Connectez vous

Économie

Coopération algéro-turque : Bientôt une usine de montage de “حلوة الترك” à Tiaret

Publié

dans

halva

Le visite du président turc Erdogan à Alger a été l’occasion de renforcer la coopération algéro-turc dans plusieurs domaines de pointe : Kebabs, rahat loukoum, beqlawa, harcèlement des journalistes. Mais le projet qui a retenu le plus l’attention des observateurs est celui de l’installation d’une usine de montage de حلوة الترك à Tiaret. “Un cadeau offert en signe d’amitié au président Bouteflika qui était très proche du sultan Mehmet II le Conquérant” a commenté Edogan.

Un projet ambitieux

Une usine de montage de halva ou حلوة الترك verra bientôt le jour dans l’ouest algérien, plus précisément dans la wilaya de Tiaret. Un projet ambitieux qui permettra à l’Algérie d’acquérir les dernières technologiques en matière de confiserie orientale. “Avec une capacité de production de 500 kilo par jour, ça sera certainement la plus grande usine d’Afrique” se targue Nabil Tahtoute, partenaire algérien du projet. L’usine générera plus d’une cinquantaine d’emplois directs et quelques centaines d’emplois indirects. “Notre objectif à terme, c’est d’éliminer le chômage dans la région” nous explique le chef de projet. “Avec des quantités aussi importantes de confiseries, aucun chômeur n’échappera au diabète d’ici 3 ans. Après, il suffit juste de leur prescrire rahmat rebbi, et nous voilà débarrassés et des chômeurs et du chômage d’un seul coup”. Le taux d’intégration n’est pas terrible et n’excède pas le score de Fawzi Rebbaine aux dernières élections, peu importe lesquelles. “La pâte sera importée de Turquie, les pistaches d’Iran. Nos techniciens tâcheront d’insérer avec une précision d’horloger la pistache dans le halva, ce qui n’est pas une mince à faire” se défend Tahtoute.

Annonce
2 comments

2 Comments

  1. DAG

    février 26, 2018 à 6:53

    Vous utilisez la raillerie, c’est votre spécialité mais ce qui est malsain et pernicieux, c’est réduire des investissements turcs chiffrés à 3 milliards de dollars dans un pays en déconfiture à cette confiserie que l’Algérie ne produit pas et importe de Tunisie à coup de devise .. un mimnimum d’honnêteté !

  2. Rezki Djerroudi

    février 28, 2018 à 4:00

    Et selon vous Monsieur DAG l’Algérie qui ne possède pas d’unités de production de haloua tourque se tourne vers la Tunisie pour en importer au bonheur de ses adeptes. Pour y remédier fallait former des halouadjis à la turc pour pouvoir satisfaire la très forte demande surtout des fins connaisseurs algérois. Mancharement votre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Économie

La Syrie veut acheter la pastèque algérienne pour s’en servir comme arme bactériologique

Publié

dans

pasteque

Tout comme nos oranges, nos dattes, notre blé, notre huile d’olive, nos pastèques sont bien évidemment les meilleures au monde. Ce n’est pas la dernière offre de Damas qui viendrait nous contredire. En effet, le régime syrien serait particulièrement intéressé par la dernière récolte de pastèque algérienne porteuse de choléra.

Une arme de destruction massive

La pastèque pointée du doigt par l’Institut Pasteur comme responsable de l’épidémie de choléra et boycottée depuis par les Algériens a peut-être trouvé acquéreur auprès de la Syrie. Les autorités syriennes ont manifesté leur intérêt “pour la pastèque algérienne” en affirmant leur désir d’acheter la totalité de la récolte de cette année, moins pour ses qualités gustatives que pour son potentiel létal. Empêtré dans une guerre civile des plus meurtrières, Bachar Al Assad veut en finir avec les dernières poches de résistance, notamment à la Ghouta orientale où des rebelles lui tiennent encore tête. “Les attaques chimiques au chlore n’ayant pas donné les résultats escomptés, Damas songe à finir le travail avec des armes bactériologiques”. La pastèque porteuse de choléra reste l’une des options retenus par les généraux syriens. “Tu vends ça au rabais au marché, le lendemain épidémie de choléra. Les quatre pelés et deux tondus survivants des attaques chimiques mourront de dysenterie le surlendemain. Pas vu, pas pris, la guerre est gagné et on n’en parle plus” nous explique le général Al Fassah.

Nos pastèques, les meilleures des pires

Les marchands de pastèque, affectés par la crise de confiance touchant leur fruit depuis le début de l’épidémie de choléra, sont soulagés. L’idée qu’ils puissent épuiser leurs fruits, quand bien même ils seraient avariés, les réconfortent dans leurs convictions que la pastèque algérienne est la meilleure au monde. “Nous sommes capables du meilleur et du pire, même quand il s’agit de pastèque, mais dans le pire, c’est nous les meilleurs” se félicite goguenard un vendeur ambulant, en paraphrasant Coluche.

Lire la suite

Économie

Kamel El Bouchi compte réaliser une usine de montage de cocaïne à Sidi Belabbès

Publié

dans

cocaine

Les mesures prises par le gouvernement pour réduire la facture d’importations commencent à porter leurs fruits. Bientôt l’Algérie n’importera plus sa cocaïne de Colombie mais la fabriquera ici-même grâce à Kamel El Bouchi. L’homme d’affaires (C.f Affaire Kamel El bouchi) a indiqué jeudi qu’il comptait réaliser une usine de montage de cocaïne pour le bonheur des dealers, des toxicomanes et de Youcef Bellaili.

Plus de cocaïne d’importation d’ici 2020

Kamel El Bouchi envisage de réaliser une usine de montage de cocaïne en Algérie durant l’année 2019 sous le slogan #khellih_yesnifi, a indiqué jeudi son avocat. “Kamel est en train d’étudier la possibilité de construire une grande usine de montage de cocaïne en Algérie au cours de l’année 2019”, a précisé à la presse l’avocat de la défonce, en marge du procès de son client qui risque 20 ans de réclusion. A ce propos, l’avocat s’est montré confiant “Demain c’est le 5 juillet, Kamel sera de toute façon gracié par le président de la république”

Par ailleurs, il a expliqué que des discussions avec des hauts gradés de la police et de la gendarmerie nationale sont en cours pour réaliser le projet de l’usine qui permettra de couvrir la moitié des besoins nationaux en drogue d’ici 2020. L’autre moitié étant couverte par les voisins marocains.

Actif sur le marché de la viande depuis 1995, Kamel El Bouchi était réputé à Kouba où il tenait une boutique très achalandée. Certains de ces clients ne savaient même pas qu’il était boucher.

Lire la suite