Connectez vous

Économie

L’ETRHB obtient le grand projet de construction d’une phrase correcte pour Ali Haddad

Publié

dans

haddad

Autoroute est-ouest, logements AADL, grande mosquée d’Alger, Zaouïas de rédemption etc…Il faut dire que depuis l’arrivée de Bouteflika au pouvoir l’Algérie est devenue le plus grand chantier inachevé du monde. Le gouvernement multiplie les projets dont les affaires de corruptions et le népotisme sont visibles même sur maquette. Le dernier grand projet intitulé “la grande phrase de Haddad” n’est autre que la construction d’une phrase syntaxiquement correcte pour Ali Haddad. L’homme d’affaire analphabète dont le cerveau est aussi vide que la transsaharienne, bénéficiera grâce à son entreprise l’ETRHB, d’une phrase grammaticalement correcte, dans les normes de la syntaxe. En effet, le géant du BTP algérien vient de décrocher ce qu’il qualifie de contrat du siècle. Un contrat de plus de 100 milliards de dinars pour ce chantier linguistique.

Haddad, qui avait lancé son appel d’offres il y a quatre mois, a déclaré avoir confiance dans le savoir-faire de son entreprise “je vou juste prounounci une phrase courecte. Et que les angirien arrete de rigouli quan je parl. Ji suis pas un cloune, ok !” a-t-il déclaré, furieux.

Le plus grand chantier algérien de l’histoire

Afin de réaliser ce méga-projet, l’ETRHB met le paquet en dévalisant la banque d’Algérie : Plus de 100 milliards prêtés, une équipe de 50 architectes, 30 ingénieurs en génie civile, 20 orthophonistes et une dizaine de profs de français de niveau supérieur. S’ajoutant à ses moyens humains, un materiel colossal : 100 Bescherelles, des grues, des bétonnières, 50 dictionnaires Le Petit Larousse, 20 entonnoirs cérébraux et plusieurs pelles Poclain ” Ce projet coûtera aux Algériens la peau des fesses, mais il n’ont pas le choix, selon Bouteflika c’est la 2ème priorité après la grande mosquée d’Alger” souligne A. Touati, PDG du groupe ETRHB.

Selon un communiqué de l’entreprise, les travaux qui débuteront en mai 2018, sont prévus de s’achever en 2022. Cet interminable chantier permettra la création de plus de 5.000 emplois, fictifs pour la plupart. Le géant du BTP algérien annonce la démolition en 2 secondes de tout le contenu cérébral de Haddad, puis la construction d’un pont d’une longueur de 50 cm reliant le cortex cérébral au canal vocal. 5 réseaux neurolinguistiques seront installés, ainsi que 5 entonnoirs branchés à son cortex auditif pour faciliter le transit et la compréhension des mots. Dans le lobe temporal, zone responsable des fonctions cognitives, dont l’audition, le langage sera totalement aménagée et dotée de petites roues motrices importante pour la circulation de ses idées “Ce sera un travail de longue haleine, je préfère reconstruire l’autoroute est-ouest que de m’emmerder avec un analphabète dont le cerveau est une impasse” constate avec brio, le chef du chantier.

Une phrase simple, un individu complexe

Selon l’architecte du projet, l’ETRHB doit tourner sa pelle 7 fois avant de réaliser ce projet “Ali Haddad, non seulement est illettré mais il est con aussi. Déjà avec un capital lexical de 10 mots, il ne cesse de dire des bêtises. Lui enrichir son vocabulaire serait synonyme de diarrhée verbale chronique. Puisque on va atteindre son cerveau, l’idéal serait de déclencher un petit AVC présidentiel pour lui faire perdre la parole. Regardez Bouteflika, il nous emmerde plus avec ses mensonges. Je suis pour la construction d’une aphasie” conclut-il.

Annonce
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Économie

La Syrie veut acheter la pastèque algérienne pour s’en servir comme arme bactériologique

Publié

dans

pasteque

Tout comme nos oranges, nos dattes, notre blé, notre huile d’olive, nos pastèques sont bien évidemment les meilleures au monde. Ce n’est pas la dernière offre de Damas qui viendrait nous contredire. En effet, le régime syrien serait particulièrement intéressé par la dernière récolte de pastèque algérienne porteuse de choléra.

Une arme de destruction massive

La pastèque pointée du doigt par l’Institut Pasteur comme responsable de l’épidémie de choléra et boycottée depuis par les Algériens a peut-être trouvé acquéreur auprès de la Syrie. Les autorités syriennes ont manifesté leur intérêt “pour la pastèque algérienne” en affirmant leur désir d’acheter la totalité de la récolte de cette année, moins pour ses qualités gustatives que pour son potentiel létal. Empêtré dans une guerre civile des plus meurtrières, Bachar Al Assad veut en finir avec les dernières poches de résistance, notamment à la Ghouta orientale où des rebelles lui tiennent encore tête. “Les attaques chimiques au chlore n’ayant pas donné les résultats escomptés, Damas songe à finir le travail avec des armes bactériologiques”. La pastèque porteuse de choléra reste l’une des options retenus par les généraux syriens. “Tu vends ça au rabais au marché, le lendemain épidémie de choléra. Les quatre pelés et deux tondus survivants des attaques chimiques mourront de dysenterie le surlendemain. Pas vu, pas pris, la guerre est gagné et on n’en parle plus” nous explique le général Al Fassah.

Nos pastèques, les meilleures des pires

Les marchands de pastèque, affectés par la crise de confiance touchant leur fruit depuis le début de l’épidémie de choléra, sont soulagés. L’idée qu’ils puissent épuiser leurs fruits, quand bien même ils seraient avariés, les réconfortent dans leurs convictions que la pastèque algérienne est la meilleure au monde. “Nous sommes capables du meilleur et du pire, même quand il s’agit de pastèque, mais dans le pire, c’est nous les meilleurs” se félicite goguenard un vendeur ambulant, en paraphrasant Coluche.

Lire la suite

Économie

Kamel El Bouchi compte réaliser une usine de montage de cocaïne à Sidi Belabbès

Publié

dans

cocaine

Les mesures prises par le gouvernement pour réduire la facture d’importations commencent à porter leurs fruits. Bientôt l’Algérie n’importera plus sa cocaïne de Colombie mais la fabriquera ici-même grâce à Kamel El Bouchi. L’homme d’affaires (C.f Affaire Kamel El bouchi) a indiqué jeudi qu’il comptait réaliser une usine de montage de cocaïne pour le bonheur des dealers, des toxicomanes et de Youcef Bellaili.

Plus de cocaïne d’importation d’ici 2020

Kamel El Bouchi envisage de réaliser une usine de montage de cocaïne en Algérie durant l’année 2019 sous le slogan #khellih_yesnifi, a indiqué jeudi son avocat. “Kamel est en train d’étudier la possibilité de construire une grande usine de montage de cocaïne en Algérie au cours de l’année 2019”, a précisé à la presse l’avocat de la défonce, en marge du procès de son client qui risque 20 ans de réclusion. A ce propos, l’avocat s’est montré confiant “Demain c’est le 5 juillet, Kamel sera de toute façon gracié par le président de la république”

Par ailleurs, il a expliqué que des discussions avec des hauts gradés de la police et de la gendarmerie nationale sont en cours pour réaliser le projet de l’usine qui permettra de couvrir la moitié des besoins nationaux en drogue d’ici 2020. L’autre moitié étant couverte par les voisins marocains.

Actif sur le marché de la viande depuis 1995, Kamel El Bouchi était réputé à Kouba où il tenait une boutique très achalandée. Certains de ces clients ne savaient même pas qu’il était boucher.

Lire la suite