Connectez vous

Politique

Pénurie de yaourt après la désignation d’Ouyahia comme premier ministre

Publié

dans

ouyahia

À peine 1 h après la désignation d’Ahmed Ouyahia comme Premier ministre à la place de Abdelmadjib Tebboune, une pénurie de yaourt s’est cruellement fait sentir sur tout le territoire national.

Ahmed Ouyahia, futur-ex-futur-ex-futur-ex…. Premier ministre, connu aussi pour ses talents de nutritionniste, a jadis déclaré qu’il n’était pas obligatoire pour les Algériens de manger du yaourt quotidiennement. De ce fait juste après sa nomination, beaucoup de familles se sont ruées sur les supérettes pour acheter les derniers yaourts restants, un marché parallèle s’est vite installé où la vente d’un seul pot de yaourt a atteint les 1000 DA, un marchand de mouton à Skikda a même accepté d’échanger un mouton de l’aïd contre un yaourt à la fraise.

Abdelmadjid Tebboune qui a préféré passer ses vacances dans son pays de cœur sur la cote d’azur, va sans doute prolonger son congé pour un long moment et peut-être même pour toujours, quant à son remplaçant, communément appelé, l’homme des sales besognes va certainement commencer par former son gouvernement une énième fois et s’attaquer juste après à la présentation de son programme culinaire pour les familles algériennes, dont la plus grande crainte pour le moment est que le nouveau Premier ministre leur interdit de manger… tout court.

La bonne nouvelle avec Ahmed Ouyahia est qu’il risque de rappeler Sellal dans son nouveau gouvernement, Ouyahia va pouvoir faire d’une pierre 2 coups, car en plus d’essayer de nous faire mourir de faim il tentera aussi de nous faire mourir de rire.

Politique

APN : Bouhadja tente de récupérer Tliba dans son camp en lui offrant un tacos

Publié

dans

bouhadja

Une crise sans précédent secoue le parlement algérien. Le président de l’Assemblée Populaire Nationale refuse de se soumettre à la demande de la majorité parlementaire de démissionner de son poste. Said Bouhadja affirme que “prenant Bouteflika comme exemple, il n’est pas question pour lui de quitter son poste. De plus, je suis très épanoui dans mon travail qui ne me demande que compter le nombre inchangé de mains levées pendant une séance, franchement, je ne suis pas con pour démissionner” a-t-il expliqué.

Reconquérir la majorité

Pour mourir au perchoir, la bouche et les poches pleines, Bouhadja joue la carte de la reconquête. Lâché par les députés du FLN et du RND, le président de l’assemblée vient d’approcher un poids lourd, sans vilain jeu de mots, du parlement. Il s’agit du député XXL, Bahaa Eddine Tliba. “Un intermédiaire m’a contacté pour m’inviter à déjeuner demain. Il m’a proposé Le O’tacos de Pizza Hut, récemment ouvert à Dely Ibrahim” explique Tliba. Ce dernier dit avoir refusé de se plier au chantage. “C’est pas que je suis incorruptible, loin de là. Mais m’acheter avec un seul Tacos c’est un peu comme corrompre Chakib Khelil avec un billet de 5 dollars. Il m’en faut beaucoup plus. Bouhadja n’a pas actualisé son barème, ou il fait semblant. Pour changer de camp, il faut que je sois rassasié. Pour cela, je veux 150 tacos à chaque repas, sachant que je prends 1200 repas par jour, il me faut donc 180000 tacos 400 fromages, autant corrompre les 479 autres députés avec des sandwich cachir, soyons raisonnables” conclut-il.

Lire la suite

Politique

Bouteflika propose un plan de réconciliation nationale avec le choléra

Publié

dans

Par

Bouteflika

En Suisse pour ressusciter une énième fois, Abdelaziz Bouteflika continue néanmoins d’assumer sa fonction de président de la république. En effet, le chef d’état ne compte guère abandonner ce peuple qui va certainement mourir avant lui. Depuis sa luxueuse chambre d’hôpital de Genève, Boutef a publié une vidéo en train de boire de l’eau du robinet (provenant de la source d’Aproz) pour montrer sa totale solidarité avec les Algériens. Il aurait même mangé une pastèque suisse irriguée à l’eau minérale Nestlé. Il termine son clip avec un message lu, faute de voix, par un de ses conseillés “Algériennes, Algériens, il est de notre devoir de prendre nos responsabilités ! Vous devez cesser de vous faire tuer comme ça bêtement. Contrairement à moi, vous ne disposez qu’une seule vie, et c’est honteux de succomber à une bactérie médiévale même cap de m’achever quand elle était au faîte de sa gloire en moyen âge. C’est pourquoi, j’ai décidé de vous aider et de vous débarrasser de cette épidémie afin que puissiez voter pour moi en 2019. Avant cela, votons d’abord pour le 2ème mandat de la réconciliation nationale”.

Une loi trouble comme de l’eau usée

Faute de ministre de la santé, de lois sanitaires, d’hygiène publique et de contrôle agroalimentaire, Bouteflika choisit comme à l’accoutumée, la facilité, et “le bricolage politique” pour cacher la poussière sous le tapis. Il lance ainsi pour la seconde fois, la loi de la concorde civile et de réconciliation nationale. “Les Algériens se prononceront le 9 septembre prochain par référendum sur un projet de réconciliation nationale qui promet le pardon au choléra, et à d’autres épidémies, maladies ou catastrophes naturelles… qui n’ont pas du sang sur les mains” souligne un communiqué de la présidence. Avant de souligner “toutes les bactéries, vibrion cholerae compris, doivent quitter leurs sources et se rendre à l’institut Pasteur avant le 9 septembre. Elles bénéficieront de la fin des poursuites judiciaires et de la grâce présidentielle. Elles seront propagées dans des sources minérales saines et propres et vivront parmi les Algériens dans les valeurs du respect, de la paix et de la tolérance, un peuple qui a pardonné Madani Mazrag pourra pardonner sans difficulté au choléra” rapporte le communiqué.

Lire la suite