Connectez vous

Actualités

Ould Abbès affirme avoir été “assassiné comme Audin” et exige “des excuses” à Macron

Publié

dans

ould-abbes

A l’heure où Macron s’est rendu au domicile de la veuve de Maurice Audin pour demander pardon, le grabataire général du FLN, Djamel Ould Abbès, a interpellé le président français sur son propre assassinat. Victime d’une exécution sommaire en 1958, le martyr Djamel se bat depuis pour la reconnaissance de ce crime abject qui lui aurait coûté la vie.

Un calvaire

Dans une déclaration à la presse, Djamel Ould Abbès a indiqué que Maurice Audin n’était pas la seule victime de la barbarie coloniale. “Moi aussi, j’ai été victime de torture” a-t-il révélé en montrant aux journalistes présents les séquelles physiques des sévices subis par l’armée française, malencontreusement disparues depuis. “C’est parti avec le temps mais mon corps été couvert de cicatrices. J’ai encaissé la gégène,  la paillasse barbelée, le sérum de vérité, l’arrachage d’ongles sans jamais plié” témoigne-t-il, visiblement secoué par tant de douloureux souvenirs. Le calvaire du valeureux Ould Abbès aurait duré des mois et des mois, de l’automne 1957 jusqu’à l’hiver 1958, selon ses propres dires.

Mort en martyr

Un matin de novembre 1958, deux hommes encagoulés viennent chercher Ould Abbès dans sa cellule. Ils le mettent face à un choix “déchirant” selon la propre expression d’Ould Abbès. Ou il parle et il est libre, ou il continue de se taire et il est exécuté. “Mon choix était vite fait” a-t-il avoué avant de poursuivre “j’ai décidé de mourir en martyr”. Gigi L’Amoroso, comme ses compagnons de prison aimaient à l’appeler, est exécuté par balles le 23 novembre 1958. “J’ai été lâchement assassiné. J’ai succombé à la deuxième salve en criant ‘Tahiya al djazair’. Enterré dans une fosse commune, mon corps n’a jamais été retrouvé. Wollah je mens pas, et si vous me croyez pas voici la cicatrice de la balle qui m’a perforé le ventre” affirme-t-il en montrant son nombril par l’entrebâillement de sa chemise défaite pour la circonstance. En conséquence, Ould Abbès exige des excuses de la part du président Macron en guise de reconnaissance du crime dont il a été victime. “Il doit demander pardon, soit à ma veuve qui est toujours en vie. Soit à moi directement”

Annonce
3 comments

3 Comments

  1. Mohamed Moussa

    septembre 14, 2018 à 6:05

    Du n importe quoi il nous prend pour des imbéciles les vrais martyres ne parle pas même se qui sont en vie

  2. Mamine

    septembre 14, 2018 à 8:47

    Je ne savais pas que ould (fils de…) abbès a vécu aussi longtemps depuis les pharaons a ce jours…! Attendez, je vais lui poser la question sur mes ancêtres; au moins je saurais qui le nième arrière grand-père…FORMIDABLE !!! ENFIN NOTRE PAYS A TROUVÉ SES ARCHIVES ET SA BIBLIOTHĘQUE TANT RECHERCHÉE…🎲

  3. Projets immo

    septembre 14, 2018 à 8:18

    Je le crois ! D’ailleurs il faut le croire c’est un mec qui a été d’après ce qu’il dit et je sais qu’il ne ment pas, il a été condamné à mort 5 fois donc mort 5 fois et qu’ il a été a l’école avec Merkel, c’est vous dire. Ce mec vient d’une autre planète. La planète des singes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Actualités

Métro d’Alger : Ouverture d’une ligne directe reliant la Maison de la Presse à la prison d’El Harrach

Publié

dans

Par

metro

Le ministre des transports a inauguré cette semaine deux nouvelles stations du métro d’Alger, il s’agit de Ali Boumnidjel (Alger-centre) et de Gué de Constantine. Une troisième ligne a été lancée dans le secret total. Elle relie la Maison de la Presse d’Alger au centre pénitentiaire d’El Harrach.

Métro de la déportation

Depuis la dernière vague d’arrestation, RATP El Djazair a relevé un afflux massif d’une catégorie de citoyens portant des sacs à dos et des appareils photos de la MDP vers la prison. Pris pour des touristes, les quelques journalistes professionnels ont donc poussé l’entreprise gérant le métro d’Alger à ouvrir cette ligne spécialement pour eux. “La fréquentation de cet itinéraire a explosé ce dernier mois. Les départs pour la prison d’El Harrach ont largement dépassé les voyages pour la place Audin. De ce fait, nous avons décidé d’ouvrir cette ligne à but commercial. C’est une immense opportunité d’assurer une nouvelle ligne tout le temps bookée. On ignore ce qu’il y a de beau dans cette destination mais on s’en fout, qu’on en profite” nous confie le directeur du métro d’Alger.

Néanmoins, cette ligne offre la possibilité aux journalistes de faire deux correspondances, la première au niveau de la station du tribunal de Sidi Mhamed, la seconde au tribunal de Bir Mourad Rais. La voix du train qui annoncera l’arrivée à destination sera assurée par une journaliste d’Ennahar.

Des abonnements pour les habitués

Le métro d’Alger compte même fidéliser ses clients en partance pour la prison d’El Harrach. Ceux qui empruntent le plus cette ligne bénéficieront d’une réduction de plus de 50% et d’abonnements annuels. A l’image de Abdou Semmar dont l’affaire est toujours en cours et qui est appelé à effectuer ce voyage très souvent.

Lire la suite

Actualités

Les aéroports internationaux exigent l’atterrissage des avions d’Air Algérie dans les arrêts de bus

Publié

dans

air-algerie

En grève depuis le début de semaine, le porte-parole des travailleurs de la maintenance à Air Algérie, a affirmé récemment, ignorer qui assure le travail à leur place, en d’autres termes les avions d’Air Algérie décolleraient sans contrôle technique.

La compagnie aérienne algérienne connue pourtant pour son sérieux et sa ponctualité est au cœur d’un scandale de maintenance et de nombreux voyageurs se questionnent sur la sécurité au sein des avions, se demandant s’il n’est pas plus sûr d’aller en “haraga” à l’étranger que de prendre les avions d’Air Algérie.

Réunion d’urgence au siège de l’OACI à Montréal

Les autorités aéroportuaires ne sont pas restées les bras croisés en attendant qu’Air Algérie apporte des explications, ils se sont réunis en urgence à Montréal, au siège de l’Organisation de l’Aviation Civile Internationale (OACI) pour décider des solutions à apporter afin de s’adapter aux exigences ultras sophistiquées d’Air Algérie. La seule solution qu’ils ont trouvée est de faire atterrir les avions dans des arrêts de bus “leurs avions arrivent en retard, sans maintenance, avec un personnel énervé, équipé de tonne de bagages … on pense que le mieux serait de les faire atterrir dans les arrêts de bus “ a déclaré le secrétaire général de l’OACI.

L’Algérie de son côté s’est montré très compréhensive avec cette décision, le ministre de transports a même proposé aux différents pays de leur fournir des parkingueurs, pour parquer les avions à côté des bus, de plus Air Algérie va prochainement offrir des promotions alléchantes sur ses billets, pour chaque billet aller simple acheté, le biller retour est offert … si retour il y a bien sûr.

Lire la suite