Connectez vous

Actualités

Coûtant trop chers, les députés seront remplacés par des robots unibrassistes

Publié

dans

robot

Vivant une crise sans précédent, l’Algérie, pilotée par l’homme des basses besognes est dans l’impasse. Une situation qui ne serait pas plus mal que si c’était pire. Ouyahia, plus pessimiste qu’une Miss météo Islandaise, multiplie les mesures chocs afin de réduire les dépenses publiques. Une fois n’est pas coutume, il s’attaque cette fois-ci aux députés, les salariés de luxe dont l’unique fonction est de lever bêtement un bras, un doigt ou deux jambes. Ces derniers coûteraient à l’état plus de 500 milliards de dinars par an. Le plus gros gaspillage inutile de tous les temps, selon les économistes algériens.

Des robots députés bientôt livrés par le Japon

Les premiers robots députés arriveront du Japon à Alger, en fin du mois d’octobre. 462 robots unibrassistes remplaceront donc les 462 députés humains. Selon Mohamed Benmeradi, ministre du commerce : “le coût d’achat des ces robots est trois fois inférieur à la masse salariale mensuelle des députés(400 000 Da/mois brut, plus les avantages, les primes du votes unanime, les repas de Tliba etc) L’état économisera plus de 500 milliards de dollars sur cinq ans, ce qui lui permettra de retrouver l’aisance financière et sociale d’il y a dix ans. Les robots députés rechargeables avec des piles Zaiba de 20 DA (excepté le robot Tliba qui carbure au diesel, un oléoduc provenant directement de Hassi Messaoud l’alimentera en permanence) ont une autonomie de cinq ans, on ne les rechargera pas avant les prochaines législatives de 2022” affirme le ministre.

Les robots députés fonctionneront avec un logiciel très simple qui leur permet de lever leurs unique bras lorsque ils entendent : “validez-vous le plan du gouvernement”, ils réagissent également en se levant pour applaudir avec leur seule main quand ils entendent “Bouteflika” peut importe le prénom. Un robot qui ne ne réagit pas ainsi ne sera pas considéré comme robot opposant mais plutôt comme robot abîmé et sera envoyé à la fourrière, ajoute le président de la chambre basse.

Tahkout promet une production locale des robots !

Le plus célèbre industriel et gonfleur de roues, Tahkout annonce déjà que son usine de Tiaret assurera le montage des députés Made In Bladi. Tmc importera du Japon des robots en pièces pour les monter ensuite suivant les normes internationales. Un projet de montage de robots ministres est en repérage vue qu’eux aussi ne foutent rien et coûtent excessivement cher. Seul Bouteflika ne sera pas transformé en machine puisque lui l’est déjà.

Annonce
1 Commentaire

1 Commentaire

  1. Soussi

    octobre 19, 2017 à 7:51

    L’idée en elle-même n’est pas bête, elle est réaliste quoique difficilement réalisable. Mais, ce qui semble choquant,c’est le fait de constater des commentaires sur le sujet par des gens sans scrupules qui, dans un passé recent ont agit pire que les plus médiocres des députés et sur le plan moral et sur le plan financier.C’est précisément le cas de l’actuel ministre du commerce nommée Mohamed BENMERADI.En effet, ce dernier des derniers, lorsqu’il était Directeur Général du Domaine National avait refusé, volontairement et contrairement à la loi, d’intégrer dans le domaine privé de l’Etat un immeuble, bien public, détourné par le célébrissime homme d’affaire Djillali MEHRI,Agissant pour le compte de la société Française SIFFAN.Pourtant, les enquêtes effectuées par ses propres services des domaines de la wilaya d’Oran avec son accord et sur onstruction de l’ex ministre des finances Mourad MEDELCI,avaient démontré que l’immeuble incriminé sis 11bd de la Soummam Oran était bien un bien public et les mêmes services avaient proposé, à monsieur le Directeur Général du Domaine National BENMERADI,son intégration dans le patrimoine privé de l’Etat. Monsieur BENMERADI avait refusé, implicitement, de s’exécuter jusqu’au jour où il avait été nommé Ministre de la Petite et Moyenne Entreprise. Que pensez-vous d’un comportement foncièrement indélicat de gens qui trouvent le moyen, aujourd’hui de critiquer d’autres gens, et de loin, moins corrompus et moins indélicats.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Actualités

Le ministère de l’intérieur publie par erreur les résultats de la présidentielle de 2019

Publié

dans

Par

bedoui

20 h 15 : Les derniers bureaux de vote ont fermé, le dépouillement et la fraude sont terminés. Le ministère de l’intérieur a pris la décision de publier les résultats des élections locales 2017 dans la soirée. Contrairement aux précédents échéances électorales, l’administration veut évacuer tout soupçon de fraudes et de bourrages des urnes, effectués d’habitudes dans la nuit. Mais c’est sans compter sur l’énorme bourde que vient de commettre la haute instance indépendante de surveillance des élections qui a transmis par erreur au ministère de l’intérieur les résultats des prochaines présidentielles de 2019. Stockés dans un serveur d’El Mouradia, un stagiaire de l’HIISE aurait téléchargé le fichier “result-présid19” au lieu de “résultloc17”. Une faute grave dont les conséquences sont terribles pour l’HIISE et le ministère de l’intérieur, auto-proclamés gardiens de la sécurité et la transparence électorale.

Le gagnant toujours Bouteflika, mais lequel ?

Le site officiel inter.gov.dz a affiché le président Bouteflika grand vainqueur avec 92.23 %, battant au passage son ancien record de 89 %. Seul bémol, si le nom de Boutefilka a été affiché le prénom demeure du vainqueur demeure une énigme. “Les Algériens connaîtront leurs président bientôt, on n’est pas sûr lequel des deux sera chef d’état, une chose est certaine, c’est Bouteflika. C’est important pour le suspens” précise le ministre de l’intérieur.

Les résultats détaillés

Aprés Bouteflika, les scores des autres candidats sont semblables aux échéances précédentes : Benflis arrive 2ème avec 5 % suivi de Louisa Hanoune 2 %, ensuite arrivent deux candidats anonymes, pas encore connus avec 1 % chacun et enfin Faouzi Reabaine avec 0.0045 %

Lire la suite

Actualités

Constantine dément avoir un lien avec Farouk Ksentini

Publié

dans

farouk-ksentini

Les jours passent et les affronts  publics essuyés par Ksentini se multiplient. Le dernier en date, le démenti officiel de la ville de Constantine quant à un hypothétique lien du sol que le patronyme de l’avocat laisserait augurer. La ville semble vouloir prendre ses distances avec maître Farouk, de plus en plus esseulé.

Des affabulations…

Constantine est sortie de son silence. La ville affirme n’avoir aucun lien avec maître Farouk Ksentini. Dans un communiqué rendu public par l’APS, l’ancienne capitale de la Numidie nie avoir donné un jour  naissance au président de la CNCPPDH ni ne l’avoir jamais accueilli en son sein. “L’anthroponymie, l’usage ainsi qu’une supposée parenté lexicale laisseraient entendre que la ville de Constantine serait la ville natale de Maître Farouk Ksentini, ou à tous le moins, une ville avec laquelle il aurait des liens. La ville de Constantine dément catégoriquement, autant l’authenticité des liens du sol que celle du sang qui lui sont accolés et considère qu’il s’agit là de pures affabulations” peut-on lire dans le communiqué.

Une énième humiliation

C’est la 4e fois en seulement 3 jours que Ksentini est désavoué publiquement. D’abord la présidence qui a formellement démenti la rencontre de l’avocat avec Bouteflika. Ensuite, les droits de l’homme qui dans une lettre ouverte ont révélé n’avoir jamais croisé le prétendu président de la Commission Nationale de Promotion et de la Protection des Droits de l’Homme. Aujourd’hui, le mythomane général du FLN, Djamel Ould Abbes est revenu à la charge en accusant publiquement Farouk Ksentini de mensonge dans un tweet où il prétend que “Bouteflika était avec lui samedi après-midi” pour leur séance quotidienne de footing, et que parant, le président n’a pas pu avoir rencontré Ksentini comme l’affirme ce dernier. Enfin, le désaveu de la ville de Constantine qui assure n’avoir aucun lien avec l’avocat.

Lire la suite