Connectez vous

Insolite

Réveillé d’un coma de 15 ans, il est persuadé qu’il peut acheter une Clio avec 50 millions de centimes

Publié

dans

comas

Ce fût un vrai miracle que la famille F. de Bouzaréah a vécu il y a quelques semaines, lorsque l’un des leurs, leur fils Madjid en l’occurrence, 41 ans, s’est subitement réveillé d’un coma de 15 ans dans lequel il avait plongé en 2002 à la suite d’un accident de la route. Les espoirs de la famille de le voir se réveiller s’amenuisaient de jour en jour, du fait de la gravité de son cas, mais un mince fil en était gardé par sa mère qui priait tous les jours Dieu pour qu’il sauve son fils. Et ses prières ont été exaucées il y a quelques semaines lorsqu’il s’est enfin réveillé subitement et sans aucun signe avant-coureur.

Du coup, tout avait été mis en place pour que Madjid puisse réintégrer la vie quotidienne de la manière la plus fluide, en lui évitant les chocs des changements qui se sont opérés dans le pays. Et cela s’est plutôt bien passé globalement, et Madjid avait bien intégré les nouveautés malgré ses réactions de surprise à chaque fois qu’on lui annonçait un fait majeur dans la société. Comme par exemple, lorsqu’on lui annonça que Bouteflika était toujours à la tête du pays et qu’il en était à son 4ème mandat, avec un 5ème en préparation. Madjid, pour rappel, avait laissé Bouteflika à peine à la moitié de son 1er mandat lorsqu’il tomba dans le coma.

Mais, l’élément qui a le plus troublé Madjid concernait les voitures. En effet, Madjid possédait une Clio avant son accident et adorait sa voiture achetée quasi-neuve pour à peine 500 000 da à l’époque. Dès son réveil, et après quelques jours de remise en forme, Madjid a souhaité racheter un véhicule, une clio encore, et a demandé à son père et ses frères de lui avancer 500 000 da pour se la procurer.
Très gênés, son père et ses frère s ont tenté tant bien que mal de lui faire comprendre que le marché des voitures n’est plus ce que c’était il y a 15 ans, et qu’avec 500 000da, il ne pouvait plus s’offrir grand-chose, si ce n’est un tas de ferraille. Rien à faire ! Madjid ne voulait absolument pas les croire et était convaincu que 500 000 da étaient une somme assez importante pour pouvoir s’offrir une belle clio d’occasion de 3 à 4 ans d’âge maximum. Pour se prouver qu’il avait raison, il est parti au marché des voitures de Tidjellabine avec ses 500 000 da que sa famille a bien voulu lui donner, et là, le choc total ! il apprend qu’avec sa modique somme, il ne pouvait s’offrir qu’une espèce de caisse totalement délabrée dont le nom lui était complètement inconnu.

Il devint tout de suite la risée du marché lorsqu’il demanda aux vendeurs s’ils pouvaient lui lâcher une Clio à 500 000 da.
Le coup de grâce est arrivé lorsqu’un des vendeurs lui annonça que sa Clio avait pour l’instant atteint les 270 millions mais qu’elle n’était pas loin de son prix de vente. Les secours dépêchés sur place, suite au malaise qu’a fait Madjid en entendant le prix, n’ont pu que constater son décès par arrêt cardiaque.

Annonce
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Insolite

Il obtient enfin son visa grâce aux affiches électorales qu’il a jointes à son dossier

Publié

dans

Par

affiche

Karim B. a 26 ans et habite un quartier populaire d’Annaba. Diplômé depuis 3 ans de l’université d’Annaba, il n’a eu de cesse de chercher du travail dans son domaine (l’informatique), mais comme presque tous les jeunes de sa génération, aucune porte ne s’ouvre à lui.
Alors, Karim s’est mis en tête d’émigrer vers l’Europe pour continuer ses études et espérer se construire un avenir meilleur. Sauf que là aussi, problème, le visa n’arrive pas, ou plutôt « ne tombe pas » comme dirait Fellag.
Malgré tout un dossier bien ficelé, un frère déjà établi en France qui s’est engagé à le prendre en charge, un compte bancaire alimenté pour l’occasion et une promesse d’inscription dans une université parisienne, le consulat de France à Annaba a refusé 4 fois de suite sa demande de visa.

Le malheureux candidat à l’émigration s’en trouvé dépité puisqu’il ne savait plus quoi faire. Pas de travail, pas de ressources, pas de visa pour la France et surtout pas d’avenir, Karim s’est sérieusement à réfléchir à partir en harraga et a même commencé à contacter des personnes pour l’aider à concrétiser son projet.
Alors qu’un soir, il se promenait en errant, dans les rues d’Annaba, Karim fût attiré par l’une des affiches de campagne pour les élections locales qui vont avoir lieu prochainement. Il fût choqué par l’absurdité de celle-ci. Un peu plus loin, il tombe encore sur deux affiches de deux autres partis politiques qui rivalisaient avec la première en idiotie. Du coup, il eût une idée totalement saugrenue. Il s’est dit « et si je joignais les affiches de campagne électorale à mon dossier de demande de visa pour que le consul de France voit à quel point nous souffrons de la connerie humaine dans notre pays, peut être que cela pourrait l’attendrir un peu et lui permettre de regarder mon dossier avec un œil bienveillant ».

Le lendemain, Karim fait la tournée des permanences des candidats qui se présentent dans sa commune ainsi que dans les communes voisines et récolte leurs affiches électorales qui rivalisaient entre elles dans le ridicule.
Il reconstitue son dossier et joint les affiches avec un mot destiné au consul : « Monsieur le Consul, je vous prie de bien vouloir avoir une attention bienveillante concernant ma demande de visa, eu égard aux tortures morales que nous subissons depuis quelques mois de la part des candidats aux élections locales dans notre ville. Je vous joins à cet effet, des exemples d’affiches vantant les énergumènes qui vont nous gouverner localement dans les moins viennent, et vous laisse tout latitude d’en juger l’absurdité qui en dit long sur la qualité de notre vie à venir ».

Deux semaines après, le miracle se produisit. Karim obtient son fameux sésame pour l’Europe, avec en prime, un mot signé du consul en personne : « cher M. B. je compatis fortement à votre douleur morale et votre souffrance sociale. C’est pourquoi, j’ai décidé de vous donner la chance d’aller réaliser votre rêve chez nous en France. Avec mes amitiés. Signé, le Consul. »
Karim a pris son billet dès le lendemain et s’est envolé pour Paris. Il est déjà loin des guignols qui s’apprêtent à gérer sa commune pour 5 ans.

Lire la suite

Insolite

En plein vol, un avion d’air Algérie vidange ses toilettes, au-dessus d’un festival en Bretagne

Publié

dans

Par

air-algerie

Faut-il en rire, s’en étonner ou s’en offusquer ? ce que vient de nous offrir la compagnie nationale est digne d’un scénario des plus incroyables.

En effet, nous avons appris ce matin qu’un avion d’Air Algérie, assurant la liaison Alger-Londres, a connu un incident des plus rarissimes et des plus insolites qui puissent exister. Ce vol, parti dans des conditions techniques normales était en train d’assurer sa liaison de manière tout à fait ordinaire : service à bord correct, passagers calmes, personnel aimable et souriant…bref, tout se déroulait normalement jusque là. Sauf qu’arrivé au-dessus de la région Bretagne, dans le nord-ouest de la France, le jeune co-pilote qui avait les commandes à ce moment-là, étant donné que le commandant de bord s’était absenté un court instant, a appuyé par erreur sur le bouton de vidange des toilettes de bord réservées aux passagers. Et d’un seul coup, quelques centaines de kilos de déjections ont été déversées de près de 10 000 mètres d’altitudes pour tomber, par malchance, pile sur un vaste champ en pleine nature bretonne, transformé pour l’occasion en une gigantesque scène de festival. Et naturellement, des festivaliers étaient présents à ce moment de l’incident.

Résultats des courses, quelques centaines e personnes ont reçu sur la tête et le corps des matières fécales, parfois même solides. Assez solides que les pompiers et les secouristes présents sur place ont dénombré quelque 25 personnes plus ou moins blessées par ce qu’elles ont reçu sur la tête et le corps. Sans parler des odeurs nauséabondes qui ont envahi le terrain du festival.
Il va sans dire qu’une panique sans précédent s’est installée au milieu du festival. Les gens couraient dans tous les sens en essayant de s’abriter comme ils le pouvaient.

L’avion en cause a pu être identifié grâce au signalement recueilli par les policiers dépêchés sur place, qui ont noté l’heure de l’incident et le lieu exacts avant de demander à la DGAC d’examiner les vols qui ont pu traverser cette zone à ce moment là. C’est comme ça que l’appareil a été identifié. A son arrivé à l’aéroport de Heathrow à Londres, les policiers anglais, alertés par leurs homologues français ont procédé à l’arrestation du commandant de bord et de son équipage afin de lancer l’enquête sur les circonstances de cet incident insolite.

Lire la suite