justice

Le tribunal d’instance d’une grande ville du pays a connu récemment une affaire des plus crieuses, selon un de nos correspondants. Et pour cause, il s’agissait d’une affaire portée devant le tribunal par un jeune homme qui a atteint récemment l’âge de la majorité, contre ses propres parents.

L’histoire de cette affaire est à la fois curieuse et insolite, puisque, d’après notre correspondant, le jeune homme qui vient d’avoir 19 ans, a décidé de porter plainte contre ses parents…pour l’avoir fait naître en Algérie, en 1998. Le dénommé H.D. a expliqué s’être rendu chez un avocat, le lendemain de ses 19 ans (âge de la majorité civile en Algérie) et lui a demandé de l’aider à constituer une plainte devant le tribunal de sa ville, contre ses propres parents qui, selon lui, « ont eu la mauvaise idée de lui donner naissance dans cette ville d’Algérie, sans se soucier de son avenir et des conséquences du choix d’une ville algérienne comme lieu de naissance ».
Devant le juge du tribunal, le plaignant a expliqué que, depuis quelques années, il commence à ressentir les effets d’être né en Algérie : hogra, mal-vie, malbouffe, système éducatif défaillant, pollution, trafic dense sur les routes et un avenir professionnel sombre.
Il ajoute à l’adresse du juge que si son père avait fait l’effort de juste traverser la méditerranée, pour se retrouver en Europe (et peu importe le pays) avec sa mère, alors enceinte de lui, pour qu’elle accouche dans un de ses hôpitaux ou même sur le trottoir d’une ville européenne, il aurait eu aujourd’hui une vie totalement différente jalonnée de bonheur, d’études brillante et surtout, jouissant de tous les droits auxquels un citoyen européen pourrait prétendre.

Au lieu de cela, ses parents ont choisi un hôpital miteux d’Algérie, dans lequel, déjà bébé, il s’est retrouvé à faire la queue pour attendre son tour d’être examiné et même lavé du sang et liquide contenu dans le placenta de sa mère. Il estime avoir attendu environ 4h après sa naissance pour avoir droit à cela, puisqu’il a consulté le fichier des naissances de ce jour dans cet hôpital et a trouvé qu’ils étaient pas moins de 28 à être né ce jour-là. A la question du juge concernant ce qu’il attend comme jugement, le jeune homme répond qu’il souhaiterait que le tribunal condamne ses parents à lui financer l’obtention d’un visa pour un pays européen et qu’ils prennent en charge ses frais de résidence là bas jusqu’à l’obtention de papiers en règle. L’affaire a été mise en délibéré et la sentence est attendue d’ici la semaine prochaine.

Inscrivez-vous à notre Newsletters

Restez informé, ne ratez plus aucun article d'El Manchar !

Vous pourriez aussi aimer

Un chien des douanes françaises meurt après avoir reniflé la Chemma transportée par un voyageur en provenance d’Alger

Les services des douanes françaises sont en deuil depuis la semaine dernière…

En plein vol, un avion d’air Algérie vidange ses toilettes, au-dessus d’un festival en Bretagne

Faut-il en rire, s’en étonner ou s’en offusquer ? ce que vient…

Maroc : préparée par erreur avec des feuilles de cannabis; une h’rira transforme un mariage en chaos général

Il aura fallu plusieurs heures à la police pour remettre les choses…