Connectez vous
bannière

Politique

Le parlement algérien vote à l’unanimité la loi du plus fort

Publié

dans

apn

Après la loi de finances, la loi autorisant à doigter les citoyens, la loi de l’utilisation du VPN pour contourner la justice…. le parlement algérien vient de voter l’application définitive de la loi stipulant l’usage illégitime par le pouvoir, sa famille et ses proches, de la violence et de la coercition pour parvenir à leurs fins. Ce qui fait de l’Algérie un état de non-droit, une dictature, une jungle dont le code de survie est « tuer ou être tué ».

Même si cette loi était officieusement appliquée dans tout le pays depuis l’indépendance, il n’en demeure pas moins que l’officialiser permettrait au pouvoir de justifier ses pratiques, et d’éviter de les expliquer aux juges.

Un vote triomphant !

Après un poignant discours du premier ministre Ahmed Ouyahia à l’assemblée nationale, les délégués du peuple ont unanimement approuvé le projet de la LPF, avec 468 voix favorables sur autant de députés “On comptait plus de 1250 mains levées, certains ont même levé leurs jambes pour marquer leur soumission au pouvoir, l’homme des basses besognes a réussi à conquérir la chambre basse. Après l’adoption le président de l’assemblée a projeté Le Roi Lion sur le mur du temple afin de nous rappeler le code de la jungle” nous rapporte Amar Moussaoui, journaliste à l’APS.

L’Algérie, le nouveau livre de la jungle

Le gouvernement annonce l’application immédiate de la loi du plus fort ou loi de la jungle dans tous les secteurs publics, privés et juridiques. Selon le dernier recensement 2017, la population algérienne est composée de plusieurs espèces animales. A l’instar de l’homo sapiens, une espèce majoritaire mais exclue, représentant le premier maillon de la chaîne alimentaire. Les 40 millions d’Algériens comptent d’autre espèces sauvages qui ont préféré vivre en ville à cause du désastreux état du zoo de Ben Aknoun. On en compte par million : des vautours, de hyènes, de vipères et autres charognards. Une jungle marquée par une intense lutte pour la survie entre ses espèces carnivores sauvages présents essentiellement dans les institutions publiques : APN, ministres, grandes entreprises…. “L’homme algérien est le Mowgli du 21ème siècle. Sauf que ses aventures sont plus dangereuses, il est quotidiennement confronté aux attaques répétitives des carnivores sus-cités, contrairement au personnage fictif, je lui prédis une fin triste” explique A.Salim, sociologue à l’université d’Alger.

Annonce
1 Commentaire

1 Commentaire

  1. Rezki Djerroudi

    mars 14, 2018 à 2:56

    Personnellement je considère ce pays à l’instar de tous les pays similaires comme étant un exemple type d’une fourmilière quelque part dans une région humide de l’hémisphère Sud. Son mode de fonctionnement a été calqué sur celui véritablement du peuple des fourmis. Il est divisé en 3 catégories d’êtres vivants : La reine, les soldats et les ouvrières. Cette organisation sociale est régie à l’image de certains systèmes politiques à l’instar du notre.
    Contrairement aux fourmis, nous autres homo sapiens du XXIe siècle, nous participons à la gestion des affaires de la cité. Vu qu’à deux nous ne pouvons pas nous mettre d’accord qu’en est-il à 40 millions, donc l’on nous a proposé des doublures qui parlementeraient en notre nom que l’on appelle communément « déportés »
    A mesure que le temps s’égrène nous nous sommes rendu compte qu’ils ne respectaient pas les règles du vivre sous la même et unique fourmilière. Finalement ces espèces de déportation se sont faites soudoyées pour se rebeller contre nous. Que pouvons-nous faire dans pareil cas, nous ne sommes que les ouvrières et les soldats ont été enjoints de nous déclarer la guerre puisque les lois contraignantes ont été l’œuvre d’un vote à pied levé. Mancharement votre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Politique

Naima Salhi “Je suis la Kolinda Grabar-Kitarović algérienne, version halal”

Publié

dans

kolinda

C’est la sortie de trop pour Naima Salhi. La présidente du parti de l’équité et de la proclamation a estimé sur sa page facebook être l’émule islamique de Kolinda Grabar-Kitarović, l’emblématique présidente croate. “Je suis la Kolinda algérienne. Je suis même mieux puisque je musulmane. Ma beaux cheveux blonds je les garde cachés sous mon voile pour ne pas provoquer la fitna” a-t-elle écrit, non sans outrecuidance, et de conclure “حجابي سر سعادتي “.

La Kolinda du pauvre

La déclaration de la “mère des Algériens” comme elle aime à se définir n’a pas tardé à déclencher les railleries des internautes. Sur sa page facebook, Naima Salhi a essuyé les critiques acerbes et moqueuses de ses followers qui ne semblaient pas partager son avis. “Oui Kolinda… En moins belle, moins intelligente et en plus large” s’est empressé de commenter un abonné. Un autre lui annonce qu’il lui a déjà trouvé un nom à consonance croate et lui propose “Naima Salhi Maa Bal3iić ?” (Naima Salhi tu veux pas la fermer ?). “Version halal ? Version discount oui!!” s’étonne un troisième. Malgré les réactions négatives des ses “fans”, Naima Salhi s’est engagée à publier une photo d’elle, en hijab, avec une mèche blonde qui dépasse pour prouver à ses détracteurs sa ressemblance capillaire avec la présidente croate.  Oubliez Vahid Halilhodzić,  voilà qui va pousser les joueurs de l’équipe à national à gagner tous leurs matchs à l’avenir pour ne pas avoir à subir un jour le supplice d’être consolés par Naima Salhi.

Lire la suite

Politique

Ould Abbes affirme avoir servi pendant la guerre des étoiles

Publié

dans

Par

ould-abbes

Et si Djamel Ould Abbes était un personnage de fiction ? Une hypothèse fortement étayée par les déclarations délirantes du secrétaire général du FLN. Ce dernier a affirmé ce matin lors de la présentation de la maternelle d’été du premier parti d’Algérie qu’il aurait servi pendant la guerre des étoiles dans plusieurs épisodes. Une participation héroïque venant étoffer son riche et glorieux passé d’ancien combattant. Notre héro national a en effet combattu dans : la guerre d’Algérie, les deux guerres mondiales, la guerre de cent ans, la bataille de Badr, et la conquête d’Al Qods aux cotés de Saladin, Star Wars vient donc compléter sa longue et non moins délirantes liste d’exploits guerriers.

Star Wars, épisode 0 : l’homme sans cervelle

Ould Abbes réaffirme avoir été le “héro” de Star Wars et regrette avoir été éclipsé par le sucés médiatique démesuré de Georges Lucas “J’ai participé à la guerre des étoiles avant même la trilogie parue en 1977. On m’a envoyé sur le front en tant que médecin, ma polyvalence m’avait permis de porter les armes en dehors des heures de mon service médical. Je guérissais les soldats que moi je blessais quelques heures avant, c’est étrange mais j’y trouvai un immense plaisir” a-t-il déclaré, sous les éclats de rire des journalistes. Avant d’ajouter “Je suis l’auteur d’une scène mythique qui restera à jamais gravé dans les champs de bataille, pendant que je soignais les soldats de Star Wars, Dark Vador ne me faisait pas confiance en me prenant pour un charlatan. Je me suis doucement approché de lui et je lui ai murmuré à l’oreille ‘je suis ton médecin’. Le lendemain il m’a plagié dans une scène avec Luke où il lui dit avec sa voix rauque et essoufflée qu’il est son père. Nwekel 3liih rebbi” conclut-il, dépité.

Lire la suite