Connectez vous

Culture

Sur conseil de Benghebrit, Mihoubi publie “جدول إنقطاع المهرجانات”

Publié

dans

mihoubi

Ouergla, El Oued, Bel Abbes ….Plusieurs concerts ont été annulés après que des manifestants ont organisé des prières de rue devant les salles de spectacles afin d’empêcher le public d’y accéder.
Il faut remonter aux années 90′, pour voir des événements culturels attaqués par une partie des citoyens. Un rétropédalage social qui a obligé l’opéra a d’Alger de modifier son programme en organisant Salat El Djoumou3a cet après-midi. Pendant ce temps, le responsable N°1 de la culture en Algérie passe ses vacances paisiblement en Espagne et assiste à un festival de hard rock naturiste sur une plage catalane. Vivement interpellé, il brise enfin son silence en publiant sur son compte twitter جدول توقيت إنقطاع المهرجانات. Un calendrier informatif pour éviter aux spectateurs des dépenses et des déplacements inutiles.

Sur conseil de Benghebrit, bien (cen)sûr

La ministre de l’éducation et des coupures d’internet, a demandé à son collègue ministre de la culture de s’inspirer de ses méthodes et de son savoir faire pour faire face au mécontentement des citoyens. “Les estivants qui ont décidé d’aller voir Kader Japoni juste parce que ils ont des goûts de merde, sont avisés. Le tableau ci-dessous dévoile toutes les dates annulés durant l’été 2018. L’annulation est une solution sage. D’ici quelques jours, toutes les salles de spectacles seront transformées en salle de prière. De même, la télévision devrait elle aussi bousculer ses programmes avec l’arrêt de toutes productions artistiques, et l’introduction ses Fatwas live et des chansons de Chikh Al Affassi l’Islam Star. Des producteurs réfléchissent à des programmes de télé-réalité montrant le quotidien des salafistes vivant sous une tente dans le désert d’Arabie” annonce Azzedine Mihoubi. Avant d’ajouter “On ne peut très bien vivre sans la moindre espèce de culture, regardez Haddad, Salhi, Ould Abbes etc…ces gens-la n’écoutent pas Mozart, ils n’apprécient pas non plus la peinture cubiste et pense que Picasso est un monospace français, pourtant, c’est eux qui réussissent dans ce pays” conclut-il.

Annonce
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Culture

Azzeddine Mihoubi reçoit le rappeur Anouche Mafia

Publié

dans

mihoubi

Le ministre de la culture, Azzeddine Mihoubi, a reçu la star montante de la scène hip hop Anouche Mafia. Une semaine après sa rencontre avec le snapchateur Rifka, Azzeddine Mihoubi a réaffirmé sa volonté de promouvoir la culture algérienne underground qui fait florès sur les réseaux sociaux. Le film sur Ben M’hidi peut attendre.

W comme 5e mandat

Le ministre de la culture a publié sur sa page facebook une photo de sa rencontre avec Anouche Mafia sur laquelle on le voit à coté du rappeur faisant un signe de la main. En commentaire, Mihoubi écrit “Wesh la famille ? Vous savez quoi ? je suis en compagnie de la star du hip hop el marikani Anouche Mafia. Spéciale dédicace à tous mes potos du 2.8, la mifa : Alaa-eddine, Chemseddine, Fakhreddine, sans oublier crocodine. Big up, à ma fille qui cherche du taf depuis 2010”. Le signe que fait Mihoubi avec sa main intrigue les internautes : tous les doigts tendus, majeur et annulaire croisés, les autres doigts écartés. Un internaute y voit un “W” synonyme de “West Cost”, en référence à Tupac qui aimait bien marquer son appartenance à la communauté des rappeurs de la cote ouest en faisant ce signe de la main. Mais Mihoubi l’entend pas de cette oreille, il précise que “ce n’est pas un W gros, c’est juste un 5 pour appeler le président Bouteflika à briguer un 5e mandat”.

C’est râpé !

En marge de leur rencontre, Mihoubi aurait proposé à Anouche Mafia de participer à un clip qui sera financé par son ministère et qui regroupera la fine fleur des artistes actifs sur les réseaux sociaux. Une chanson de soutien au président Bouteflika pour la présidentielle de 2019, bien qu’il n’ait aucun concurrent sérieux dans la course à El Mouradia, excepté la mort. Une chanson hip hop ou une chanson rap, Mihoubi hésite encore. Vu l’état de santé de son candidat, c’est râpé d’avance !

Lire la suite

Culture

Mihoubi “Moi-même je suis au chômage depuis que je suis ministre”

Publié

dans

Par

mihoubi

Azzedine Mihoubi s’est exprimé hier soir chez nos confrères d’El Bilad dont le sérieux et le professionnalisme ne sont pas à mettre en doute. Le ministre de la culture est revenu sur les dernières polémiques secouant son secteur. De la censure, au statut des artistes, l’inconditionnel fan de Rifka a répondu à tous ses détracteurs à tel point que ces derniers ont commencé à soucier de lui, de sa précarité après son discours émouvant “Mon fils Nouredine est payé au SMIC, Chamseddine est SDF, James Dean est mort dans un accident de la route, quant à ma fille, elle est au chômage depuis 6 ans” a-t-il déploré, en larmes. 2 téléspectateurs sur 3 était prêts à organiser un téléthon afin d’aider les Mihoubis.

AzzeDigne malgré la galère

Dans sa stratégie pour répondre aux procès d’intention qui lui sont faits, Mihoubi a tenté de clarifier les choses et ce faisant passé pour un Algérien moyen, sans travail, sans logement, père d’une famille fauché. “Il n’y a pas que ma fille qui est au chômage. Bon elle c’est différent, elle vit en France depuis 6 ans, il est tout à fait normal qu’elle ne soit pas active ici depuis 2012. Par contre, moi c’est sérieux. Depuis que j’ai pris le porte-feuille de la culture, je me sens au chômage, je sais qu’un travailleur s’ennuie profondément s’il ne bosse pas dans son domaine, mais mon cas est excessif. Je fous rien, je déprime, je m’étouffe” déplore-t-il. Le ministre enchaîne sa démonstration de victime en décrivant son quotidien. “Je me lève à 10 heures, je pars au ministère après avoir consulté le snapchat de Rifka. Souvent, rien de neuf. A mon arrivée au bureau, je ne trouve personne, sont tous parti après le pointage du matin. Bref, je fais quoi, j’appelle mes amis, Kader Japoni et Warda Charlemonté pour les stimuler à donner de leur mieux à la culture algérienne. L’unique journée où je me bouge un peu le cul, c’est quand un malade mental prend un marteau pour saccager Ain El Fouara. Sinon c’est l’ennui total. J’en souffre, alors arrêtez de vous plaindre. Il faut être digne, je le suis moi” conclut-il.

Lire la suite