Connectez vous

Actualités

Élections locales : Plusieurs présidents d’APC renoncent à se représenter car il n’ y a plus d’argent à détourner

Publié

dans

élections

L’argent est le nerf de la guerre. Il est celui de la politique aussi. Les prochaines élections locales prévues 23 novembre se dérouleront sans les présidents d’APC sortants. En effet, par ce temps de crise, les caisses communales étant aussi vides que la cervelle d’un militant FLN ou le CV d’un candidat RND, plusieurs élus ont fait part de leur intention de ne pas se représenter.

ça sera sans nous

Le gouvernement à sec, n’a pas encore versé les budgets et ne compte pas le faire d’ailleurs. Une situation inédite où les maires, qui se goinfraient d’argent public, de subventions, et d’aides sociales, se voient contraints de vivre avec leurs propres salaires de 150 000 DA/mois. Une catastrophe pour la plupart d’entre eux qui refusent de se représenter car ils ne pourront plus exercer pleinement leurs ‘prérogatives’ : ” Je ne vois pas ce je pourrai faire ici maintenant qu’il n’y a plus d’argent. Je suis resté 10 ans maire, cela m’a permis de dérober plus de 100 milliards de centimes, mais c’est la dèche à présent, oualou! Vous voulez quoi que je me maintienne dans mon poste pour servir les citoyens, quelle blague !” déclare K. Boukhraba, maire de Ben Aknoun, qui a laissé dans la caisse communal un trou aussi énorme que celui de l’autoroute S.

Les administrés exultent

Il faut dire que cette désertion massive a fait des heureux parmi les administrés. Comme Samir, un jeune chômeur de 23 ans qui estime que la défection des présidents d’APC sortants épargne aux Algériens “l’éprouvant cirque de la campagne électorale”. “Plus de slogan idiots, ni d’affiches à la con, ni de discours truffés de mensonges qui viennent à 20 h nous plomber nos soirées” lâche-t-il, exaspéré. Salima, enseignante au lycée, n’en pense pas moins : “j’espère qu’ils renonceront tous, qu’il partent à 5000 km de l’Algérie et qu’on ne voit plus leurs sales gueules” maugrée-t-elle, visiblement remontée.

Annonce
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Actualités

Ain El Fouara vandalisée : L’homme s’explique “les femmes fontaines, c’est mon fantasme”

Publié

dans

Par

statue

La bêtise hystérique continue de vandaliser le pays. Tot ce matin, un homme d’une trentaine d’année, a tenté de détruire la célèbre statue Ain Al Fouara de la ville de Sétif. Vêtu d’une Djellaba et muni d’un marteau et d’un burin, l’homme a été arrêté par la police en flagrant délit et accusé d’acte de vandalisme et de méfait contre un lieu public. Selon son avocat, le malfaiteur n’aurait pas eu l’intention de saccager la statue, si cette dernière n’avait pas refusé ses avances. “Il aurait agi par pur instinct animal, car il ne pouvait pas résister à son fantasme charnel : les femmes fontaines.”

Un fantasme mal interprété

Toujours selon son avocat, la victime a juste mal compris le concept de la femme fontaine. “Mon client est fasciné par les femmes fontaines, il voulait essayer au moins une fois”, manque de bol “il se trouve que la statue est dans son esprit la seule femme fontaine de la région” a-t-il estimé. Comme le montre la vidéo circulant sur les réseaux sociaux, le coupable avait procédé d’abord aux préliminaires, vainement puisque la statue est restée de marbre face à son charme débordant. Il a tout de suite sorti un marteau et tenté de la détruire pour lui faire payer son refus “mon client a agi par chagrin d’amour” conclut maître Slimani, avocat.

Lire la suite

Actualités

Le gouvernement confie le dossier de la “baleine bleue” au ministère de la pêche

Publié

dans

blue-whale-challenge

Le gouvernement tire la sonnette d’alarme. Le “blue whale challenge”, ou le jeu qui pousse les adolescents au suicide, doit être banni sans plus attendre a indiqué le premier ministre Ahmed Ouyahia qui a convoqué à cet effet une cellule de crise. Réunis en conclave tôt ce matin, le chef du gouvernement ainsi que de nombreux membre de l’exécutif, sont convenus de confier le dossier au ministère de la pêche.

Loi du talion

Après l’aveu d’impuissance de la ministre des télécoms et des coupures d’internet, le gouvernement a décidé de prendre ses responsabilités et de se saisir du dossier de la baleine bleue. Plus question de bloquer l’accès au jeu par des artifices numériques, “il s’agit maintenant de s’attaquer au problème à la racine” selon le mot d’ordre du premier ministre Ahmed Ouyahia. “La baleine bleue tue nos enfants. Nous avons pris la décision d’appliquer la loi du talion : Œil pour œil dent pour dent” a affirmé le chef de l’exécutif au terme de la réunion qu’il a tenue avec plusieurs membres de son gouvernement. “Nous sommes incapables de restreindre l’accès au jeu, selon les dires même de la ministre chargée de la censure sur internet, mais cela ne nous empêchera pas d’aller chercher cette foutue baleine physiquement là où elle se trouve” a indiqué Ouyahia et de poursuivre “voilà pourquoi nous avons décidé de confier le dossier au ministère de l’agriculture et de la pêche, il aura pour mission de la chasser en haute mer dans le mois qui vient”.

C’est gros comme un poisson d’avril

Le ministère de l’agriculture et de la pêche est déjà sur le pied de guerre. 05 baleiniers ont été commandés à la Chine pour mener la traque à bien. Déployés en méditerranée, ils patrouilleront nuit et jour dans les eaux territoriales algériennes afin de mettre hors d’état de nuire la baleine bleue. Cette flotte veillera également à la sécurité des câbles internet contre les attaques de requins, selon le ministre de l’agriculture et de la pêche. Nous ne savons pas si les moyens engagés par le gouvernement sont les plus à même de venir à bout de la baleine bleu mais c’est tellement gros que ça ressemble davantage à poisson d’avril.

Lire la suite