benghabrit

“Le mois de l’année où le politicien dit le moins de conneries, c’est le mois de février, parce qu’il n’y a que 28 jours.” dixit Coluche. Nouria Benghebrit annonce (enfin) son désir de recevoir le syndicat le plus représentatif des enseignants algériens, le Cnapeste. Une nouvelle plutôt réjouissante publiée par la ministre elle-même sur son compte Twitter ” Je vais accueillir dans mon bureau le syndicat des enseignants, à la fin de ce mois de février, on devra y discuter conditions de travail et salaires. Le Cnapeste devra se montrer convaincant s’il souhaite obtenir satisfaction, sinon je couperai le syndicalisme à tous les Algériens” menace-t-elle.

Les cadres du Cnapeste dont l’idéologie pourrait s’étendre de Nietzsche jusqu’à Chikh Ferkous, se disent optimistes et prêts pour lancer les négociations avec leur tutelle ” Mme Benghebrit pensait, il y a seulement deux jours, que le Cnapeste est une zoonose proche de la peste due à une mutation du bacille Yersinia pestis, recevoir notre syndicat et le reconnaître en tant que tel, est un grand pas pour les millions d’enseignants grévistes ” souligne Abdou Manseri, syndicaliste.

Faute de jour, la rencontre n’aura pas lieu !

Dans la foulée de cette annonce prometteuse, les mines des enseignants sont redevenues défaites suite à un détail qui leur a échappé. En effet, Benghebrit aurait précisé en N.B que la réunion se tiendra le 29 février. Or, 2018, une année commune ne comptera que 365, donc le mois de février prendra fin demain, il faut attendre l’année bissextile 2020 pour revivre un 29 février. Un tour de passe-passe mal intentionné ou juste un hasard ? les syndicats crient à nouveau au scandale” Mme Benghebrit vient de prouver sa haine et son mépris à l’égard des syndicats. Cette femme acariâtre gère un ministre aussi sensible que l’éducation avec une politique enfantine et irresponsable, l’incompétente en toute sa splendeur ” s’indigne A.Salem, carde au Cnapeste.

“Y a pas le feu ” !

Même si le torchon brûle entre plusieurs ministères et les syndicats, le gouvernement temporise et appelle au courage et à la patience. “on regrette les échecs des dialogues, néanmoins on préfère se donner du temps. Nous n’allons pas baisser les bras, nous allons nous remettre au travail, quand? On ne sait pas encore, on va réfléchir. L’année prochaine, en 2019, on s’en fout, Boutefika est président à vie, et il a tout le temps d’appliquer son programme et redresser le pays, pourquoi veut-on tout faire en un seul quinquennat alors qu’on a l’éternité devant nous, y’a pas le feu ” conclut le porte parole du gouvernement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Inscrivez-vous à notre Newsletters

Restez informé, ne ratez plus aucun article d'El Manchar !

Vous pourriez aimer aussi

France : Le gouvernement algérien appelle à la cessation des violences : “Nous avons un Noël à fêter à Paris”

La contestation des gilets jaunes se poursuit en France pour le quatrième…

Champs-Élysées : Saidani sort sa darbouka pour mettre l’ambiance à la manifestation des gilets jaunes

Décidément, les Gilets jaunes ne lâchent pas. Comme chaque samedi, des milliers…

Les conteneurs d’ordures saisis étaient de la matière première destinée à la production des articles d’Ennahar

Les services des douanes du port de Béjaïa ont opéré, cette semaine,…