naima-salhi

Le plus célèbre des scientifiques algériens, Loth Bonatiro, vient de lancer une étude sur le phénomène naturel Naima Salhi. Secondé par une équipe du centre de recherche en astronomie, astrophysique et géophysique (CRAAG), l’astronome qui a tout vu, tout vécu, pousse ses études jusqu’à l’épicentre de madame Salhi et décide de lever le voile sur la catastrophe la plus dévastatrice qui a frappé l’Algérie depuis le séisme d’El Asnam.

Pour connaître les effets délétères de Naima Salhi, Bonatiro et son équipe de chercheurs ont tenté de reproduire l’expérience en laboratoire sur des souris blanches. “Vous avez là dans cette cage des souris blanches. Le rat que vous voyez au fond, c’est Naima Salhi” nous explique Bonatiro en nous montrant un gros rat d’égout brun. L’expérience consiste à mettre en contact plusieurs fois dans la journée le rat et les souris blanche et d’observer l’influence du premier sur les seconds. “Le rat essaie automatiquement de convertir les souris blanche à son idéologie. L’idéologie du rat d’égout c’est comme les discours de Naima Salhi ça pue la merde” note à juste titre le chercheur.

Les résultats de l’expérience sont sans appel. Au bout d’un mois, la population de souris blanches a diminué de 90%. “Encore deux ou trois jours, et toutes les souris seront mortes” prévoit Bonatiro qui, apitoyé par le sort de ces petites créatures a décidé avec son équipe d’interrompre l’expérience. Plus de la moitié de la population de départ s’est donnée la mort par pendaison. “Les souris les plus vulnérables se sont pendues en se coinçant la tête entre les barreaux du plafond de la cage”. Les autres sont mortes intoxiquées en tentant de se nourrir exclusivement de leurs propres déjections conformément à la doctrine d’égout prôné par le rat. “Les souris restées vivantes se vautrent chaque jour un peu plus dans la débauche en participant à des orgies organisées par le gros rat. Elles souffrent toutes de maladies vénériennes et ne tarderont pas à rendre l’âme bientôt” prédit Bonatiro. Quant au rat, il a pris un kilo et demi de plus devenant ainsi encore plus “large” qu’il ne l’était au début.

2 commentaires
  1. Cher el Manchar, de l’étude que lui a consacrée notre grand scientifique Loth Bonatiro, nous retenons un élément essentiel qui consiste à confirmer la descendance de la poupée très dégonflable du haut de son perchoir qu’est naima salhi n’est pas juste un ragot mais une réalité absolue. Ce que l’étude a omis par contre de rajouter c’est l’information boueuse parvenue à l’oreille du chat qui à défaut de ne pouvoir trouver quelque chose à mettre sous la dent se rapprochera de cette bête charnue et décide de lui faire la fête.

  2. Cette Naima (sans ni3ma) a l’air d’une poupée gonflable : grande, grosse, rouge, grasse, charnue, carrée et énorme. Elle tient de la race de ces sauvagesses colosses qui se cambrent dans les cabarets pour mieux se donner en spectacle à une clientèle assoiffée de vices. Sans les formes qui se déssinent sous la tente qu’elle porte comme habit, jamais l’idée ne fût venue à personne de dire d’elle : c’est une femme. Elle est comme le produit de la greffe d’une ronce sur un cactus. Elle n’est mère que parce qu’elle est mammifère et elle se croit l’objet de la convoitise universelle. Comme elle a en elle une profonde fournaise de haine, elle jete sur les kabyles le total des calamités de son épouvantable vie que cette laide montagne de chair et de bruit a décidé de vouer au service du mal. A elle seule, elle est un attelage monstrueux et hideux de la barbarie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Inscrivez-vous à notre Newsletters

Restez informé, ne ratez plus aucun article d'El Manchar !

Vous pourriez aimer aussi

Un chercheur découvre 3 nouvelles espèces bactériennes dans un repas du restau universitaire

Cela va sans doute provoquer la rage du ministre de l’enseignement supérieur…

Selon une étude, 98% des phrases qui commencent par "je suis kabyle" finissent par "et fier de l'être"

Si votre interlocuteur vous annonce qu’il est kabyle, il y a 98%…

Selon une étude de l’université de l’Ohio, les carottes seraient sensibles à la douleur

Coup de tonnerre dans le monde très fermé du veganisme. Une étude…