Connectez vous

Santé

Ould Abbes serait atteint du syndrome de “l’inversion du tube digestif” ou “anus Inversus”

Publié

dans

djamel-ould-abbes

M. Djamel Ould Abbes, secrétaire général du FLN, serait atteint d’une pathologie rarissime: Le syndrome d’inversion du tube digestif; C’est en tout cas ce qu’a révelé le résultat des travaux menés par l’équipe de gastro-entérologie du CHU Mohamed Debaghine de Bab El Oued (Ex Maillot), avec à sa tête l’éminent Professeur Maamer Belekhra.

“La merde a de l’avenir, vous verrez qu’un jour on en fera des discours”. Visionnaire, Louis-Ferdinand Céline ne croyait pas si bien dire. L’équipe médicale menée par Pr Belekhra et Dr Izzan vient de révéler cette information incroyable. En effet, il n’existe que quelques cas de “AIS” (Anus Inversus Syndrom) à travers le monde, et l’ancien ministre Algérien en serait vraisemblablement atteint.

Interrogé par nos soins, le Pr Belakhra, nous explique : “En écoutant les déclarations répétées de M. Ould Abbes à travers les médias, nous avions pensé en premier lieu à un simple cas psychiatrique de mythomanie, ou à une démence sénile” nous confie-il.
“C’est d’abord l’attroupement massif des mange-merde de journaleux à chacune de ses interventions qui nous a mis la puce à l’oreille. Nous avons donc décidé de revisionner l’intégralité de ses sorties médiatiques, et dieu seul sait que ce fut pénible pour l’équipe. Chaque phrase prononcée ne sentait vraiment pas bon. Chaque mot donnait la nausée ; C’est à partir de là que nous avons commencé à penser à l'”AIS”. Grâce à des techniques qui permettent de mesurer la teneur en matières fécales, nous avons retrouvé des taux avoisinant les 100% lors de l’analyse de la plupart des conférences de presse de M. Ould Abbes. Nos doutes étaient justifiés. C’était bien de la merde” poursuit –il.

L’anus Inversus, une terrible maladie

Le syndrome d’inversion du tube digestif est une maladie congénitale rare qui se traduit par un appareil digestif, bien que fonctionnel, et d’anatomie normale, inversé. L’orifice anal est donc situé là où devrait être la bouche.
Les patients ne sont souvent pas conscients de leur trouble. C’est surtout l’entourage qui en pâtit. “C’est d’autant plus compliqué lorsque le patient est une personnalité publique et aussi médiatisée. En plus de l’entourage immédiat, c’est l’ensemble des Algériens qui en souffre aussi” Nous dit Dr Izzan.

Une pathologie sous-diagnostiquée, et encore sans traitement.

Il semblerait que le cas du secrétaire général du FLN ne soit pas un cas isolé. D’autres cas similaires ont été signalés. Etrangement, la plupart d’entre eux font partie de la sphère politique et médiatique. On peut citer, entres autres, Naima Salhi, M. Benhamou, ou encore Ali Bencheikh.
A l’heure actuelle, il n’existe aucune thérapeutique efficace. Certains médecins préconisent de bâillonner les patients en cas d’accès, précise Dr Izzan : “même si l’idée de bâillonner M. Ould Abbas est particulièrement plaisante, et soulagerait probablement bon nombre d’entre nous, il reste que ce moyen demeure malheureusement limite sur le plan éthique” déplore-il.

Annonce
2 comments

2 Comments

  1. Ness chikirine

    août 3, 2018 à 9:30

    insert meme *give this man a medal*
    your articles bewitched me body and soul xD

  2. BENNINI

    août 25, 2018 à 11:56

    Ouf,grand soulagement, l’origine De l’épidémie Du Choléra est localisée reste à prendre les mesures qui s’imposent.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Santé

Le ministère de la santé plante des épouvantails à l’effigie de Antar Yahia pour faire fuir le virus du Nil

Publié

dans

antar

Le virus du Nil est à nos portes. Les autorités sanitaires tunisiennes ont dénombré 130 cas suspects d’infection dont 30 cas confirmés, faisant craindre une propagation de la maladie . Mais le ministère de la santé a déjà prévu un plan pour parer à tout risque épidémique.

Pas de risque

Selon le ministère de la santé, de la population et de la réforme hospitalière, le risque d’une propagation du virus du Nil en Algérie est minime. “Le virus est à nos portes. Mais nous sommes à l’abri. Le pays ne donne pas très envie qu’on y entre” a déclaré Mme Djamdjoum, responsable de la communication par intérim au ministère. Il ne donne pas envie qu’on y sorte non plus, la preuve le nouveau-né de Hasbellaoui a préféré sortir ailleurs. “D’ailleurs, nous les avons laissées grandes ouvertes, les portes, pour que le virus du Nil voie bien ce qu’il attend ici si jamais par nonchalance il s’aventure à franchir la frontière.” a-t-elle poursuivi. Le souvenir de l’épisode du vibrion cholerae qui a vécu la misère en Algérie est encore vif dans la mémoire collective microbiologique.

“On sera les derniers à l’avoir”

Le plan de prévention du ministère de la santé consiste à planter le long de la frontière algéro-tunsienne des épouvantails à l’effigie de Antar Yahia, ex international algérien, Sheshonq de la baballe, vainqueur des Égyptiens au Soudan en 2009. Le ministère de la santé espère ainsi repousser le virus du Nil qui, comme tout ce qui vient des pays des pharaons, prendrait peur à la vue du joueur. “C’est une mesure préventive supplémentaire. Elle est très efficace. Nous l’avons testé sur des gens du Nil, tous ont fui. En conclusion, sachez que le virus du Nil, comme la démocratie, les droits de l’homme, et la 4G, nous serons le dernier pays à l’avoir”

Lire la suite

Santé

Hasbellaoui “ma femme n’accouche en France que si elle se sent menacée”

Publié

dans

hasbellaoui

Selon le président du RCD, Mohcine Belabbas, le ministre de la Santé, Mokhtar Hasbellaoui, aurait soigné sa femme en France. Mais n’allons pas si vite en besogne, il ne s’agit peut-être là que d’une campagne de diffamation comme celle dont a été victime le très honnête ex-ministre de la santé Chakib Khelil, avant d’être blanchi par la justice algérienne. En tout état de cause, le ministre de la santé a réagi aux accusations qui lui sont adressées, en remettant les point sur les i.

Pas de carte chifa

Le ministre de la santé a révélé que son épouse “n’avait pas de carte chifa”, ce qui lui interdisait de fait l’admission dans une structure hospitalière publique conformément aux dernières instructions du ministre du travail. “Ma femme n’est pas titulaire de la carte chifa” a précisé Hasbellaoui en expliquant que son épouse a refusé également de se faire accoucher au domicile conjugal à cause de son élevage de scorpions. “J’ai beau lui expliquer que ses petites bêtes n’étaient pas dangereuses, elle n’a rien voulu entendre” regrette-t-il, avant de poursuivre “ma femme n’a pas la carte chifa mais elle a la carte vitale, nous sommes donc convenus de l’évacuer en France. Ainsi notre enfant aura le droit du sol, il fera ses études de médecine en France, et ne se sera pas soumis à l’obligation du service civil, il exercera son noble métier dans la dignité… parce qu’il parait qu’on tabasse les toubibs chez vous en Algérie, c’est regrettable”. En conclusion, le ministre a mis en exergue la nécessité pour son épouse d’accoucher en France en invoquant le risque sanitaire lié à l’épidémie de choléra.  “Ma femme n’accouche en France que si elle se sent menacée” conclut-il.

 

Lire la suite