Connectez vous

Actualités

Benghebrit répond à la polémique: “Je dis toujours bismillah avant de couper internet”

Publié

dans

benghabrit

Depuis qu’elle est ministre, pour Benghebrit septembre, c’est la rentrée des clashs.

La ministre de l’éducation et des coupures d’internet est violemment attaquée par la sphère arabisée de son ministère, les observateurs islamiques, les nostalgiques de Benbouzid et les pizzerias qui mettent “لا تنسى بسم الله” dans les murs et sur les frigos Coca-cola.

Benghebrit avait décidé il y a un mois de supprimer des manuels scolaires, El basmala, une formule religieuse notamment utilisée au commencement de chacune des sourates du Coran, devenue sorte de bénédicité musulmane, retrouvé partout et dite par tout le monde ou presque. La polémique est montée très vite, très fort, et la ministre s’est attirée les foudres des personnalités religieuses, des associations et même de certains médias. Certains l’ont même qualifié de athée ou d”ennemie de l’islam” dont le dessein cachée serait d’effacer la religion des esprits de la jeunesse algérienne. La ministre n’a pas subi longtemps et a décidé de réagir ce matin à la radio pour s’expliquer et surtout se défendre: ” Je n’ai rien contre l’islam, ni contre EL basmala, moi même je dis Bismillah souvent, je n’ai jamais oublié de le dire avant chaque coupure d’internet, avant chaque bac. Je l’ai supprimé juste pour des raisons pédagogiques, la plupart de nos enfants se contente de cette formule trop facile, en révisant et oublient le reste” affirme la ministre.

Benghebrit est convaincante dans cette déclaration. Rappelons que couper internet est un besoin physiologique primaire pour la sosie de Justin Bieber. C’est l’équivalent de manger ou respirer pour la plupart d’entre nous, alors, arrêtons de lui faire un faux procès.

Annonce
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Actualités

Relaxé, Jawad lance son agence de location d’appartements pour djihadistes

Publié

dans

Par

Le tribunal correctionnel de Paris a relaxé hier Jawad Bendaoud, qui avait procuré un logement à deux des djihadistes des attentats du 13 novembre 2015. Le parquet avait pourtant requis quatre ans de prison contre ce délinquant multirécidiviste pour “recel de malfaiteurs terroristes”.
La présidente du tribunal a considéré qu’il n’avait été prouvé ni dans le dossier d’instruction, ni à l’audience, que Jawad Bendaoud avait hébergé des terroristes. Selon ses avocat, le jeune malfaiteur surnommé” l’Abbé pierre du Djihadisme” voulait apporter son aide à des sans-abris qui traînaient dans Paris et ne savaient même pas où planquer leurs kalash. “Un geste humanitaire digne de respect, qui place Jawad en tête des personnalités préférés des Français radicalisés” commente maître Terrier, son avocat.

Jawad lance sa fondation

Ému par son acquittement, Jawad profite de l’engouement médiatique dont il bénéficie pour lancer sa fondation (à but lucratif) pour lutter contre l’exclusion et le mal-logement des terroristes. Baptisée ” Djihadüs “, cette fondation inspirée du concept américain d’AirBnb, permet à des particuliers de louer tout ou une partie de leur propre habitation à des terroristes s’apprêtant à commettre des attentas sur le sol français. La justice qui a accusé Jawad à tort compte se faire rattraper en validant la fondation Djihadus et lui offrir le statut de fondation reconnue d’utilité publique “gravement accusé pour un délit qui ne l’a pas commis, Jawad mérite d’obtenir compensation. C’est chose faite aujourd’hui, puisque la jeune victime a le droit d’héberger des terroristes. Il doit fermer les yeux et les oreilles et surtout faire attention, ce n’est jamais très sur de passer la nuit avec des mecs bourrés de ceintures explosives. Je salue au passage le courage du jeune, qui a la bonhomie de l’Abbé pierre” souligne, M.Ruffot, juge d’instruction.

Hiver 2018, l’appel de Jawad

64 ans après l’appel historique de l’Abbé Pierre, fondateur d’Emmaus, Jawad porté par les derniers événements, vient de lancer un appel en faveur des Djihadistes sans-abri. En effet, depuis la fin janvier, début février, la France est frappée par une vague de froid. Les principaux cours d’eau gèlent et, des banquises se forment. On enregistre jusqu’à −6°C à Paris. Le 5 et le 6 février, une tempête de neige s’est abattue, une situation similaire à celle d’hiver 54. C’est sur la Europe 1 ce matin, que le jeune bénévole, a lancé un appel très émouvant pour sensibiliser voire radicaliser les Français :

« Amis de la terreur, au secours…

Chaque nuit, ils sont plus de 100 Djihadistes français ou Belges revenus de Syrie sous le gel, sans toit, sans pain, presque nu.
Écoutez-moi : Ouvrez vos maisons, aménager vos salons, ou vos vérandas pour loger ses pauvres créatures suicidaire dont la vie est courte. Laissez les mourir pour leurs idées avant qu’ils meurent de froid ou de gel, laissez les mourir carabinés plutôt que d’une angine carabinée. Vous n’y serez pour rien, on vous a demandé de rendre service et vous allez rendre service messieurs, la justice vous donnera raison. Sachez qu’en hébergeant un terroriste, vous avez 99 % de chances de survivre à son attentat puisque vous serez le premier à être au courant.
Je vous prie, aimons-nous assez tout de suite pour faire cela. Chacun de nous peut venir en aide aux terroristes « sans abri ». Il nous faut pour ce soir, et au plus tard pour demain :

5000 couvertures,
300 grandes tentes américaines,
200 poêles catalytiques
100 cagoules
250 kg de matieres explosives
500 ceintures Hermes pour tenir le poids des explosifs
200 voitures piégées
Déposez-les vite au siège de notre fondation.
Grâce à vous, aucun terroriste, ne couchera ce soir sur l’asphalte ou sur les quais de Paris. Ni lui, ni son projet d’attentat ne sera gelé.

Merci ! ”

Lire la suite

Actualités

Grève des médecins résidents : Le ministère de la santé accepte la médiation de Belahmar

Publié

dans

belahmar

Le ministre de la santé a fini par accepter la médiation offerte par Abou Mouslim Belahmar en vue de convaincre les médecins résidents à cesser leur mouvement de grève. Une médiation sur laquelle Mokhtar Hasbellaoui mise beaucoup après l’échec des négociations qu’il a engagés avec les représentants du Collectif autonome des médecins résidents algériens.

La faute au diable

Médecins résidents et bureaucrates tutélaires vont finalement s’asseoir à la même table ou plutôt sur la même natte, dans la zaouïa médicale de Belahmar, à Tiaret. Le raqi promet de trancher à coup de psaumes incantatoires le noeud gordien. “J’ai analysé le conflit qui oppose mes confrères médecins aux pouvoirs publics et j’en suis arrivé à la conclusion que دارها بناتهم الشيطان” explique Belahmar “voilà pourquoi nous sommes convenus moi et le ministre d’organiser une séance d’exorcisme en présence de tous les protagonistes dans ma clinique à Tiaret pour maudire le diable tous ensemble en chœur”. Le ministre espèrent ainsi régler la situation en chassant الشيطان, seul responsable, selon Belahmar, de la crise actuelle.

Finalement, si c’est pour voir l’imam Ali Aya prendre en charge les doléances des enseignants et le raqi Belahmar celles de médecins résidents, nous aurions mieux fait d’élire directement Ali Belhadj. Remarque, c’est ce que nous avons fait en 1991.

Lire la suite