Connectez vous

Technologie

Suite aux nombreuses demandes des algériens, Facebook rajoute le bouton “Cheh !”

Publié

dans

fb

L’interface Facebook a évolué depuis sa création, grâce aux besoins croissants de ses utilisateurs et des percées en informatique. Et l’un des aspects les plus marquants de cette évolution, reste l’ajout d’autocollants facilitant les interactions avec les différentes publications. Le dernier bébé de Zuckerberg est l’émoticône « Cheh ! », né grâce aux sollicitations des abonnés algériens.

Naissance de l’émoticône « Cheh ! »

Alors qu’à ses débuts les abonnés n’avaient que le bouton « j’aime » pour exprimer un unique sentiment d’approbation, sans en nuancer le degré, la frustration de ne pouvoir exprimer d’autres sentiments et intensités, a poussé FB à ajouter les boutons : “J’adore”, “Haha”, “Wouah”, “Triste” et “Grrr”. Mais ça n’est pas fini, submergés par la demande de plus de 17 millions d’abonnés algériens, y compris les 7 millions de faux comptes, Zukerberg est poussé malgré lui à ajouter un nouvel autocollant. Le « Cheh ! » qui peut être littéralement traduit en fonction des circonstances par : « Bien fait pour ta gueule! », « crève de jalousie ! » ou encore « Je fais ce que je veux, tu peux te cogner la tête au mur ».

Utilisation et utilisateurs de « Cheh ! »

Zukerberg entend par cette initiative répondre à la demande du marché algérien qui compte un nombre exceptionnel de jeunes et moins jeunes menant l’essentiel de leur existence dans le virtuel. D’après les premiers chiffres annoncés, le bouton « Cheh » sera employé à 20% par des filles insultées pour leurs tenues légères, à 20% par des bayrates qui se réjouissent du divorce d’Angelina Jolie et autres célébrités, à 40% par une population qui exulte de la défaite au football de la France et des catastrophes au Maroc. Les 20% restants seront tous utilisés par Naima Salhi pour se réjouir des statues saccagées, des malheurs des Kabyles et pour réagir aux billets d’El-Manchar.

Succès attendu du « Cheh ! »

Le « Cheh ! » est une interjection qui sort des trippes, elle est efficace peu importe l’origine et la culture de son utilisateur. Des initiations à son utilisation ont été menées au préalable par FB pour évaluer l’acceptation de ce nouveau service à l’internationale et les résultats se sont avérés concluants. Des abonnés suédois qui comptaient parmi les initiés les plus réticents ont admis qu’ils se sentaient plus apaisés et sereins depuis leur utilisation du « Cheh ! », un usage orienté plutôt pour se réjouir des amendes infligées aux contrevenants du code de la route et de la réglementation environnementale. Les différences d’usage ne sont pas importantes pour FB, l’essentiel c’est le rendement.

Annonce
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Culture

Panne générale de Spotify en Algérie après l’ajout des chansons de chikh Nano et Warda Charemanti

Publié

dans

spotify

Spotify, célèbre application de musique par streaming, avait annoncé en ce début de semaine le lancement officiel en Algérie.

Cette application musicale permet de choisir, d’écouter et de partager avec d’autres mélomanes nos morceaux préférés. Pour son lancement en Algérie, Spotify a mis a jour son interface en rajoutant la langue arabe et en intégrant des playslists adaptées selon le pays avec des artistes algériens tels que cheb Hasni, cheb Mami, Dahmane El Harrachi et bien d’autres.

Un bug géant de l’application dans toute l’Algérie

Quelque temps après l’intégration de cette playlist, Spotify a détecté un bug entraînant un crash immédiat de l’application, qui a duré quelques heures, et ce malgré le fait que Spotify a fait appel à tous ces ingénieurs pour régler la panne. Le directeur général de l’entreprise a eu l’idée de faire appel à un ingénieur algérien pour les aider à comprendre la panne qui est survenu uniquement dans ce pays. Il a suffi à l’ingénieur algérien, Hmida Zerdi, que quelques minutes pour déceler le virus.

Ce virus porte le nom de Warda Charlemanti et chikh Nano, car juste après l’ajout de leurs chansons, Spotify s’est fermé instantanément “Ce genre de musique est néfaste pour les applications intelligentes, leur programme les détecte comme un virus dangereux et dévastateur, il faut les supprimer de suite” a expliqué Hmida Zerdi au patron de Spotify.

Les deux artistes ont tenu à réagir via leurs pages officielles sur Facebook. Comme à son habitude Charlemanti a réagi d’une manière très habile “Bonjour mes zamis na3atikoum rendez-vous demain ce soir à partir de deux heures de l’après-midi sur Facebook, zkara f Spotify ouya3tih”. Chikh Nano de son côté a clashé Spotify dans un message très subtil “ chikh Nano ytiri 3la 3adyano”.

Lire la suite

Technologie

Pour liker une page facebook, les internautes devront désormais avoir l’autorisation d’Anis Rahmani

Publié

dans

facebook

Vous aimez bien le contenu proposé par une page facebook dont le nom commence par Amir et finit par DZ pour ne pas la citer et vous êtes pris par la furieuse envie de vous y abonner ? Ne commettez surtout pas cette erreur !! Vous risquez la prison, et un lynchage médiatique digne du 3e Reich. Car pour liker une page sur le réseau social il vous faut désormais l’autorisation expresse du directeur général du groupe de presse Ennahar, Anis Rahmani.

Des peines de prison

Il n’est plus possible d’aimer une page facebook sans l’accord préalable du patron d’Ennahar TV. Pour cela, une demande manuscrite en bonne et due forme doit être adressée par voie postale à Anis Rahmani, directeur d’Ennahar, sous-ministre de la propagande pour le 5e mandat et, depuis 3 jours, procureur général près de la cour d’Alger. Le destinataire, après examen des motifs qui président à votre demande, vous autorisera ou pas à liker la page en question. En général, la réponse est non, mais des dérogations peuvent toutefois être accordées pour des pages telles que “Chiyate et fier de l’être”, “صفحة أحرار الأفالان”, et “Ensemble pour que le président Bouteflika brigue un 8e mandat”. Les contrevenants aux dispositions de cette nouvelle procédure courent le risque de subir le même sort que Djamel Bouakaz, Fodil Dob et Abdou Semmar, voire même celui de Khashoggi, des ambassades algériennes, ce n’est pas ça qui manque. Vous êtes prévenus, dans tous les sens du terme. Après Naima Salhi qui se proclamait il y a quelques mois être “la mère des Algériens”, voici que Anis Rahmani se pose en grand frère ou plus exactement en big brother. On ne choisit malheureusement pas sa famille mais on peut aussi choisir de devenir orphelin, et pour cela, seule une autorisation d’arme suffit.

Lire la suite