mort

Alors que l’on pensait cela impossible, Mohand, un septuagénaire à la retraite, vient de défier toutes les statistiques, les lois de la physique et de l’Algérie, en trépassant naturellement sans cause apparente.

L’annonce

Dès que sa famille eut annoncé la nouvelle, les échos sur la mort naturelle du défunt se sont propagés dans son quartier à Alger, et jusqu’à son village natal en Kabylie, on allait célébrer ce jour béni qui rentrerait dans l’Histoire du pays, un jour où un homme mourait dans son lit peinard et sans souffrance.
Mais pour dissiper tous les doutes autour des causes du décès et en réponse aux opposants à un 5e mandat présidentiel et à la main de l’étranger, qui remirent en question la véracité de l’annonce, une équipe de la police scientifique a été dépêchée au domicile mortuaire, accompagnée par des représentants de l’institut Pasteur, d’une délégation de l’OMS, de l’ONU, de Green Peace, du ministère des affaires religieuses et de l’ENTV.

Résultats de l’autopsie

Feu Mohand n’avait bizarrement contracté aucun germe, ni choléra, ni typhus, ni peste, alors que c’est un féru de pastèque, de laitue et d’eau de robinet. Il n’avait aucune trace de venin dans le sang, alors qu’il avait provoqué des centaines de scorpions, juste pour le plaisir de les voir énervés. Son cœur était intact, alors qu’il regardait le JT de l’ENTV depuis une quarantaine d’années, qu’il a échappé à l’explosion d’une bombe à Alger et évité de justesse une balle lors d’un accrochage entre terroristes et forces de l’ordre. Il a aussi évité à maintes reprises des projectiles en prenant le train Alger – Thenia et continuait à lire les journaux chaque matin. Son cœur solide a résisté jusqu’au bout aux augmentations des prix des fruits et légumes, et aux fluctuations des prix du pétrole. Il n’avait aucune carie, puisqu’il portait un dentier depuis ses vingt ans. Il n’avait aucun cancer, alors qu’il fumait comme une cheminée et buvait chaque jour une bouteille de concentré de colorants et de conservateurs, appelé communément jus de fruit.
Le ministère des affaires religieuses, épaulé par le Wali Zoukh, indique qu’il s’agit juste de « mektoub », Mohand ayant été rappelé à Dieu parce que son heure était arrivée. Mais voilà, il y a toujours des voix dissonantes qui contestent la version officielle, en effet, un proche du défunt a avoué que Mohand avait regardé Ennahar TV la veille même de son décès, ce qui a pu provoquer sa mort brutale, sans laisser de séquelle visible sur son cœur et son cerveau. N’empêche, les citoyens attribuent déjà au défunt des dons prophétiques et comptent ériger à son honneur un mausolée au nom de Si Mohand amerbuh, à visiter par tous ceux qui espèrent connaître le même bonheur.

1 commentaire
Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Inscrivez-vous à notre Newsletters

Restez informé, ne ratez plus aucun article d'El Manchar !

Vous pourriez aussi aimer

En plein vol, un avion d’air Algérie vidange ses toilettes, au-dessus d’un festival en Bretagne

Faut-il en rire, s’en étonner ou s’en offusquer ? ce que vient…

Un chien des douanes françaises meurt après avoir reniflé la Chemma transportée par un voyageur en provenance d’Alger

Les services des douanes françaises sont en deuil depuis la semaine dernière…

Maroc : préparée par erreur avec des feuilles de cannabis; une h’rira transforme un mariage en chaos général

Il aura fallu plusieurs heures à la police pour remettre les choses…