belahmar

Le ministre de la santé a fini par accepter la médiation offerte par Abou Mouslim Belahmar en vue de convaincre les médecins résidents à cesser leur mouvement de grève. Une médiation sur laquelle Mokhtar Hasbellaoui mise beaucoup après l’échec des négociations qu’il a engagés avec les représentants du Collectif autonome des médecins résidents algériens.

La faute au diable

Médecins résidents et bureaucrates tutélaires vont finalement s’asseoir à la même table ou plutôt sur la même natte, dans la zaouïa médicale de Belahmar, à Tiaret. Le raqi promet de trancher à coup de psaumes incantatoires le noeud gordien. “J’ai analysé le conflit qui oppose mes confrères médecins aux pouvoirs publics et j’en suis arrivé à la conclusion que دارها بناتهم الشيطان” explique Belahmar “voilà pourquoi nous sommes convenus moi et le ministre d’organiser une séance d’exorcisme en présence de tous les protagonistes dans ma clinique à Tiaret pour maudire le diable tous ensemble en chœur”. Le ministre espèrent ainsi régler la situation en chassant الشيطان, seul responsable, selon Belahmar, de la crise actuelle.

Finalement, si c’est pour voir l’imam Ali Aya prendre en charge les doléances des enseignants et le raqi Belahmar celles de médecins résidents, nous aurions mieux fait d’élire directement Ali Belhadj. Remarque, c’est ce que nous avons fait en 1991.

Inscrivez-vous à notre Newsletters

Restez informé, ne ratez plus aucun article d'El Manchar !

Vous pourriez aussi aimer

En prison, Ali Haddad réalise son rêve : Devenir professeur de Latin

Sa vie a été rythmée par les marchés publics et les barils…

France : Le gouvernement algérien appelle à la cessation des violences : “Nous avons un Noël à fêter à Paris”

La contestation des gilets jaunes se poursuit en France pour le quatrième…

Annaba : Tliba organise un iftar collectif pour lui-même

C’est une belle initiative pour la lutte contre la famine dont souffre…