benalla

L’affaire qui secoue en ce moment le sommet de l’Etat français est un véritable scandale dont se serait bien passé le président Macron et son entourage. Rappel des faits : il y a quelques jours, une vidéo est apparue sur les réseaux sociaux montrant un gars, habillé en civil mais portant un casque de CRS et un brassard « police», tabasser un manifestant lors d’une manifestation du 1er mai dernier dans les rues de Paris. La personne en question a été identifiée comme étant Alexandre Benalla, un très proche collaborateur de président Macron, chargé, entre autres, de sa sécurité.
Très vite, la vidéo devient virale et une véritable polémique s’enclenche. L’opposition dénonce alors une ingérence dans les affaires de police n’hésite pas à parler d’usurpation de fonctions. Les choses se sont vite développées puisque plusieurs éléments incriminant encore plus Benalla, sont venus s’ajouter à cette crise, notamment, le fait qu’il avait des avantages de police qui ne sont pas de son ressort, ou encore des avantages en nature liées à ses fonctions. Par ailleurs, il a été aussi établi qu’Alexandre Benalla avait participé à d’autres manifestations où il avait aussi tabassé d’autres personnes sans en avoir le moindre droit. Mais tout récemment, une nouvelle accusation est venue s’ajouter à la longue liste des accusations dont il fait l’objet, et cette fois ci, elle implique l’Algérie.
En effet, selon des sources confidentielles, Alexandre Benalla était venu en Algérie durant les 6 premiers mois de l’année, en pleine crise des étudiants en médecine et avait participé aux côtés des forces de l’ordre algériennes à la gestion des manifestations des étudiants médecins algériens. Il devait en effet prodiguer des conseils à la police algérienne pour mater les manifestations. Mais le pire, c’est qu’il a été filmé, sur la place du 1er mai, en train de tabasser quelques jeunes étudiants, devant l’entrée de l’hôpital Mustapha, en indiquant que c’était « comme ça qu’il fallait faire ».
La vidéo a été exhumée suite à l’apparition de l’affaire en France. Son propriétaire s’est rendu compte que la personne en question était finalement un personnage public français. Au moment des faits, personne n’avait relevé cela puisque Alexandre Benalla, français d’origine marocaine, avait le physique d’un maghrébin et donc était pris pour un policier algérien. Pour l’heure, les autorités algériennes ne se sont pas encore prononcées sur cette affaire mais il est évident qu’elles vont devoir sortir de leur silence pour expliquer cette affaire assez gênante pour l’Algérie et la France à la fois.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

S'abonner à la newsletter

Restez informés en gardant le sourire.

Vous pourriez aussi aimer

Gaïd Salah “excusez mon absence, je suis en train de naviguer une carte chifa”

Mais où est donc passé Gaïd Salah ? Nous n’en savons rien…

Gaïd Salah va bien, selon le chanteur Cheb Mami

Disparu depuis le 30 septembre à Oran, le Chef d’État major de…

Ibtissem Hamlaoui lance le hashtag #Bring Back Our Gaïd

Comme la gazelle, son repas préféré, le général de corps d’Armée serait…

Tliba entame une grève de la faim : “je ne proteste contre rien, c’est juste pour maigrir un peu”

Où est donc Tliba ? Nul ne le sait. Par contre, tout…