arabie-saoudite

C’est l’événement de la semaine, une première mondiale et un fait historique : le Royaume d’Arabie Saoudite vient, enfin, de décréter que la femme est autorisée à conduire une voiture. Une décision dont l’impact est important pour la population féminine qui va pouvoir enfin avoir accès au volant et ne plus se contenter de monter sur le siège passager ou à l’arrière du véhicule comme cela avait été le cas jusqu’à maintenant. Cependant, le régime saoudien, conscient de ce que cela pourrait produire et des risques de tensions que ça pourrait provoquer au sein des tribus les plus conservatrices, a assorti cette autorisation à des conditions draconiennes à même de limiter cette pratique et la rendre la plus difficile à mettre en œuvre pour les femmes.

Ceci n’a pas empêché les femmes à saisir cette opportunité inespérée et à prendre immédiatement l’initiative de conduire une voiture. Résultats des courses, dès le lendemain de l’annonce de la nouvelle, des milliers de saoudiennes ont envahi les routes à bord de leurs voitures pour se balader librement dans les rues des villes, au grand dam des détracteurs de cette décision qui se sentaient désarmés face à une décision du roi. Ces derniers n’attendent d’ailleurs que les premières gaffes des femmes pour monter au créneau à nouveau et appeler à faire annuler cette décision.

La « chance » vient peut-être de leur sourire justement, puisque nous avons appris de nos correspondants sur place qu’un événement s’était produit hier et qui risque d’avoir quelques conséquences fâcheuses. En effet, notre correspondant nous a informé que le ministère de la vertu a arrêté une femme qui était au volant et l’a condamnée à 25 coups de fouet sur la place et dix pierres de lapidation pour avoir conduit une voiture dotée d’un GPS…à la voix masculine. Le ministère en question a considéré que cette femme avait enfreint l’une des règles les plus élémentaires de la préservation de la chasteté féminine, à savoir, ne pas s’adresser à un homme inconnu, lorsqu’elle n’est pas accompagnée d’un « mahrem » (accompagnateur licite pouvant être son père, frère, mari, ou fils). Or, selon le porte-parole du ministère, cette femme était seule au volant de son 4×4 et le GPS à l’intérieur s’adressait à elle, avec sa voix d’homme pour lui indiquer le chemin. « Un chemin de débauche certainement », avait commenté le porte-parole en question. Fait aggravant, cette femme est déjà mariée, d’où le doublement de la peine à laquelle elle a été condamnée. Elle sera donc fouettée et lapidée sur la place publique aujourd’hui après la prière du vendredi.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Inscrivez-vous à notre Newsletters

Restez informé, ne ratez plus aucun article d'El Manchar !

Vous pourriez aussi aimer

Macron et ses ministres manifesteront samedi pour protester contre les Gilets Jaunes

Pour ce 3ème samedi de contestation en France, le mouvement populaire des…

Le Pen demande l’aide de l’OTAN pour sécuriser la France lors de la finale de la CAN

Il est donc tout évident que le bonheur des uns peut faire…

Gilets jaunes : Macron annonce une taxe sur la manif

« Œil pour œil dent pour dent ». C’est en appliquant la…