Connectez vous
bannière

Actualités

El-Harrach : 2 000 détenus s’évadent après une journée “portes ouvertes” sur le système pénitentiaire

Publié

dans

prison

Pointée du doigt par Amnesty international lors de son dernier rapport sur les conditions carcérales, les prisons algériennes, ou résidences secondaires abandonnées par les hauts fonctionnaires, jouent la carte de l’apaisement, et tentent de masquer leurs vrais visages. C’est le cas de la prison d’El Harrach, qui a organisé ce matin une journée surprise “portes ouvertes” pour permettre au public de découvrir les conditions de détention assouplies, dans le respect de la dignité humaine, offertes aux prisonniers. Mais l’événement ne s’est pas déroulé comme prévu. En effet, un quart d’heure seulement après l’ouverture des portes, des vagues de détenus ont réussi à passer les barrières de la prison, on en compte déjà 1964 dans la nature à l’heure actuelle. C’est la plus importante fugue de l’histoire après celle de Adbdelmoumene Khalifa.

Des portes trop ouvertes !

Arrivés sur les lieux, notre surprise fut grande lorsque on est entré à l’intérieur de la prison. Cellules ouvertes, salles vides, postes de surveillances abandonnées, on dirait une rue d’Alger pendant salat el djoumou3a. Chanceux, on a pu croiser un gardien de retour de sa pause déjeuné qu’il avait prise à 9 h “Comme vous pouvez le constater, aujourd’hui c’est le désert. Ils sont tous partis, à cause de cette journée portes ouvertes de merde. Ils ont voulu l’organiser, qu’ils assument maintenant” crie, Ahmed Habes, gardien de prison.
Éberlués, nous avons demandé la rencontre du directeur pour plus d’explications “Vous venez d’interrompre ma sieste, c’est un délit passible de 6 mois de détention” menace-t-il. Après l’avoir mis au courant, il nous a répondu avec une froideur inouïe “Ah les cons ! Je leur ai demandé hier d’ouvrir la porte principale au public pour des visites guidées. Apparemment, ils ont ouvert toutes les portes, même celles des cellules. En tout état de cause, l’erreur est humaine, la plupart des évadés sont de multiples récidivistes, ils regagneront leurs cellules tôt ou tard” promet Djamel. K, directeur du centre d’El Harrach.

“Et puis de toute façons, il allaient tous sortir le 5 juillet”

Quant au chef de sécurité de la prison, il dédramatise la situation sur une note d’humour “Chez nous Michael Scofield passerait pour un con. Pas besoin de se tatouer le cul ou creuser des tunnels, ici quand tu t’évades, tu le fais avec classe” commente-t-il, en évoquant la grâce présidentielle “L’ensemble de nos détenus s’apprêtaient à sortir le 05 juillet prochain. Cette année, ils ont bénéficié de la grâce de son excellence 2 mois à l’avance, la grâce connaîtra deux sessions cette année, tant mieux pour eux” souligne-t-il. Avant d’ajouter, les vrais criminels sont dans la nature, Bouteflika a gracié tout le monde “terroristes, traîtres, voleurs, assassins… En Algérie, la fugue n’est pas une excellente idée, puisque ces criminels novices sont mieux protégés à l’intérieur du centre qu’à l’extérieur. Ils finiront par revenir” conclut-il.

Les médecins et les enseignants pour occuper les lieux désertés ?

Après la désertion du 2ème centre carcéral du pays, une question est sur toutes les lèvres : Qui pour remplacer les détenus ? La prison va-t-elle fermer ses portes et envoyer des centaines de personnes déjà au chômage, au vrai chômage ? Le juge du tribunal d’Alger monte au créneaux et apporte une solution pour sauver El Harrach “Nous proposons d’arrêter les médecins résidents et les enseignants et les autres casse-couilles qui empêchent Bouteflika de faire son coma et les foutre en prison. Ce sont les vrais criminels selon la justice de Chakib Khelil. Et puis, bonne nouvelle, ces années de détention seront comptabilisées dans leur service civile” promet-il.

Annonce
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Actualités

Les députés appellent à une session de rattrapage après leur nouvel échec au Bac

Publié

dans

Par

parlement

Depuis jeudi à 20h, les résultats du baccalauréat ont été rendus publics. Les centaines de milliers de candidats qui ont passé le fameux examen ont donc pris connaissance de la « sentence » qui a été prononcée à leur encontre. Ainsi, selon les chiffres du ministère de l’éducation nationale, ils sont près de 58% à avoir réussi ces épreuves qui donnent enfin accès aux portes de l’université avec des rêves de grandeurs pour chacun des lauréats.

Toute la soirée d’hier, des cris de joie, des klaxons et même des fumigènes ont été aperçus dans beaucoup de localités au pays. Les familles des lauréats et les candidats eux même se sont totalement lâchés. En revanche, il y a eu en face ceux qui n’ont pas eu ce bonheur de réussite. Les 42% de recalés se sont fait très discrets. Beaucoup ont privilégié de rester à la maison pour éviter les regards gênants et les questions auxquelles ils ne voudraient pas répondre au vu de leur état d’esprit. Cependant, une « catégorie » de candidats malheureux a décidé de se sortir au grand public et manifester sa colère suite à cet échec. Il s’agit des députés de la nation.

En effet, chez les élus du peuple, il y a presque 97% d’échec au bac cette année. Pour certains d’entre eux, un énième échec qu’ils n’arrivent pas à digérer. Alors, ils ont décidé de sortir dans la rue et de manifester devant le bâtiment de l’APN afin de réclamer l’organisation d’une session de rattrapage en septembre. Le porte-parole de ce mouvement de protestation est (sans surprise), le député d’Annaba, Baha Eddine Tliba, qui connait ici son 5ème échec d’affilé. Il s’est exprimé devant des journalistes venus couvrir la manifestation. Tout en tenant un sandwich à la main et parlant presque la bouche pleine (avec des miettes sur les moustaches), il déclare que ses collègues et lui méritent un traitement de faveur dû à leur statut de représentants des citoyens. Il affirme que dans les pays qui se respectent, on élit des députés qui ont un niveau universitaire, et donc, qui ont un jour eu le bac. Il est donc tout à fait normal pour lui que le ministère de l’éducation nationale leur accorde ce titre honorifique, même s’ils ont en rien à faire dans la vraie vie et la vie politique, puisqu’ils ont déjà tout ce qu’ils veulent, assure-t-il. Il appelle donc à organiser, pour la forme seulement, une session de rattrapage en septembre, pour les députés. Un courrier officiel sera envoyé à la ministre début de semaine prochaine, promet Tliba. Il ajoute : « elle a intérêt à y répondre favorablement, car quand je suis en colère, j’ai faim, et quand j’ai faim, je ne distingue pas la nourriture des humains » !

Lire la suite

Actualités

Des photos d’identité rejoignent l’ENA dans l’espoir de devenir les futurs portraits présidentiels

Publié

dans

Par

photo-d-identite

Les dernières apparitions posthumes du président de la république ont complètement bousculé les règles du jeu de la politique algérienne. En effet, faute de présence physique de Bouteflika pour un simple rhume, son portrait officiel “BouTOF” assure l’intérim depuis plus de 3 mois et l’Algérie devient le premier pays gouverné par un objet. Un état de fait vivement rejetée par El Mouradia “De même qu’il est peu élégant de traiter la femme d’objet, traiter le président de cadre ou d’affiche est désormais passible de prison. Son excellence est surhumain. C’est l’ange gardien des Algériens, vous ne le voyez pas parce qu’il est devenu depuis sa mort cérébral un esprit tutélaire. Oui un portrait peut devenir président, Il suffit juste d’y croire” souligne son chef de cabinet.

L’ENA, hommes ou portraits, y a (pas) photo

Pour mieux coller à la réalité du pays, l’école nationale d’administration qui se donne comme vocation de former les corrompus, les voleurs et les hauts fonctionnaires, vient de réformer ses conditions d’accès. Seules les photos d’identité seront désormais admises en lieu et place des êtres humains à l’ENA. “Le dossier à fournir pour s’inscrire au concours d’accès à l’école nationale d’administration pour l’année universitaire 2018/2019 doit comporter les pièces suivantes :
– 02 Photos d’identité des photos d’identité candidates
– Une attestation de piston ou
– Un bakchich pour les candidats de la populace
– Accessoirement un bac
Les candidats dont le grand-père, le père ou l’oncle est général, ministre ou député sont dispensés de fournir les 3 dernières pièces, seule les photos des photos suffisent” précise la direction de l’école dans une note.

Un programme de développement inédit

Afin de former ces petites représentations graphiques, l’ENA licencie 200 professeurs et conférencier et les remplace par des photographes, infographes et quelques encadreurs “On compte aligner sur la scène politique algérienne une centaine de portraits d’élite d’ici 2024. Ces miniatures de 35mm*45mm se développeront grâce à nos programmes et pourront atteindre les 2.5m*1.5m après leur formation. Les meilleures en sortiront encadrés, prêtes à gouverner. Aucun programme pédagogique n’est envisageable puisque ces futurs hauts fonctionnaires suivront les traces de leurs aînés, immobiles, impassibles, et surtout immortels. Place aux jeunes !” s’enthousiasme le directeur de l’ENA.

Lire la suite