Connectez vous

Économie

Kamel El Bouchi compte réaliser une usine de montage de cocaïne à Sidi Belabbès

Publié

dans

cocaine

Les mesures prises par le gouvernement pour réduire la facture d’importations commencent à porter leurs fruits. Bientôt l’Algérie n’importera plus sa cocaïne de Colombie mais la fabriquera ici-même grâce à Kamel El Bouchi. L’homme d’affaires (C.f Affaire Kamel El bouchi) a indiqué jeudi qu’il comptait réaliser une usine de montage de cocaïne pour le bonheur des dealers, des toxicomanes et de Youcef Bellaili.

Plus de cocaïne d’importation d’ici 2020

Kamel El Bouchi envisage de réaliser une usine de montage de cocaïne en Algérie durant l’année 2019 sous le slogan #khellih_yesnifi, a indiqué jeudi son avocat. “Kamel est en train d’étudier la possibilité de construire une grande usine de montage de cocaïne en Algérie au cours de l’année 2019”, a précisé à la presse l’avocat de la défonce, en marge du procès de son client qui risque 20 ans de réclusion. A ce propos, l’avocat s’est montré confiant “Demain c’est le 5 juillet, Kamel sera de toute façon gracié par le président de la république”

Par ailleurs, il a expliqué que des discussions avec des hauts gradés de la police et de la gendarmerie nationale sont en cours pour réaliser le projet de l’usine qui permettra de couvrir la moitié des besoins nationaux en drogue d’ici 2020. L’autre moitié étant couverte par les voisins marocains.

Actif sur le marché de la viande depuis 1995, Kamel El Bouchi était réputé à Kouba où il tenait une boutique très achalandée. Certains de ces clients ne savaient même pas qu’il était boucher.

Annonce
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Économie

La Syrie veut acheter la pastèque algérienne pour s’en servir comme arme bactériologique

Publié

dans

pasteque

Tout comme nos oranges, nos dattes, notre blé, notre huile d’olive, nos pastèques sont bien évidemment les meilleures au monde. Ce n’est pas la dernière offre de Damas qui viendrait nous contredire. En effet, le régime syrien serait particulièrement intéressé par la dernière récolte de pastèque algérienne porteuse de choléra.

Une arme de destruction massive

La pastèque pointée du doigt par l’Institut Pasteur comme responsable de l’épidémie de choléra et boycottée depuis par les Algériens a peut-être trouvé acquéreur auprès de la Syrie. Les autorités syriennes ont manifesté leur intérêt “pour la pastèque algérienne” en affirmant leur désir d’acheter la totalité de la récolte de cette année, moins pour ses qualités gustatives que pour son potentiel létal. Empêtré dans une guerre civile des plus meurtrières, Bachar Al Assad veut en finir avec les dernières poches de résistance, notamment à la Ghouta orientale où des rebelles lui tiennent encore tête. “Les attaques chimiques au chlore n’ayant pas donné les résultats escomptés, Damas songe à finir le travail avec des armes bactériologiques”. La pastèque porteuse de choléra reste l’une des options retenus par les généraux syriens. “Tu vends ça au rabais au marché, le lendemain épidémie de choléra. Les quatre pelés et deux tondus survivants des attaques chimiques mourront de dysenterie le surlendemain. Pas vu, pas pris, la guerre est gagné et on n’en parle plus” nous explique le général Al Fassah.

Nos pastèques, les meilleures des pires

Les marchands de pastèque, affectés par la crise de confiance touchant leur fruit depuis le début de l’épidémie de choléra, sont soulagés. L’idée qu’ils puissent épuiser leurs fruits, quand bien même ils seraient avariés, les réconfortent dans leurs convictions que la pastèque algérienne est la meilleure au monde. “Nous sommes capables du meilleur et du pire, même quand il s’agit de pastèque, mais dans le pire, c’est nous les meilleurs” se félicite goguenard un vendeur ambulant, en paraphrasant Coluche.

Lire la suite

Économie

Classement Forbes : Rebrab retire son passeport algérien et passe devant Bill Gates

Publié

dans

Par

rebrab

Le classement des plus grosses fortunes du monde établi et compilé annuellement par le magazine économique américain Forbes vient de connaitre une énorme surprise. Isaad Rebrab intègre pour la premiere le top 3, devançant au passage Bill Gates, Warren Buffett et Mark Zuckerberg. Le milliardaire algérien a connu une ascension fulgurante depuis le retrait de son nouveau passeport biométrique, hier matin. Classé 500 ème en 2017, Rebrab se hisse à la deuxième place grace à une fortune estimé à 4 milliards $ + un passport vert. Un incroyable saut que les analystes économique n’arrivent pas à comprendre. Explications :

Un passeport à 100 pages pour les plus riches

Le gouvernement a annoncé mercredi dernier qu’il s’apprête, Ramadan oblige, à augmenter fortement le prix des timbres fiscaux des cartes d’identité, des permis de conduire et des passeports. Une augmentation de plus de 50 %. “Un message d’Ouyahia pour rappeler aux Algériens qu’ils n’ont pas besoin de passport puisque aucun pays ne leur délivre de visa” a souligné Nazim Baya, rédacteur en chef du très sérieux journal El Manchar. Si le passeport ordinaire de 28 pages coûte désormais 10 000 da, celui de 48 pages destiné aux Baggaras et faux hadjis qui font Alger-Djedda chaque mois pour ramener des Djellabas est proposé à 50 000 da. On retrouve également le “Vip-passport” destiné aux chefs d’entreprises, aux hauts fonctionnaires corrompus et à Bouteflika pour ses visites d routine au Val-de-Grâce. Un passeport offert gratuitement aux nantis de la nation dont la valeur est estimée à plusieurs milliards de dollars “Ce passeport spécial est un véritable bijou. Son papier est saupoudré de limaille d’or, et les inscriptions sont gravées en lettres de diamant, la feuille est estimée à 500 millions de dollars. Rebrab est parmi les premiers à avoir bénéficié du document précieux. Son classement est pour nous logique, et encore, Rebrab n’pas encore sa carte d’identité. Quand il l’aura prochainement, il détrônera le parton d’Amazone Jeff Bezos, et sera largement en tête” assure N. Bedoui, ministre de l’intérieur.

Si le prix du baril de pétrole ne subvient pas aux besoins des Algériens, le papier administratif, nouvelle richesse du pays répond aux aspirations démesurées de nos dirigeants. En effet, la vraie devise ne se trouve pas aujourd’hui dans les banques mais dans les APC et les Dairas. La banque centrale a annoncé l’achat de plus de 5000 tonnes de papier administratif, l’Algérie devient le pays avec le plus grand pourcentage de réserves de change en papier. Les Algériens possédant un passeport biométrique ont un patrimoine dépassant celui de la moitié de la population mondiale. Une inégalité accablante qui risque de ne pas durer puisque la valeur du papier administratif risque bientôt de chuter après la mise en place de la planche à papier promise par Ouyahia début 2019. Plus de 10 millions de faux papiers seront imprimés. Crise, rebelote !

Lire la suite