Connectez vous

Insolite

Ecole des pilotes d’Air Algérie : le major de promo vient de finir sa formation avec 2 ans de retard

Publié

dans

pilote

La 39ème promotion de l’école des pilotes et techniciens de navigation d’Air Algérie vient de terminer sa formation. Les lauréats vont bientôt rejoindre les commandes de la flotte aérienne nationale pour assurer les liaisons de la compagnie.

Une école réputée pour son sérieux

L’école des pilotes et des techniciens de navigation d’Air Algérie existent depuis plus de 40 ans. Elle a été ouverte afin de former le personnel de navigation de la compagnie nationale et éviter ainsi de gros couts de formation à l’étranger, même si, une partie de la formation se déroule encore dans certains pays occidentaux, notamment lorsqu’il s’agit de se former aux commandes des nouveaux avions qui sont régulièrement mis sur le marché.
Située à Dar El Beida, près d’Alger, elle voit sortir chaque année, environ 25 pilotes de lignes et une cinquantaine de techniciens de bord (mécaniciens, navigateurs, opérateur radio…), en plus de des personnels de navigation civile (PNC).

…Mais qui porte tout de même la touche « Air Algérie »

Cet établissement peut être considéré, à juste titre, comme un fleuron de l’appareil formatif algérien, du fait de la qualité de la formation qu’il dispense à ses élèves. Cependant, il existe une particularité propre à cette école, qu’on ne trouve nulle part ailleurs dans les écoles de formation des pilotes dans le monde.
En effet, cette promotion est la 39ème à sortir depuis l’ouverture de l’école, mais, en son sein, le major de promo (le futur commandant de bord H.M., 26 ans seulement) est en fait membre de la promotion 37. Il a tout simplement achevé son parcours avec…deux années de retard.
Fidèle à la politique de son futur employeur dont le slogan est « Always late for you », le major de promo de cette école va donc prendre les commandes d’un avion avec deux années de retard, mais surtout, va très probablement effectuer son premier vol avec deux heures de retard. La lignée des pilotes algériens est préservée.

Annonce
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Insolite

Michelin va enquêter sur le mystère de ses pneus accrochés aux piliers des maisons en construction en Algérie

Publié

dans

Par

pneu

Technique de construction secrète ? Élément de décoration ? Superstition ? le phénomène des pneus que l’on accroche aux piliers des maisons en cours de construction en Algérie est vraiment inexplicable et intrigue beaucoup. A tel point que le plus grand fabricant de pneus au monde va enquêter là-dessus pour en savoir plus.

Un phénomène générationnel

Tout visiteur arrivant en Algérie va certainement être frappé de deux choses à sa sortie de l’aéroport : d’abord le nombre de maisons non-finies qui pullulent le long de la route et puis le présence mystérieuse de pneus usagés, accrochés sur les piliers de ces mêmes maisons non finies, bien qu’elles soient déjà habitées.
Si le premier constat peut trouver son explication dans le fait que les propriétaires manqueraient peut être d’argent pour finir de construire, le second, quant à lui, demeure un mystère total.
En effet, ce phénomène est observé dans toutes les villes d’Algérie. Partout où l’on va, sur les maisons en cours de construction et bien que déjà habitées, on observe sur chaque piliers laissé apparent, un pneu usagé (généralement un Michelin) inséré sur le fer à béton qui soutient le pilier.
En dépit de plusieurs enquêtes et de questions posées à tout le monde, personne n’a été en mesure de nous dire clairement quelle était la signification de cette pratique.
Certains nous ont ainsi avancé l’idée que cela serait une technique de construction visant notamment à maintenir droit, le fer à béton qui sert à soutenir le pilier, en attendant de poursuivre la construction plus tard. D’autres nous ont affirmé qu’il s’agissait uniquement d’éléments de décoration qui permettent de cacher la laideur du fer apparent et enfin, d’autres nous ont indiqué que cela était un élément de conjuration du mauvais œil contre la nouvelle construction et que la forme ronde du pneu rappelait le chiffre indien « 5 » que les moyen-orientaux utilisent dans leur écriture. Ce « 5 » rappelle en quelque sorte les 5 doigts de la main de Fatma considérée par les algériens comme un briseur de mauvais œil.

Michelin a aussi décidé d’enquêter

Quoi qu’il en soit, nous n’avons pas été les seuls à nous interroger sur ce phénomène, puisque le plus grand fabricant de pneus au monde a décidé de dépêcher une commission pour enquêter sur ce mystère qui touche en premier lieu ses propres pneus.
En effet, nous avons appris auprès du constructeur français que sa direction générale a décidé d’envoyer une commission d’enquête en Algérie afin d’en savoir plus sur cette pratique pour le moins intrigante, étant donné qu’elle implique en grande partie, des pneus qui portent sa marque.
L’entreprise a précisé qu’elle souhaitait d’abord connaitre la signification de cette pratique et surtout savoir pourquoi ses propres pneus étaient utilisés pour cela !
Les pneus Michelin, réputés en Algérie et dans le monde entier, sont les premiers à être utilisés bien que d’autres marques comme GoodYear ou Continental le soient aussi. D’ailleurs un représentant de chacune de ces deux compagnies va être associé à cette commission d’enquête.
Des contacts ont déjà été établis avec le ministère de l’habitat pour organiser les sorties d’enquête de cette commission. Elle devrait atterrir à Alger courant de la semaine prochaine. Son travail va durer une semaine, précise Michelin.

Comme tout bon algérien, nous sommes en attente des conclusion de cette commission qui va peut être nous permettre d’élucider enfin un des plus gros mystères d’Algérie.

Lire la suite

Insolite

La photo de son chat ne recueillant pas assez de like, elle décide de le vendre aux chinois d’un chantier AADL

Publié

dans

Par

chat

Dans les chics quartiers de Hydra, la vie n’est pas toujours rose et tout ne va pas pour le mieux. L’histoire de Sonia en est la preuve.
A à peine 17 ans, Sonia a tout dans la vie : des parents riches, une somptueuse villa avec piscine, des études dans l’un des meilleurs lycée de la capitale et des vacances à l’étranger chaque année.

Sonia possède aussi plusieurs amis qui la comblent et qu’elle comble aussi de son côté. Elle a une vie animée sur les réseaux sociaux avec une présence sur Facebook, instagram, Snapchat,… etc. on peut presque suivre la vie quotidienne de Sonia lorsqu’on est connecté à ses pages sur les réseaux sociaux. Récemment, à l’occasion de son anniversaire, son frère lui a offert un magnifique chat siamois, très mignon dans sa robe gris-noir ! elle en était naturellement fière et très heureuse. Tellement fière d’ailleurs qu’elle s’est empressée de le prendre en photo, de lui faire quelques petites retouches à l’aide de filtre Retrica avant de poster la photo sur sa page facebook pour la montrer à ses amis.

Malheureusement pour elle, la photo n’a pas recueilli le nombre de like et de commentaires qu’elle espérait ! à peine 527 like alors que son compte dénombre pas moins de 3200 « amis ». Choquée et déçue par le peu de réactions que la photo de son chat, elle prend une décision radicale. En effet, elle le met dans sa cage (achetée également à l’occasion de l’anniversaire) et se dirige immédiatement vers Bir Mourad Raïs, plus exactement, sur les lieux d’un chantier de construction de logements AADL tenus par des chinois et leur propose de leur vendre le chat pour la modique somme de 3000 DA. Les ouvriers du chantier ont tout de suite accepté le deal et l’ont acheté le sourire aux lèvres, pensant certainement au dîner qui se profilait pour la soirée. Avec les 3000 da recueillis (Sonia n’a pas évidemment pas besoin de cette somme), elle décide de s’offrir une petit manucure chez d’autres chinois. Le chat lui a fini en ragoût.

Lire la suite