Connectez vous

Santé

Zaibet développe le médicament RHW (Rahmet El-Walidin) contre le choléra

Publié

dans

rhb

Face aux cas de choléra enregistrés en Algérie, le ministère de la santé était jusque là impuissant. Traitement lourd, infrastructures défaillantes et insalubrité facilitant l’expansion de la maladie. Heureusement, le gouvernement a pu compter sur un allié de taille, le Professeur en miséricorde et compassion, Zaibet, qui vient de mettre au point le premier médicament anti-choléra. Il nous donne quelques éclaircissements.

Comment cela a-t-il été rendu possible ?

Le premier médicament que j’ai élaboré contre le diabète a déjà fait ses preuves, alors hier, dès que j’ai entendu parler des premiers cas de Choléra, j’ai répondu à l’appel du devoir en accourant vers ma cuisine qui fait office de laboratoire, pour trouver le remède idéal.

Quel est le secret de la formulation de votre médicament ?

Les patients ne doivent pas s’inquiéter, puisque c’est la même formule que j’ai développée pour le RHB, à la seule différence que les comprimés RHW font le double du diamètre en raison de la gravité de la maladie, et qu’ils sont irradiés avec des « D3aoui el-khir » de mes parents, que j’ai mobilisés pour le bien être de l’humanité.

Votre médicament est-il fiable et sans effets secondaires ?

Nous sommes aujourd’hui dans l’urgence, le peuple n’a pas le choix, pourquoi s’occuper des effets secondaires ? L’OMS et SAIDAL n’accepteront jamais mon médicament, c’est un complot ourdi par la main de l’étranger. Je rassure quand même les algériens que j’ai rapidement testé le RHW sur des rats atteints de schizophrénie, ils se sont bien calmés, même un peu trop à mon goût. Bref, je viens d’exporter 20% de la production vers la Turquie, pour sponsoriser les séries télévisées que mes compatriotes adorent. Erdogan envisage aussi de le tester sur des Kurdes en Syrie, je ne sais pas encore pourquoi !

Annonce
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Santé

Le ministère de la santé plante des épouvantails à l’effigie de Antar Yahia pour faire fuir le virus du Nil

Publié

dans

antar

Le virus du Nil est à nos portes. Les autorités sanitaires tunisiennes ont dénombré 130 cas suspects d’infection dont 30 cas confirmés, faisant craindre une propagation de la maladie . Mais le ministère de la santé a déjà prévu un plan pour parer à tout risque épidémique.

Pas de risque

Selon le ministère de la santé, de la population et de la réforme hospitalière, le risque d’une propagation du virus du Nil en Algérie est minime. “Le virus est à nos portes. Mais nous sommes à l’abri. Le pays ne donne pas très envie qu’on y entre” a déclaré Mme Djamdjoum, responsable de la communication par intérim au ministère. Il ne donne pas envie qu’on y sorte non plus, la preuve le nouveau-né de Hasbellaoui a préféré sortir ailleurs. “D’ailleurs, nous les avons laissées grandes ouvertes, les portes, pour que le virus du Nil voie bien ce qu’il attend ici si jamais par nonchalance il s’aventure à franchir la frontière.” a-t-elle poursuivi. Le souvenir de l’épisode du vibrion cholerae qui a vécu la misère en Algérie est encore vif dans la mémoire collective microbiologique.

“On sera les derniers à l’avoir”

Le plan de prévention du ministère de la santé consiste à planter le long de la frontière algéro-tunsienne des épouvantails à l’effigie de Antar Yahia, ex international algérien, Sheshonq de la baballe, vainqueur des Égyptiens au Soudan en 2009. Le ministère de la santé espère ainsi repousser le virus du Nil qui, comme tout ce qui vient des pays des pharaons, prendrait peur à la vue du joueur. “C’est une mesure préventive supplémentaire. Elle est très efficace. Nous l’avons testé sur des gens du Nil, tous ont fui. En conclusion, sachez que le virus du Nil, comme la démocratie, les droits de l’homme, et la 4G, nous serons le dernier pays à l’avoir”

Lire la suite

Santé

Hasbellaoui “ma femme n’accouche en France que si elle se sent menacée”

Publié

dans

hasbellaoui

Selon le président du RCD, Mohcine Belabbas, le ministre de la Santé, Mokhtar Hasbellaoui, aurait soigné sa femme en France. Mais n’allons pas si vite en besogne, il ne s’agit peut-être là que d’une campagne de diffamation comme celle dont a été victime le très honnête ex-ministre de la santé Chakib Khelil, avant d’être blanchi par la justice algérienne. En tout état de cause, le ministre de la santé a réagi aux accusations qui lui sont adressées, en remettant les point sur les i.

Pas de carte chifa

Le ministre de la santé a révélé que son épouse “n’avait pas de carte chifa”, ce qui lui interdisait de fait l’admission dans une structure hospitalière publique conformément aux dernières instructions du ministre du travail. “Ma femme n’est pas titulaire de la carte chifa” a précisé Hasbellaoui en expliquant que son épouse a refusé également de se faire accoucher au domicile conjugal à cause de son élevage de scorpions. “J’ai beau lui expliquer que ses petites bêtes n’étaient pas dangereuses, elle n’a rien voulu entendre” regrette-t-il, avant de poursuivre “ma femme n’a pas la carte chifa mais elle a la carte vitale, nous sommes donc convenus de l’évacuer en France. Ainsi notre enfant aura le droit du sol, il fera ses études de médecine en France, et ne se sera pas soumis à l’obligation du service civil, il exercera son noble métier dans la dignité… parce qu’il parait qu’on tabasse les toubibs chez vous en Algérie, c’est regrettable”. En conclusion, le ministre a mis en exergue la nécessité pour son épouse d’accoucher en France en invoquant le risque sanitaire lié à l’épidémie de choléra.  “Ma femme n’accouche en France que si elle se sent menacée” conclut-il.

 

Lire la suite