Connectez vous

Insolite

Il obtient enfin son visa grâce aux affiches électorales qu’il a jointes à son dossier

Publié

dans

affiche

Karim B. a 26 ans et habite un quartier populaire d’Annaba. Diplômé depuis 3 ans de l’université d’Annaba, il n’a eu de cesse de chercher du travail dans son domaine (l’informatique), mais comme presque tous les jeunes de sa génération, aucune porte ne s’ouvre à lui.
Alors, Karim s’est mis en tête d’émigrer vers l’Europe pour continuer ses études et espérer se construire un avenir meilleur. Sauf que là aussi, problème, le visa n’arrive pas, ou plutôt « ne tombe pas » comme dirait Fellag.
Malgré tout un dossier bien ficelé, un frère déjà établi en France qui s’est engagé à le prendre en charge, un compte bancaire alimenté pour l’occasion et une promesse d’inscription dans une université parisienne, le consulat de France à Annaba a refusé 4 fois de suite sa demande de visa.

Le malheureux candidat à l’émigration s’en trouvé dépité puisqu’il ne savait plus quoi faire. Pas de travail, pas de ressources, pas de visa pour la France et surtout pas d’avenir, Karim s’est sérieusement à réfléchir à partir en harraga et a même commencé à contacter des personnes pour l’aider à concrétiser son projet.
Alors qu’un soir, il se promenait en errant, dans les rues d’Annaba, Karim fût attiré par l’une des affiches de campagne pour les élections locales qui vont avoir lieu prochainement. Il fût choqué par l’absurdité de celle-ci. Un peu plus loin, il tombe encore sur deux affiches de deux autres partis politiques qui rivalisaient avec la première en idiotie. Du coup, il eût une idée totalement saugrenue. Il s’est dit « et si je joignais les affiches de campagne électorale à mon dossier de demande de visa pour que le consul de France voit à quel point nous souffrons de la connerie humaine dans notre pays, peut être que cela pourrait l’attendrir un peu et lui permettre de regarder mon dossier avec un œil bienveillant ».

Le lendemain, Karim fait la tournée des permanences des candidats qui se présentent dans sa commune ainsi que dans les communes voisines et récolte leurs affiches électorales qui rivalisaient entre elles dans le ridicule.
Il reconstitue son dossier et joint les affiches avec un mot destiné au consul : « Monsieur le Consul, je vous prie de bien vouloir avoir une attention bienveillante concernant ma demande de visa, eu égard aux tortures morales que nous subissons depuis quelques mois de la part des candidats aux élections locales dans notre ville. Je vous joins à cet effet, des exemples d’affiches vantant les énergumènes qui vont nous gouverner localement dans les moins viennent, et vous laisse tout latitude d’en juger l’absurdité qui en dit long sur la qualité de notre vie à venir ».

Deux semaines après, le miracle se produisit. Karim obtient son fameux sésame pour l’Europe, avec en prime, un mot signé du consul en personne : « cher M. B. je compatis fortement à votre douleur morale et votre souffrance sociale. C’est pourquoi, j’ai décidé de vous donner la chance d’aller réaliser votre rêve chez nous en France. Avec mes amitiés. Signé, le Consul. »
Karim a pris son billet dès le lendemain et s’est envolé pour Paris. Il est déjà loin des guignols qui s’apprêtent à gérer sa commune pour 5 ans.

Annonce
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Insolite

Il annule son mariage faute de moyens financiers, après avoir refait ses papiers d’identité

Publié

dans

Par

carte-d'identité

Le pauvre Mokhtar, jeune de 33 ans, ne verra pas son projet de fonder une famille se réaliser de sitôt. En effet, ce jeune originaire de M’sila, fonctionnaire dans le secteur de l’éducation nationale, avait enfin arrêté la date de son mariage avec la fille à laquelle il est fiancé depuis plus de 6 ans. Ce mariage était prévu pour l’après Ramadan.

Malheureusement pour lui, Mokhtar a eu une mésaventure il y a de cela un mois. En voyage à Alger pour raisons professionnelles, le futur marié a perdu tous ses papiers d’identité : CNI, permis de conduire et même passeport (il envisageait de demander un visa pour sa destination de lune de miel). Il a donc été obligé de faire une déclaration de perte pour pouvoir rentrer chez lui.
Une fois à M’sila, il était dans l’obligation de devoir tout refaire. En effet, sans aucune pièce d’identité, Mokhtar était handicapé dans beaucoup de démarches administratives, sans parler d’un éventuel contrôle inopiné qui pouvait le conduire au poste de police ou de gendarmerie faute de présentation d’une pièce d’identité. Après avoir rassemblé les documents nécessaires, Mokhtar s’est empressé de déposer les dossiers pour refaire ses papiers. Et malheureusement pour lui, il est tombé sous le coup de la modification des tarifs de ses documents si importants. Il s’est donc vu obligé de payer une somme astronomiques en timbres fiscaux (sans parler des centaines de photocopies de tous les documents nécessaires au dossier).

Au final, Mokhtar, après avoir refait ses papiers, a fait les comptes dans ses finances et a constaté que cela lui a causé un trou important dans son budget mariage. Ne pouvant plus en assurer totalement les frais, il a tout simplement décidé d’annuler son mariage prévu cet été, au grand dam de sa fiancée qui attendait ce moment avec impatience. En guise d’assurances, et pour ne pas risquer de perdre sa dulcinée, Mokhtar s’est promis de travailler au noir, le soir et le week-end afin de réunir à nouveau la somme nécessaire à son mariage et que les papiers d’identité ont totalement siphonné.

Lire la suite

Insolite

Pour montrer sa fortune, il se balade en exhibant son passeport, sa CNI et son permis de conduire

Publié

dans

Par

passeport

L’annonce faite par le gouvernement consistant à augmenter drastiquement le prix de certains documents administratifs importants a provoqué un tollé au sein de la population. En effet, il y quelques jours, des informations ont commencé à circuler concernant une décision du gouvernement d’augmenter fortement le prix des timbres fiscaux des passeports, carte nationale d’identité et permis de conduire. Une augmentation qui passe du simple au double.

Cette information qui a d’abord circulé comme rumeur a été finalement confirmé par le premier-ministère dans un communiqué venu justifier les raisons d’une telle décision et surtout expliquer pourquoi avoir choisi ces tarifs exorbitants. Une explication qui n’a pas calmé la colère des algériens ni apporté l’explication attendue. Pour autant, certains algériens « fortunés » ont, eux, la chance de pouvoir profiter de ces nouveaux documents malgré leurs tarifs. On a d’ailleurs commencé à voir quelques-uns se présenter aux guichets pour les solliciter. Jusque là, rien d’anormal. Sauf qu’il y a deux jours, plusieurs témoins ont rapporté à notre rédaction une scène étrange qui s’est déroulée dans les rues d’Alger.

En effet, les personnes qui nous ont contactés nous ont toutes affirmé avoir croisé à Alger-centre, un homme d’un certain âge, élégamment habillé et visiblement assez fortuné, marcher dans les rues en tenant dans ses mains, de manière ostentatoire, un passeport biométrique, une CNI électronique un permis de conduire. Le gars en question qui sortait vraisemblablement de la daïra de Sidi M’hamed, déambulait avec un sourire provocateurs, et jetait, de temps à autres, aux passant : « hada wine kherejthoum kho (je viens de les sortir, mon frère) ». il parlait évidemment de ses papiers tous neufs qu’il vient d’obtenir après avoir payé près de 100000 da en timbres fiscaux.
Son but était clair : montrer aux gens sa fortune et sa capacité à se faire établir des papiers aux nouveaux tarifs sans aucune difficulté financière. Le gars en question aurait même rajouté aux passants : demain j’irai chercher ceux de ma femme et de mes trois enfants.
Les signes extérieurs de richesse en Algérie sont en train de prendre une nouvelle dimension.
Merci le gouvernement.

Lire la suite