Connectez vous

Actualités

Ouyahia “Si le peuple ne peut plus acheter du pain, qu’il achète de la brioche”

Publié

dans

ouyahia

Excepté les salaires et l’âge des dirigeants algériens, tout va augmenter en 2018, même les produits de première nécessité, longtemps subventionnés par l’état. Et c’est le pain, le produit alimentaire le plus consommé par les Algériens, qui connait sa première hausse depuis des décennies.
En effet, des boulangers de plusieurs wilayas du pays, vendent aujourd’hui le pain ordinaire à 15 Da. Ils ont répondu à l’appel des fédérations wilayales de boulangers. Ces derniers, ont fixé une hausse de + de 50% de la baguette dans un procès-verbal. Les Algériens, fanatiques de cet aliment, ont manifesté leur mécontentement sur les réseaux sociaux via le #Matel3ablich_bel_khebza. Ils comptent également saisir le association de protection des consommateurs, cette dernière, n’a pas tardé à interpeller le gouvernement afin de maintenir coûte que coûte l’ancien prix de 8.50 Da.

Ouyahia réagit comme une reine

Présent à Abidjan pour le sommet UE-UA, ou il a serré la main du roi M6 contre un shit royal, le premier ministre a accepté de répondre à notre correspondant sur place. Ce dernier, l’a intercepté dans le hall du palais des congrès d’Abidjan en train de manger un pot de yaourt en cachette “Excusez-moi Mr le premier ministre, bon appétit…je voudrais juste savoir qu’elle sera votre plan pour sortir de cette crise du pain ? Les prix du blé et de la farine flambent, cela entraînera-t-il l’arrêt de la subvention ?” Après avoir dissimulé le pot sous sa moustache, Ouyahia rétorque “Si le peuple ne peut pas acheter du pain, qu’il achète de la brioche…et de préférence au yaourt, je l’autorise personnellement”. Une réponse similaire à celle de la dernière reine de France Marie-Antoinette d’Autriche, épouse du roi Louis XVI. La duchesse avait en effet répondu à son époux qui lui faisait part du fait que le peuple n’avait plus de pain à manger “S’il n’a pas de pain, qu’il mange de la brioche”. Une réponse aussi naïve qu’idiote illustrant parfaitement la distance sociale qui existait entre les classes populaires et la noblesse. En la reprenant, Ouyahia démontre à son tour, l’énorme décalage qu’il y a entre le pouvoir et les attentes du peuple.

L’histoire se répète

Cet épisode de la brioche est un événement capital dans l’histoire de France. Marie-Antoinette aurait prononcé cette phrase en 1782, soit quelques années avant la révolution française, appelée, la révolution de la faim. Le peuple de France s’est levé contre la monarchie de l’époque à cause d’une forte sécheresse, et d’un hiver très froid. L’année 1788 est catastrophique et avait connu une importante crise alimentaire. Une crise économique qui avait débouché sur la révolution de 1789. “Il est impossible de ne pas comparer la France de 1788 à l’Algérie. Tous les ingrédients sont réunis pour une révolution algérienne” constate A.Hamri historien à l’université d’Alger. “Crise, famine, monarchie… à ce détail près qu’aucun dirigeant ne sera décapité, ils prendront tous l’avion pour Paris” ajoute-t-il.

Annonce
3 comments

3 Comments

  1. water water

    décembre 2, 2017 à 9:59

    Ouyahia veut faire la révolution , en étranglant le roi avec les intestints d’un Imam que les affaire religieuses choisirait pour la question et aprés , il se nommera par la suite empereur.

    Le problème , il n’est pas homme de paix, encore moins homme de guerre , il n’est rien.
    L’ENA donne toujours rien.

  2. Sanfarcio

    décembre 3, 2017 à 8:29

    “Un homme parti de zéro pour n’arriver à rien, n’a de merci à dire à personne.”
    © Pierre Dac

  3. Fleur

    décembre 4, 2017 à 8:22

    J’étais interpellée car avais compris l’allusion à Marie-Antoinette qui vivait dans un vase clos loin du peuple et de ses problèmes, déconnectée de toute réalité. Je ne pense pas que ce ministre soit aussi naïf pour prétendre méconnaitre la situation de son pays, enfin de son peuple pour sortir une telle phrase (si c’est le cas). Marie-Antoinette avait fini sur l’échafaud. A quand le tour des nos “Marie-Antoinette” algériens ?
    Si le prix du pain augmente, alors que tout est cher, ça finira par nous mener vers 1789 !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Actualités

Mandat de dépôt des généraux : Le procureur militaire requiert la retraite anticipée

Publié

dans

Par

armée

Une première dans l’histoire de l’Algérien indépendante ; cinq généraux-majors ont été entendus ce dimanche par le juge d’instruction puis placés sous mandat de dépôt. La justice militaire les soupçonne de ne pas être assez discret durant leurs enrichissements illicites. Les mauvaises nouvelles s’enchaînent donc pour les plus hauts gradés de l’armée, après la saisie de la marchandise de Kamel El Bouchi, puis leur limogeage par Bouteflika, les voici aujourd’hui à la barre. Certains d’entre eux, à l’image de Boustela, on préféré crever. Une chose est sûre le parquet militaire n’a pas été tendre.

“La peine maximale requise”

Selon Amir Dz et mon coiffeur, le procureur du tribunal militaire a requis la retraite anticipée contre les généraux-majors. Une lourde peine inattendue qui tombe comme “couperet” raconte l’avocat d’un général. Avant de s’expliquer “la retraite anticipée est la pire chose qui puisse leur arriver. On s’attendait à 5 ans de prison au CDP ou pire une déportation en France ou au Panama. La retraite à 80 ans pour un homme de pouvoir qui espérait mourir dans son bureau à 100 ans est synonyme de décapitation, et je pèse mes mots. On va faire appel, j’espère alléger leurs peine à un départ à la retraite à 90 ans ou 87 ans” nous indique-t-il.

Lire la suite

Actualités

Cheikh Chemseddine “Ain El Fouara fait du 95 C…C’est énorme !”

Publié

dans

Par

chemsou

L’emblématique statue de la ville de Sétif a été vandalisée pour la 4ème fois. L’homme, barbu d’une trentaine d’année, accuse l’édifice centenaire d’avoir provoqué ses pulsions sexuelles depuis son adolescence. « A chaque fois que je passe, elle me montre ses seins, me sourit et croise ses cuisses. J’ai supporté sa folie et son dévergondage depuis que je suis adolescent, mais hier, c’était la goute de sperme qui a fait déborder la fontaine. Je lui ai fait payer mon éjaculation dans mon slip » explique-t-il.
Les réactions condamnant l’attaque ont inondé les réseaux sociaux. Même certains Muftis appellent au respect du patrimoine et à ne pas confondre statut de la femme et femme statue. C’est le cas de l’Imam le plus rigolo du pays Cheikh Chemseddine qui a tenu à dédramatiser la situation en donnant un avis farfelu comme à l’accoutumée.

« Elle fait du 95 C…Machaa Allah »

Pour évoquer Ain El Fouara, Cheikh Chemsou n’a pas sorti un marteau, mais juste ses vices. « Ce n’est pas la première fois que cette femme attise notre libido. Cette statue coquette est une fitna pulsionnelle. En plus, sa poitrine généreuse est à couper le souffle. C’est du 95 C, un ami barbu, vendeur de lingerie dans la ville de Soutif.. eh de Sétif pardon me l’a confirmé hier. Qu’est-ce que vous voulez que qu’on fasse. Qu’on bande nos yeux, qu’on se fait castrer à l’acide, c’est ça ? Ain El Fouara c’est comme une femme, parfois il lui faut une claque, une fessée pour qu’elle se ressaisisse. Comme elle est faite de pierre, le marteau et le burin sont des outils de punition très raisonnables » a-t-il expliqué. Avant de conclure « exhiber son arrogante poitrine 95 C en plein centre-ville en attendant désespérément nos mains viriles lui caresser les nichons, c’est de la pure provocation ! Hasbiya Allah w Na3im el wakil «

Naissance de la pétraphilie

Les agressions répétées sur Ain El Fouara donnent naissance à une nouvelle orientation sexuelle, plus ou moins connue. Selon Mnanauk, 3 % des Algériens sont pétraphiles. Petra signifiant pierre ou marbre, c’est donc une attirance sexuelle, pathologique, envers les statues, les édifices, les monuments etc…

Lire la suite