Connectez vous

Actualités

Ouyahia “Si le peuple ne peut plus acheter du pain, qu’il achète de la brioche”

Publié

dans

ouyahia

Excepté les salaires et l’âge des dirigeants algériens, tout va augmenter en 2018, même les produits de première nécessité, longtemps subventionnés par l’état. Et c’est le pain, le produit alimentaire le plus consommé par les Algériens, qui connait sa première hausse depuis des décennies.
En effet, des boulangers de plusieurs wilayas du pays, vendent aujourd’hui le pain ordinaire à 15 Da. Ils ont répondu à l’appel des fédérations wilayales de boulangers. Ces derniers, ont fixé une hausse de + de 50% de la baguette dans un procès-verbal. Les Algériens, fanatiques de cet aliment, ont manifesté leur mécontentement sur les réseaux sociaux via le #Matel3ablich_bel_khebza. Ils comptent également saisir le association de protection des consommateurs, cette dernière, n’a pas tardé à interpeller le gouvernement afin de maintenir coûte que coûte l’ancien prix de 8.50 Da.

Ouyahia réagit comme une reine

Présent à Abidjan pour le sommet UE-UA, ou il a serré la main du roi M6 contre un shit royal, le premier ministre a accepté de répondre à notre correspondant sur place. Ce dernier, l’a intercepté dans le hall du palais des congrès d’Abidjan en train de manger un pot de yaourt en cachette “Excusez-moi Mr le premier ministre, bon appétit…je voudrais juste savoir qu’elle sera votre plan pour sortir de cette crise du pain ? Les prix du blé et de la farine flambent, cela entraînera-t-il l’arrêt de la subvention ?” Après avoir dissimulé le pot sous sa moustache, Ouyahia rétorque “Si le peuple ne peut pas acheter du pain, qu’il achète de la brioche…et de préférence au yaourt, je l’autorise personnellement”. Une réponse similaire à celle de la dernière reine de France Marie-Antoinette d’Autriche, épouse du roi Louis XVI. La duchesse avait en effet répondu à son époux qui lui faisait part du fait que le peuple n’avait plus de pain à manger “S’il n’a pas de pain, qu’il mange de la brioche”. Une réponse aussi naïve qu’idiote illustrant parfaitement la distance sociale qui existait entre les classes populaires et la noblesse. En la reprenant, Ouyahia démontre à son tour, l’énorme décalage qu’il y a entre le pouvoir et les attentes du peuple.

L’histoire se répète

Cet épisode de la brioche est un événement capital dans l’histoire de France. Marie-Antoinette aurait prononcé cette phrase en 1782, soit quelques années avant la révolution française, appelée, la révolution de la faim. Le peuple de France s’est levé contre la monarchie de l’époque à cause d’une forte sécheresse, et d’un hiver très froid. L’année 1788 est catastrophique et avait connu une importante crise alimentaire. Une crise économique qui avait débouché sur la révolution de 1789. “Il est impossible de ne pas comparer la France de 1788 à l’Algérie. Tous les ingrédients sont réunis pour une révolution algérienne” constate A.Hamri historien à l’université d’Alger. “Crise, famine, monarchie… à ce détail près qu’aucun dirigeant ne sera décapité, ils prendront tous l’avion pour Paris” ajoute-t-il.

Annonce
3 comments

3 Comments

  1. water water

    décembre 2, 2017 à 9:59

    Ouyahia veut faire la révolution , en étranglant le roi avec les intestints d’un Imam que les affaire religieuses choisirait pour la question et aprés , il se nommera par la suite empereur.

    Le problème , il n’est pas homme de paix, encore moins homme de guerre , il n’est rien.
    L’ENA donne toujours rien.

    • Sanfarcio

      décembre 3, 2017 à 8:29

      “Un homme parti de zéro pour n’arriver à rien, n’a de merci à dire à personne.”
      © Pierre Dac

  2. Fleur

    décembre 4, 2017 à 8:22

    J’étais interpellée car avais compris l’allusion à Marie-Antoinette qui vivait dans un vase clos loin du peuple et de ses problèmes, déconnectée de toute réalité. Je ne pense pas que ce ministre soit aussi naïf pour prétendre méconnaitre la situation de son pays, enfin de son peuple pour sortir une telle phrase (si c’est le cas). Marie-Antoinette avait fini sur l’échafaud. A quand le tour des nos “Marie-Antoinette” algériens ?
    Si le prix du pain augmente, alors que tout est cher, ça finira par nous mener vers 1789 !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Actualités

Ain El Fouara vandalisée : L’homme s’explique “les femmes fontaines, c’est mon fantasme”

Publié

dans

Par

statue

La bêtise hystérique continue de vandaliser le pays. Tot ce matin, un homme d’une trentaine d’année, a tenté de détruire la célèbre statue Ain Al Fouara de la ville de Sétif. Vêtu d’une Djellaba et muni d’un marteau et d’un burin, l’homme a été arrêté par la police en flagrant délit et accusé d’acte de vandalisme et de méfait contre un lieu public. Selon son avocat, le malfaiteur n’aurait pas eu l’intention de saccager la statue, si cette dernière n’avait pas refusé ses avances. “Il aurait agi par pur instinct animal, car il ne pouvait pas résister à son fantasme charnel : les femmes fontaines.”

Un fantasme mal interprété

Toujours selon son avocat, la victime a juste mal compris le concept de la femme fontaine. “Mon client est fasciné par les femmes fontaines, il voulait essayer au moins une fois”, manque de bol “il se trouve que la statue est dans son esprit la seule femme fontaine de la région” a-t-il estimé. Comme le montre la vidéo circulant sur les réseaux sociaux, le coupable avait procédé d’abord aux préliminaires, vainement puisque la statue est restée de marbre face à son charme débordant. Il a tout de suite sorti un marteau et tenté de la détruire pour lui faire payer son refus “mon client a agi par chagrin d’amour” conclut maître Slimani, avocat.

Lire la suite

Actualités

Le gouvernement confie le dossier de la “baleine bleue” au ministère de la pêche

Publié

dans

blue-whale-challenge

Le gouvernement tire la sonnette d’alarme. Le “blue whale challenge”, ou le jeu qui pousse les adolescents au suicide, doit être banni sans plus attendre a indiqué le premier ministre Ahmed Ouyahia qui a convoqué à cet effet une cellule de crise. Réunis en conclave tôt ce matin, le chef du gouvernement ainsi que de nombreux membre de l’exécutif, sont convenus de confier le dossier au ministère de la pêche.

Loi du talion

Après l’aveu d’impuissance de la ministre des télécoms et des coupures d’internet, le gouvernement a décidé de prendre ses responsabilités et de se saisir du dossier de la baleine bleue. Plus question de bloquer l’accès au jeu par des artifices numériques, “il s’agit maintenant de s’attaquer au problème à la racine” selon le mot d’ordre du premier ministre Ahmed Ouyahia. “La baleine bleue tue nos enfants. Nous avons pris la décision d’appliquer la loi du talion : Œil pour œil dent pour dent” a affirmé le chef de l’exécutif au terme de la réunion qu’il a tenue avec plusieurs membres de son gouvernement. “Nous sommes incapables de restreindre l’accès au jeu, selon les dires même de la ministre chargée de la censure sur internet, mais cela ne nous empêchera pas d’aller chercher cette foutue baleine physiquement là où elle se trouve” a indiqué Ouyahia et de poursuivre “voilà pourquoi nous avons décidé de confier le dossier au ministère de l’agriculture et de la pêche, il aura pour mission de la chasser en haute mer dans le mois qui vient”.

C’est gros comme un poisson d’avril

Le ministère de l’agriculture et de la pêche est déjà sur le pied de guerre. 05 baleiniers ont été commandés à la Chine pour mener la traque à bien. Déployés en méditerranée, ils patrouilleront nuit et jour dans les eaux territoriales algériennes afin de mettre hors d’état de nuire la baleine bleue. Cette flotte veillera également à la sécurité des câbles internet contre les attaques de requins, selon le ministre de l’agriculture et de la pêche. Nous ne savons pas si les moyens engagés par le gouvernement sont les plus à même de venir à bout de la baleine bleu mais c’est tellement gros que ça ressemble davantage à poisson d’avril.

Lire la suite