boutef-suisse

Le séjour genevois semble avoir requinqué le président Bouteflika parti lundi en Suisse pour “un contrôle médical de routine”. Affaibli et diminué à son départ d’Alger, Bouteflika a retrouvé des couleurs au grand dam des “crétins qui voudraient bien l’enterrer”. Rien, pas même la mort qu’il semble avoir vaincu, ne pourra lui faire barrage aux élections de 2019. 2018 c’est l’année du choléra, 2019 sera celle de la peste. Brace yourselves, Boutef is come back.

Inscrivez-vous à notre Newsletters

Restez informé, ne ratez plus aucun article d'El Manchar !

Vous pourriez aussi aimer

Djamel Ould Abbes revient sur son brillant parcours universitaire