Connectez vous

Culture

Le ministre de la santé invite le groupe allemand “scorpions” pour animer un concert à Ouargla

Publié

dans

hasbellaoui

En hommage au scorpion qui a tué une venimeuse enseignante universitaire à Ouargla, le ministre hasbellaoui, grand fan du groupe « scorpions » va monter sur scène et chanter avec eux « still loving you ».

Time, it needs time to win back your love again Du temps, il faut du temps pour reconquérir ton amour. Ainsi commence la fameuse chanson du groupe. Hasbellaoui, médecin spécialiste en ZOO RL ( zooto-rhino-laryngologie) se donnera en spectacle pour marquer sa lutte contre la crise qui frappe son secteur (les docteurs, toutes catégories confondues) et son combat pour les droits civiques des petites bestioles. Rusé, et ne reculant devant rien, il pense même se jeter dans la foule comme le font certains chanteur… Espérons qu’il ne lui arrive rien car l’hôpital le plus proche est à une centaine de kilomètres, sans médecins et pas assez équipé.

Après les résidents en médecine qui ont paralysé son secteur pendant plusieurs mois, cela n’étonne personne que le ministre de la santé se solidarise avec un scorpion, qui, à son tour, a paralysé un docteur jusqu’à ce que mort s’en suive. Selon lui « la bête s’est sentie menacée » et nous, on se demande qui est la bête.

You should give me a chance

You should give me a chance, this can’t be the end tu devrais me donner une chance, ça ne peut pas être la fin. Et c’est comme ça que les paroles de la chanson se terminent. D’où, La nécessité de comprendre que notre cher ministre, ira jusqu’au bout de sa mission, qui est de préserver la santé des scorpions de Ouargla de la menace qui les hante.

Massi B

Annonce
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Culture

Exclusivité : Nous publions un extrait de l’Art de la guerre de Djamel Ould Abbes

Publié

dans

Par

ould-abbes

Parce que ses journalistes se bougent le cul, la rédaction El Manchar vous dévoile le premier chapitre de l’Art de la guerre de Ould Abbes Tzu, bien avant sa sortie officielle prévue après l’extinction de son auteur vers 3200.

Le secrétaire général du FLN affirme avoir écrit son Art de la guerre 20 ans avant Sun Tzu le célèbre général chinois, et accuse ce dernier de plagiat “J’ai écrit mon recueil sur la stratégie de la guerre et les méthodes militaires en 520 av. J.-C., soit 20 ans avant le salaud copieur aux yeux bridés, qui est venu travailler dans un chantier numidien. Sun Tzu m’a volé mon manuscrit pendant que je combattais les Phéniciens et l’a publié en Chine. La suite vous la connaissez, un best seller traversant toutes les générations et un pognon fou réalisé suite au succès démesuré du livre” regrette Ould Abbes. Avant d’ajouter “heureusement qu’il n’a pas tout pris, je garde la suite du traité, il sera publié à titre posthume” promet-il.

Maître Djamel nous a permis de publier en exclusivité quelques citations de sont Art de la guerre. Extrait :

“L’unique art dans la guerre est le mensonge”

“Il y’a toujours ceux qui se croient les meilleurs pour être parti en premier. Sois le pire d’entre eux et vit une éternité”

“Pendant la guerre, t’as le choix entre t’engager et mourir…et jouer à la coinche, au foot dans une ville paisible comme Oujda”

“Il ne faut jamais avoir peur de porter une arme pour se prendre en photo, mais jettes-la juste après”

“Quand tu perds à ‘la bataille’, joue au poker”

“Je préfère tomber aux Champs-Élysées que tomber au champ d’honneur”

“Pendant la guerre ne choisis par ton camps avant le cessez-le-feu. Rejoins ensuite les vainqueurs”

“Attaque ton ennemi sur les ailes, surtout quand l’arrière gauche est faible”

“Bouteflika nous faisait des petits ponts pendant que les Moudjahidines faisaient sauter les ponts”

“A Oujda quand quelqu’un était mort de rire d’une blague de Boumediene, nous le considérions comme martyre”

“Le 1er novembre 54, une Française m’a invité à danser, c’était le premier bal où j’ai tiré”

“Les faux Moudjahidine avaient déclaré ‘on n’a fait guère la révolution’. Le jeu de mots était tellement drôle qu’on a accepté leur adhésion.

“Les 7 ans de guerre étaient tellement ennuyeuses qu’un million et demi d’Algériens se sont suicidés”

“Le martyre du Mémorial du Martyr me ressemble, hein ? Bah c’est moi”

Lire la suite

Culture

Pénurie d’alcool à Alger après le premier jour de tournage avec Gerard Depardieu

Publié

dans

Par

depardieu

Après le lait, les médicaments, le shit, la coke etc…l’Algérie est frappée par une nouvelle pénurie : Celle de l’alcool. En effet, tôt ce matin, une dizaine de vendeurs de boissons alcoolisées ont constaté “une pénurie sans précédent”, la situation pourrait même perdurer si Gérard Depardieu prolonge son séjour à Alger.

Le monstre sacré du cinéma français Gérard Depardieu a atterri hier à Alger pour le tournage d’un film sur le dernier Bey d’Algérie, Ahmed Bey. Il incarnera le rôle du Dey Hussein, souverain de la régence d’Alger lors de l’expédition française de 1830. Un casting qui ne fait pas l’unanimité. Certains y voient une erreur de casting. “Donner le rôle du Dey à un français c’est un peu comme désigner un allemand pour jouer le rôle d’un déporté juif ou Ould Abbès pour jouer le rôle d’un Moudjahid, c’une erreur monumentale” estime un cinéaste. Nonobstant, la vraie polémique n’est pas d’ordre historique mais plutôt alcoolémique. En effet, l’arrivée inopinée de Depardieu alias Depardi-1-ol, a pris les magasins d’alcool au dépourvu. Le parton d’un bar algérois annonce avoir écoulé plus de 2000 litres en 24 heures et fait face aujourd’hui à une rupture de stock puisque même ses grossistes sont à sec. “J’avais plus de 10000 bouteilles dans ma cave entre (bière , whisky et vodka) mais les camions du ministère de la culture ont tout pris, j’attends toujours mon argent d’ailleurs. Je les ai entendu dire que c’était pour l’apéro de Gérard. C’est la pire pénurie depuis la victoire du FIS en 1992” témoigne Samir, abattu derrière son comptoir vide.

Depardieu, dernier buveur d’Alger

Faute d’eau potable après la réapparition du choléra, les Algériens ont jeté leur dévolu sur la bière. Mais cette pénurie vient aggraver une situation déjà désastreuse. “Si Depardieu peut boire trois jours sans vivres, un Algérien ne pourra pas vivre 3 jours sans boire” constate un médecin. Avant de préciser “N’ayant plus accès à l’eau, les Algériens risquent de mourir de soif. Sans parler du fait qu’ils ont besoin de se soûler pour oublier un 5e mandat qui se précise de plus en plus. J’espère que Depardieu pliera vite bagages parce que sinon on est mal barré”

Lire la suite