Connectez vous

Monde

Trump reconnaît Al Qods de Chéraga comme capitale économique d’Israël

Publié

dans

al-qods

Donald Trump est tellement con que même Ennahar TV n’en voudrait dans son équipe. Après avoir reconnu Jérusalem comme capitale d’Israël, le président américain enchaîne les sottises et affirme qu’Al Qods de Chéraga serait un centre commercial israélien. Le président le plus rouquin du monde, qui ne dit pas que des conneries, il en twitte beaucoup aussi, a commis cette provocation par le biais de son réseau social préféré : “Toute zone géographique portant le nom d’Al Qods est dorénavant Israélienne. Meme la clinique médico-chirurgicale de Hydra. Cela fait partie des mes engagements de campagne ; j’avais promis à mes amis Israéliens qu’ Al Qods leur appartiendra. Maintenant, le plus dur c’est de récupérer tous les Qods du monde, une tache difficile mais les Etats-Unis mettront tous leurs moyens humains et militaires pour y parvenir ” promet Trump.

Al Qods de Chéraga rebaptisé Word Qods Center

Dans la foulée de cette décision invraisemblable, l’ambassadeur des Etats-Unis à Alger, s’est précipité ce matin à Chéraga pour occuper l’immeuble de 18 étages. Des firmes Israélo-amrécaines installeront leurs bureaux dès cet après-midi. Il portera le nom de Word Qods Center et sera la capitale économique d’Israël, affirme Netanyahou : ” Jérusalem ne nous appartient pas non plus mais nous y sommes, idem pour Al Qods de Chéraga. Il suffit juste d’avoir les Etats-Unis à ses cotés, se faire passer pour des victimes et vous pouvez tout avoir, même les cadeaux les plus inimaginables. A ce propos, Trump est notre père Noel cette année ” explique le premier ministre Israélien.

L’ONU valide l’occupation d’Al Qods

Par ailleurs, Israël, présente à l’ONU un dossier évoquant la présence juive dans le centre commercial Al Qods de Chéraga il y a plus de 2 000 ans. Des photos photoshopées datant de 30 av. J.-C , montrent en effet, le centre, construit en 2001, occupé par plusieurs juifs exerçant le commerce de la viande Kacher. Des écritures en hébreux ont été également relevées sur les murs d’Al Qods. Des arguments jugés suffisants par le conseil de sécurité pour valider l’occupation du mall.

Annonce
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Monde

Gaza : Les pays arabes lancent un raid aérien de 100 avions en papier sur lesquels sont inscrits des douâas

Publié

dans

Par

avion

Les soldats Israéliens ont tué 59 Palestiniens non-armés dont plusieurs enfants et blessé 2.400 autres avant hier lors de l’inauguration de la nouvelle ambassade Américaine à Jérusalem. L’armée de l’occupation a fêté le 70 ème anniversaire de la création de l’état d’Israël avec un bain de sang. Au lendemain de cette tragédie orchestrée par Trump et Natanyaho, les pays arabes vivement interpellés ont décidé de prendre leur courage à deux mains et de protester contre l’état hébreu. Ces derniers, excepté Bouteflika qui vient d’inaugurer une Zaouia à Alger, se sont réunis ce matin au siège de la ligue arabe pour annoncer leur décision de lancer un “raid aérien” de 100 avions en papier sur lesquels des Douaas et des #JeSuisGaza, sont inscrits en écriture codée.

Les 21 chefs d’états arabes s’étaient donc réunis ce matin. Après avoir pris part au gigantesque buffet puis fait une longue sieste, ils sont parvenus à se mettre d’accord sur la riposte “Pour commencer nous allons bombarder le Yemen. Ensuite, 100 avions seront envoyés demain à l’aube, heure où tous les Israéliens sont couchés. . Grâce à la brise du matin, nos avions survoleront Tel Aviv et Jérusalem puis ils attireront à Gaza dans les mains de nos frères meurtris” promet Abu Al Gheit, secrétaire général de la ligue arabe. Avant d’ajouter “Plusieurs messages de Douaa seront inscrits, un douaa différent sur chaque avion. Nous avons fait le tour de facebook pour prendre les meilleures prières. Voila, on fait de notre mieux, si les Palestiniens continuent à se faire massacrer, c’est leur problème ! On ne peut pas faire plus ” conclut-til

Lire la suite

Monde

Al Qods : Après avoir vu les réactions négatives sur les réseaux sociaux, Trump se rétracte

Publié

dans

trump

En reconnaissant Jérusalem comme capitale d’Israël, Donald Trump a provoqué une vague de réprobation sur les réseaux sociaux. Partagés entre colère et indignation, les internautes n’ont pas mâché leurs mots pour dénoncer la décision américaine en faisant le pari de faire plier le président américain. Pari gagné, puisque Trump est revenu sur sa décision ce matin après avoir lu les réactions négatives suscitée par sa décision.

“Je m’excuse d’avoir été méchant”

C’est une première historique. Les réseaux sociaux ont eu raison de la réalité en faisant fléchir la position du président américain sur le statut de Jérusalem. Les commentaires réprobateurs, les filtres sur les photos de profils, les dislikes sur facebook et les unfollow sur twitter ont eu leur effet sur Donald Trump, connu pour être un utilisateur invétéré des réseaux sociaux. Très tôt ce matin, le président américain, effrayé par la chute vertigineuse du nombre de ses followers, a fait savoir par un tweet qu’il revenait sur sa décision qu’il a qualifié “d’irréfléchie”. “je m’excuse d’avoir été méchant avec les musulmans en général et les Palestiniens en particulier” a-t-il ajouté en ponctuant son tweet d’un mignon <3.

On est bon les gars !

Les internautes ne comptent pas en rester là. Grisés par cette première victoire, ils décident de poursuivre le combat sur les réseaux sociaux. “Nous avons gagné !!” commente Mohamed sur facebook, visiblement heureux d’avoir contribué à faire plier la première puissance mondiale en appliquant sur sa photo de profil un filtre “free Palestine”. La liesse est palpable aussi sur twitter où de nombreux internautes ont célébré cette rétractation historique avec le hashtag #AlQodsForever. “Nous avons remporté notre première bataille, encore quelques dislikes et nous libéreront définitivement la Palestine” écrit Sana qui semble donner à ses compagnons de guerre le nouveau mot d’ordre.

Lire la suite