de les voir énervés. Son cœur était intact, alors qu’il regardait le JT de l’ENTV depuis une quarantaine d’années, qu’il a échappé à l’explosion d’une bombe à Alger et évité de justesse une balle lors d’un accrochage entre terroristes et forces de l’ordre. Il a aussi évité à maintes reprises des projectiles en prenant le train Alger – Thenia et continuait à lire les journaux chaque matin. Son cœur solide a résisté jusqu’au bout aux augmentations des prix des fruits et légumes, et aux fluctuations des prix du pétrole. Il n’avait aucune carie, puisqu’il portait un dentier depuis ses vingt ans. Il n’avait aucun cancer, alors qu’il fumait comme une cheminée et buvait chaque jour une bouteille de concentré de colorants et de conservateurs, appelé communément jus de fruit.
Le ministère des affaires religieuses, épaulé par le Wali Zoukh, indique qu’il s’agit juste de « mektoub », Mohand ayant été rappelé à Dieu parce que son heure était arrivée. Mais voilà, il y a toujours des voix dissonantes qui contestent la version officielle, en effet, un proche du défunt a avoué que Mohand avait regardé Ennahar TV la veille même de son décès, ce qui a pu provoquer sa mort brutale, sans laisser de séquelle visible sur son cœur et son cerveau. N’empêche, les citoyens attribuent déjà au défunt des dons prophétiques et comptent ériger à son honneur un mausolée au nom de Si Mohand amerbuh, à visiter par tous ceux qui espèrent connaître le même bonheur.

Annonce
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Insolite

Coincé pendant 6h dans les embouteillages, il ne rate pas son avion grâce à un retard d’Air Algérie

Publié

dans

air-algerie

Et si les retards avaient quelque chose de bon ? Le vieil adage populaire n’affirme-t-il pas que “كل عطلة فيها خير”. C’est vérifié à présent, grâce à Air Algérie. Coincé dans les embouteillages, un passager de la compagnie nationale a failli rater son vol, heureusement pour lui l’avion n’a pas décollé à l’heure lui laissant le temps d’embarquer et même de poireauter un peu. C’est l’histoire du soir.

20 minutes en 6 heures

Le passager, répondant aux initiales C.K (ce n’est pas Chakib Khelil, l’ex ministre de l’énergie ne rate jamais ses vols) est sorti très tôt de la maison pour ne pas avoir de mauvaises surprises. “Mon vol était programmé à 10h10, j’ai pris mes précautions en sortant vers 5 heures du matin. J’habite à 20 minutes de l’aéroport international, j’étais censé arriver à 5h20” nous raconte-t-il. Sauf que tout ne se passe pas comme prévu. Les vétérans de l’armée organisent une marche pour la réévaluation de leurs pensions, le trafic est bloqué. De longues files de voitures se sont formées sur l’autoroute, C.K dans la sienne commence à stresser. Va-t-il arriver à temps ?. “Pendant de longues heures, on ne bougeait pas, j’étais immobile sur mon siège. J’avais l’impression d’être Bouteflika sur son trône” ironise-t-il, après coup.

Une compagnie de merde

Notre retardataire parvient quand même à rejoindre l’aéroport au bout de 6h de route. “Je suis arrivé à 11h, soit une heure après l’heure de départ effective de mon avion. Même à pied les yeux bandés je serais arrivé plus tôt. Sitôt rentré, je lève ma tête pour voir l’écran des départs et grosse surprise mon vol était retardé. Je revivais de nouveau, j’étais super content” se confie-t-il soulagé. Le vol en partance pour Paris avait pris 7 heures de retard pour le plus grand bonheur de C.K qui a tout le loisir d’enregistrer ses bagages, de prendre un café et de regarder la 8e saison de Games Of Thrones en entier, après avoir pris le soin de la télécharger avec le débit pourri de la 4G. “Même avec mon retard de 6h, j’étais en avance… et pas qu’un peu. Je me suis occupé comme j’ai pu”. Mais la bonne humeur de notre passager miraculé sera de courte durée. Quand après une longue attente, l’heure d’embarquement est arrivé, l’hôtesse annonce un autre retard de 5 heures. Et le passager de maugréer “Quelle compagnie de merde !!”

Lire la suite

Insolite

Maroc : préparée par erreur avec des feuilles de cannabis; une h’rira transforme un mariage en chaos général

Publié

dans

Par

cannabis

Il aura fallu plusieurs heures à la police pour remettre les choses à l’ordre et plus de 24h aux services de santé pour déterminer les raisons du mystérieux coup de folie qui a pris les convives d’un mariage ayant eu lieu dans le Rif marocain, la semaine dernière.

La fête tourne au chaos général

Tout avait pourtant bien commencé, dans cette fête dans le village de Sidi Brahim, situé dans le Rif marocain. Il s’agissait du mariage d’un des jeunes du village et tous les habitants y étaient conviés.
La musique et l’ambiance étaient présentes, et tout le monde avait pris part à cette fête en partageant la joie du jeune marié.
Un dîner typiquement traditionnel était servi aux convives et il était bien garni : entrées, h’rira, plat de résistance et des desserts à volonté, sans compter les boissons et les gâteaux.
Pourtant, environ 1h après le repas, quelques convives avaient commencé à montrer des signes de comportement bizarres : des discours inintelligibles, des haussements de voix, des prises de bec verbales, et puis soudain, la première bagarre s’est déclenchée entre deux hommes.
Très vite, la bagarre se généralise et tout le monde, hommes et femmes s’en mêlent. Même les enfants. Personne ne comprenait ce qui se passait.
Seuls quelques personnes arrivées un peu en retard sur les lieux étaient un peu conscientes et avaient tenté de calmer les choses en attendant que les gendarmes arrivent sur les lieux.

Le mystère résidait dans la h’rira servie

Une fois les gendarmes intervenus et après avoir mis plusieurs heures à calmer les esprits des gens surexcités (quelques-uns ont été embarqués au poste), a commencé la recherche des raisons qui ont poussé les gens à se bastonner de la sorte. Tous les scénarios ont été passés au crible : mésentente entre les familles des mariés, un coup d’œil dragueur d’un jeune, de vieilles histoires de querelles villageoises… aucune raison n’était suffisamment forte pour expliquer le phénomène.
Et puis tout d’un coup, une des femmes chargées de préparer le repas du mariage a fini par avouer quelque chose d’impensable : elle avait mis, par erreur, des feuilles de cannabis dans la grosse marmite de la h’rira, en lieu et place de la coriandre. La fameuse plante pour laquelle la région du Rif est célèbre a ensuite fait son effet.
Les analyses effectuées sur quelques convives l’ont confirmé ! il y avait bien un fort taux de toxicité dans leur sang dû à cette drogue.
Il aura fallu près de 48h aux villageois pour se réveiller totalement de leur état second et se rendre compte qu’ils ont failli déclencher une guerre villageoise aux conséquences fâcheuses !
La vieille cuisinière qui a mis le cannabis dans la h’rira a été finalement excusée après un conseil des sages du village.

Lire la suite