Connectez vous

Économie

La Banque d’Algérie va émettre un billet de 5 da en prévision du 5e mandat de Bouteflika

Publié

dans

5-da

Les festivités sont lancées depuis un moment et tout le monde s’y met. Le 5ème mandat de Bouteflika mobilise toutes les « forces » et les « sources » possibles pour le rendre réel.
En effet, nous assistons depuis quelques semaines, voire, quelques mois, à une véritable danse du ventre de la part de plusieurs soutiens au 5ème mandat du président Bouteflika, qui démultiplient les actions et les initiatives appelant à soutenir la réélection du président.
Parmi eux, se distingue notamment le secrétaire général du FLN, Djamel Ould-Abbas, qui, très régulièrement, effectue une sortie médiatique et ne rate aucune occasion pour rappeler aux algériens combien il est important de faire réélire le président Bouteflika pour un 5ème mandat consécutif. Il n’hésite d’ailleurs pas à brandir, très souvent, la menace d’une déstabilisation du pays et d’une dégradation de sa situation économico-sociale en cas de non reconduite de celui qui dirige l’Algérie depuis presque vingt ans maintenant.
A ses côté, le chef de file du groupe FLN à l’APN, Baha Eddine Tliba a carrément franchi un cap en annonçant la création prochaine d’une coordination de soutien au 5ème mandat du président Bouteflika. Une organisation qui verra selon lui, l’adhésion de nombreuses personnalités qui partagent cette idée.

Mais la dernière initiative en date pour démontrer ce soutien et pousser le peuple à en faire de même, est venue d’une organisation totalement inattendue sur ce terrain-là, puisqu’elle n’est pas censée être mêlée à ce sujet. Il s’agit de la Banque d’Algérie.
En effet, selon son gouverneur, la Banque d’Algérie va émettre dans les prochaines semaines un nouveau billet de banque qui fait son entrée sur le marché monétaire algérien. Il s’agira d’un billet de banque de 5 DA. Jusque-là, tout est normal. Sauf que, la Banque d’Algérie, par la voix de son gouverneur a annoncé que ce billet va porter l’image du président Abdelaziz Bouteflika, et un slogan « 5 DA pour un 5ème mandat ». Un message très clair de la part de cette importante institution financière du pays, qui se voulait d’être innovante et pousser le zèle du soutien au 5ème mandat à son paroxysme.

Le gouverneur de la Banque d’Algérie a indiqué par ailleurs que ce billet pourra servir notamment à faire des dons pour la campagne électorale et que tout citoyen qui fera don avec des billets de 5 DA verra s’attribuer une réduction d’impôts sur les revenus de 66% du montant donné.
Une seule question nous vient à l’esprit après l’annonce de cette info, y aura-t-il dans les années à venir une émission de billet de 10, voire 20 DA à l’effigie du président ? les paris sont lancés.

Annonce
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Économie

Afin de tirer profit des inondations, Kiffan Club s’étend sur tout le littoral algérien

Publié

dans

aquaparc

Suite aux fortes inondations ayant touché plusieurs villes du nord, le plus grand Parc aquatique d’Alger décide de s’ouvrir sur l’ensemble du littoral et apporte des mesures pour relancer le tourisme algérien. Autant dire que cet hiver c’est bamboche d’El Kala à Béni Saf.

Pour des inondations plus rentables

Force est de constater que c’est une idée de génie prise par Kiffayfi, Kiffan Club va déployer de nouvelles bases aquatiques un peu partout sur le territoire pour faire “kiffer” les gens en ces temps de pluie. La proposition a d’ores et déjà été présentée et adoptée par le parlement, et Abdelkader Benmessaoud aurait déjà bénéficié du badge Gold pour toute la durée des intempéries. Mais ce n’est pas tout, l’équipe kiffan aurait apporté toute une série de mesures pour relooker son établissement et y faire profiter petits et grands. L’entrée y sera fixée à la modique somme de 8000da pour les enfants et à un prix encore en cours de calcul pour les adultes. Les activités proposées y seront de taille, en effet des bassins olympiques de 9000m de long, des jetskis seront à disposition, des sous-marins équipés de masque anti-puanteur pour découvrir et redécouvrir Oued Semmar, un bateau pirate équipé de vrais pirates de Somalie, et un fameux jeu intitulé “navigui” pour les plus courageux qui aura pour principe de toucher l’Europe par barque sans mourir et d’y rester pour y faire les papiers. Autant le dire il sera difficile de faire mieux…

Redorer le statut algérien

Grâce à ces nouvelles mesures, le parc aquatique espère toucher un maximum de public en promouvant la natation très longue durée et en
remettant des diplômes de maître-nageur à la sortie s’il en existe une. Plus encore, une saison inédite de l’île de la tentation dz sera diffusée sur TF1 afin de redécouvrir les aventures torrides et palpitantes de Anouch mafia en isolation totale. Cette bonne nouvelle pousse les experts à prédire d’un bond d’IDH de 0.75 à 7.5 mais il y a de fortes chances que le projet tombe…à l’eau.

Lire la suite

Économie

La Syrie veut acheter la pastèque algérienne pour s’en servir comme arme bactériologique

Publié

dans

pasteque

Tout comme nos oranges, nos dattes, notre blé, notre huile d’olive, nos pastèques sont bien évidemment les meilleures au monde. Ce n’est pas la dernière offre de Damas qui viendrait nous contredire. En effet, le régime syrien serait particulièrement intéressé par la dernière récolte de pastèque algérienne porteuse de choléra.

Une arme de destruction massive

La pastèque pointée du doigt par l’Institut Pasteur comme responsable de l’épidémie de choléra et boycottée depuis par les Algériens a peut-être trouvé acquéreur auprès de la Syrie. Les autorités syriennes ont manifesté leur intérêt “pour la pastèque algérienne” en affirmant leur désir d’acheter la totalité de la récolte de cette année, moins pour ses qualités gustatives que pour son potentiel létal. Empêtré dans une guerre civile des plus meurtrières, Bachar Al Assad veut en finir avec les dernières poches de résistance, notamment à la Ghouta orientale où des rebelles lui tiennent encore tête. “Les attaques chimiques au chlore n’ayant pas donné les résultats escomptés, Damas songe à finir le travail avec des armes bactériologiques”. La pastèque porteuse de choléra reste l’une des options retenus par les généraux syriens. “Tu vends ça au rabais au marché, le lendemain épidémie de choléra. Les quatre pelés et deux tondus survivants des attaques chimiques mourront de dysenterie le surlendemain. Pas vu, pas pris, la guerre est gagné et on n’en parle plus” nous explique le général Al Fassah.

Nos pastèques, les meilleures des pires

Les marchands de pastèque, affectés par la crise de confiance touchant leur fruit depuis le début de l’épidémie de choléra, sont soulagés. L’idée qu’ils puissent épuiser leurs fruits, quand bien même ils seraient avariés, les réconfortent dans leurs convictions que la pastèque algérienne est la meilleure au monde. “Nous sommes capables du meilleur et du pire, même quand il s’agit de pastèque, mais dans le pire, c’est nous les meilleurs” se félicite goguenard un vendeur ambulant, en paraphrasant Coluche.

Lire la suite