Connectez vous

Politique

Urgent : Le portrait de Bouteflika se déclare officiellement candidat pour les présidentielles 2019

Publié

dans

bouteflika

Le suspense est désormais rompu après plusieurs mois de rumeurs, d’infos et de contre-informations concernant la candidature de Bouteflika à un 5ème mandat consécutif. C’était hier, en marge du congrès des Maires d’Algérie qui s’est tenu au Centre International des Conférences à Alger, lors de la cérémonie d’hommage que les maires ont décidé de rendre au chef de l’Etat, que le président s’est exprimé sur le sujet, contre toute attente.

En effet, les maires, en présence du ministre de l’intérieur, avaient décidé d’offrir une « écharpe d’honneur » au président de la République, en signe de reconnaissance de son action en faveur des communes algériennes. Sous un tonnerre d’applaudissement, les représentants des maires ont donc placé une écharpe honoraire de maire sur…le portrait peint à la main du président Bouteflika, après avoir été dévoilé à l’assistance.
Dans l’euphorie du moment, et gagné par une émotion indescriptible, le portrait du président de la République a demandé, à la surprise générale, à prendre la parole. Silence dans la salle, médusée par ce geste totalement inattendu. Le portrait du président prononce alors quelques mots, pas très audibles mais assez compréhensibles, pour dire son honneur et son émotion face à un tel geste des maires d’Algérie, et les rassurer par là même, de son soutien et de sa détermination à œuvrer davantage en faveur de la promotion de la commune, comme cellule de base dans l’organisation décentralisée de la République.
« A ce titre, ajouta-t-il, j’ai le plaisir de vous annoncer officiellement que je suis, à travers mon portrait, candidat à un 5ème mandat en 2019. Mandant que je m’engage à porter sous le signe de la poursuite de mes réformes entamées il y a près de 20 ans ».
Devant une assistance émue aux larmes et des Djamel Ould Abbas, Ahmed Ouyahia, Ali Haddad et Sidi-Saïd sur le bord de la crise d’émotion, le portrait du président s’est engagé également à être présent partout sur le territoire national : administrations publiques, entreprises, gares, aéroports, infrastructures sportives, évènements de tous types,…etc. afin de montrer à la population sa grande disponibilité malgré les rumeurs qui courent sur lui.

Enfin, le portrait annonce qu’il fera même des voyages officiels à l’étranger et recevra ses homologues comme le préconisent les règles protocolaires. L’on se demande seulement si les pays étrangers appliqueront le principe de réciprocité en envoyant le portrait de leur chef d’Etat en visite en Algérie. 2019 nous le dira…

Annonce
2 comments

2 Comments

  1. Sanfarcio

    janvier 21, 2018 à 2:10

    Impeccable : le portrait parle, lui !
    Une caisse, quelques morceaux de polystyrène… le transport, dans le pays et à l’étranger sera plus facile, pas de lit médicalisé ni de barrages routiers ; je répète : impeccable !

  2. Mandataire chargé de l'orthographe

    janvier 21, 2018 à 7:32

    Il faut écrire “mandat”, pas “mandant”.
    Enfin je dis ça je dis rien…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Politique

Ould Abbes se fait tatouer la tête de Boutefilka au bras

Publié

dans

Par

ould-abbes

Course pour le soutien au 5e mandat du Président de la république, les chefs de partis politique, les associations, les zaouias, les chaines TV, les salles de Zumba, les gargotes, les bidons-villes, l’opposition, les pages FB, etc., ils débordent tous d’imagination pour avoir les faveurs de Bouteflika, mais celui qui vient de les détrôner tous est bien Djamel Ould Abbas.

Un dévouement inconditionnel

Le dévouement de Djamel Ould Abbes au Président de la république n’est plus à prouver. Allant des déclarations passionnelles à son égard, aux larmes de crocodiles versées lors d’un meeting du FLN. Il n’est jamais à court d’idées pour montrer son soutien infaillible pour un 5e, 6e, 7e, 8e …mandat (Oui, oui c’est possible). Poussant ses limites toujours plus loin, il arbore désormais fièrement un tatouage à l’effigie de son Chef spirituel et n’hésite pas à l’afficher sur son compte Instagram. Succès assuré, il a déjà récolté des centaines de milliers de j’aime, grâce aux faux comptes créés par les partisans de son parti.

Un tatouage symbolique

Ould Abbes aurait avoué à un proche qu’il envisageait de se faire tatouer au front, pour symboliser l’allégeance totale du FLN, à son excellence sérénissime royale, céleste et intersidérale. Mais les rides creusées profondément dans son épiderme auraient donné une image distordue du Président, ce pourquoi il finit par choisir son bras, seul endroit lisse et visible de son corps, sans plis et sans graisse. C’est le tatoueur de David Beckham, ami proche de Djamel Ould Abbes, qui immortalisa à l’encre et au sang, l’amour inconditionnel porté au Président de la république. A la rentrée, le Président du FLN compte porter des vêtements décontractés et sans manches, même en hiver, l’essentiel est de prouver qu’il est imbattable en fayotage.

Lire la suite

Politique

Ouyahia “Les habitants de Ouargla n’ont pas de travail, dorénavant ils n’auront ni travail ni concerts”

Publié

dans

ouyahia

Les manifestations qui ont touché le sud du pays n’ont pas manqué de faire réagir Ahmed Ouyahia. Le premier ministre a regretté que “les gueux” soient à ce point insensibles à l’art en général et à la musique en particulier. Avec son cynisme légendaire, le chef du gouvernement a estimé que cela était dommageable pour eux, car “la vie sans musique est tout simplement une erreur, une fatigue, un exil.” a-t-il affirmé en citant Nietzsche.

Une mosquée pour invoquer dieu

Les appels de détresses des gens du sud semblent laisser Ahmed Ouyahia indifférent. Coupures d’électricité, pénurie d’eau, chômage, manque d’infrastructures en tous genres, la situation socio-économique de la wilaya de Ouargla est des plus catastrophiques. Un état des lieux qui n’aura pas échappé au premier ministre “les habitants de Ouargla manquent de tout. Ils manquent tellement de tout, qu’ils ont été contraints de faire la prière dans la rue, les pauvres” remarque-t-il sur le ton de l’ironie, en faisant allusion à la grande prière collective organisée par des jeunes jeudi soir devant le théâtre de verdure de la ville pour dénoncer la tenue d’un spectacle de Kader Japoni. Face à ce constat alarmant, Ahmed Ouyahia promet la construction d’une mosquée pour permettre à “ces jeunes de pratiquer leur religion dans la dignité, ils pourront ainsi invoquer dieu pour qu’il leur assure l’emploi, électricité, eau et tout ce dont ils ont besoin. Nous aurions mis à leur disposition quelques kilos de la cocaïne saisi dernièrement pour oublier leur malheur mais là encore je pense que c’est haram”, avant de conclure “les habitants de Ouargla n’ont pas de travail, dorénavant ils n’auront ni travail ni concerts”.

Lire la suite