Connectez vous

Culture

Djaafar Gacem : mon personnage achour 10 ne représente pas Bouteflika la preuve il est mort hier

Publié

dans

Le feuilleton du Sultan Achour X réalisé par le talentueux Djaafer Kacem crève l’écran en ce mois sacré. La série relate les aventures du dirigeant d’un royaume fictif, le royaume achourite, au XIIème siècle. Cette comédie merveilleusement interprétée par Salah Augrout (Sultan Achour) et une dizaine de jeunes acteurs prometteurs, ne serait pas du goût des autorités algériennes, la chaîne diffuseuse a subi des pressions afin de suspendre le feuilleton. Le quotidien Echourouk a même été privé de publicités par l’Anep :””La série aborde les affaires de corruption, la construction d’une mosquée à un milliard d’euros, un sultan qui part se faire soigner à l’étranger , la cour du sultan est à l’image de celle des rois fainéants” explique K.D journaliste à El Chourouk. Notre rédaction a pu s’approcher du réalisateur controversé Djaafer Kacem afin de s’expliquer:” Rassurez-vous Achour 10 ne reflète pas la réalité algérienne et la preuve mon personnage, roi des achouris, est mort dans l’épisode d’hier, chose invraisemblable dans la réalité algérienne, alors évitez les amalgames” assène le réalisateur.

Annonce
4 comments

4 Comments

  1. Ahmed

    juin 15, 2017 à 9:49

    En tout cas c’est une réussite achour 10

  2. BOUARIF-AURES

    juin 16, 2017 à 5:14

    Il a avalé son bulletin de naissance, en attendant son retour dans les entrailles de la terre où les asticots nous attendent, pour se reproduiront, les années noires les vacances dans les pays du golfe ne vont pas le pistonner devant ARINE !!!
    Cordialement: Un Algérien et Chaoui

  3. BOUARIF-AURES

    juin 16, 2017 à 5:15

    correction, je voulait dire “AZRINE”

  4. San Farcio

    juillet 6, 2017 à 11:41

    Ah là là ! Le titre de l’article est bien ambigu !… l’article lui même est assez mal écrit : si j’ai bien compris qu’ Achour 10 est mort la veille de l’interview, je ne sais toujours pas la date de la mort d’Abdelaziz 4 !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Culture

La position du député (assis, bras en l’air) intègre le Kamasutra 2018

Publié

dans

Par

parlement

A l’approche des fêtes de fin d’année, les maisons d’édition en profitent pour se détourner des grands classiques de la littérature en publiant des ouvrages “réchauffants” dont le contenu est plus ou moins osé.
C’est le cas de l’éditeur “Fion” qui vient de publier l’édition 2018 de son “Kamasutra, les meilleures positions”.
Apportant chaque année de nouvelles positions, Fion est au Kamasutra ce que Le Petit Larousse est au dictionnaire, un ouvrage innovateur et d’actualité. Pour cette année, le Kamasutra le plus vendu au monde, se renouvelle avec 10 nouvelles positions regorgeant d’idées et d’excitation, dont une inspirée de la vie politique algérienne.

Le député (algérien)

“Cette nouvelle position va pimenter vos soirées cet hiver ” promet Claude Fion. Le directeur d’édition ajoute qu’il s’est inspiré des députés algériens pendant le dernier vote de la loi de finances 2018 pour créer cette position “J’ai constaté une jouissance insolente sur le visage de ses députés. Levant les bras et assis sur des chaises, ils se sont laissés doublement pénétrés par le gouvernement et le patronat à la fois. On sentait l’orgasme, voire l’extase envahir la chambre basse. C’était un grand moment de fornication” témoigne Mr Fion. Ce dernier n’a pas perdu de temps et a créé la position appelée “le député algérien”.

Pour l’exécuter, il suffit de trouver une chaise stable sans accoudoirs sur laquelle votre partenaire peut s’asseoir confortablement. Vous vous asseyez sur lui, en lui demandant “approuve-tu le projet de loi du gouvernement” il lève systématiquement les bras et écarte les jambes. Il ne vous reste plus qu’à l’enfiler. Avec cette position, c’est vous qui menez les débats” explique Mr LaBite, directeur artistique. Une position simple qui ne demande aucune souplesse, la preuve, Tliba la pratique aisément depuis des années.

Le rapport pouvoir/député est il consenti ?

Selon un sexologue, le rapport entre le pouvoir et les députés algériens est consenti mais dépourvu d’amour et de sentiment. Une sorte de prostitution politique où le député est payé par le pouvoir qui glisse ses lois en force sans aucun lubrifiant “la différence entre un député et une prostituée, hormis le prix exorbitant demandé par le parlementaire (400 000 DA/mois), c’est que ce dernier n’écarte pas ses jambes, il lève les bras. La preuve, la seule différence entre des putes et députés, c’est l’accent” conclut, M.A.B sexologue à l’université d’Alger.

Lire la suite

Culture

SILA : Un stand aménagé à la sortie de la SAFEX pour échanger les livres achetés contre de la vaisselle

Publié

dans

Par

sila2017

Le salon international du livre d’Alger a ouvert ses portes hier. Plus de 2 millions de visiteurs sont attendus cette année, selon la commissaire du salon, qui espère autant battre une femme que le record des visiteurs, estimé à 1,5 millions l’an passé. Concernant les ventes, le SILA prévoit de vendre plus de 500 000 ouvrages cette année.

Que faire des livres achetés ?

Alors que les algériens arrivent les premiers dans le classement des pays où on lit le moins, les maisons d’édition restent tout de même optimistes et espèrent écouler leurs stocks de livres poussiéreux. Afin d’attirer les acheteurs potentiels, le SILA a apporté une nouveauté cette année en aménageant un grand stand de vaisselles à la sortie de la SAFEX. Ce stand dédié à l’édition « emma3en » semble être le grand succès de cette édition 2017. Il permet aux acheteurs des livres de troquer leurs bouquins contre des objets de vaisselles variés pour qu’ils puissent remplir leurs bibliothèques. Samir, organisateur nous explique ce concept ingénieux : « On sait que pour la majorité des Algériens, une bibliothèque même si ça vient du grec biblio qui signifie « livre » est un meuble en bois utilisé dans le but de collectionner, ranger et classer la vaisselle, les vases et tous les objets de déco maison, le stand de l’édition emma3en déclenchera instantanément le processus d’achat des visiteurs ; puisque ils savent qu’à la fin, ils obtiendront un objet de valeur, ils peuvent ainsi prendre un livre de Kafka ou de Dostoïevski et repartir avec un service à café ou un vase en porcelaine chinoise » assure-t-il.
Et c’est avec la même pertinence d’analyse qu’il incite les familles à troquer le max de livres disponibles : « les parents ne sont pas cons. Ils savent très bien qu’un livre peut nuire à la concentration de son enfant sur Facebook, une 2eme raison essentielle pour ne pas en avoir chez soi » conclut-il

Un tableau de conversion pour faciliter les échanges

Comme la classification décimale de Dewey pour les livres, la vaisselle est rangée dans une bibliothèque suivant le classement de Dawia, établi par Khalti Dawia en 1955. On y retrouve plusieurs classes : services, ustensiles, vases…..
Les éditions Emma3en assurant le troc des livres contre la vaisselle, s’inspirent de Dawia pour faciliter les échanges.
Un tableau a été mis à disposition des bibliophiles afin d’obtenir dans les meilleurs conditions leurs objets de valeurs, exposés à la sortie du SILA : On retient notamment que pour obtenir une casserole, il faut céder un livre d’Ahlam Mestghanemi, des couverts contre un livre de Boudjedra et pour obtenir un joli vase, il faut remettre un roman de Yasmina Khedra. Quant au best-seller, le service à eau, le SILA le met en échange contre un petit livre de poche.

Sayeda Rezki épargnée ?

L’écrivain le plus lu en Algérie, Sayeda Rezki est la seule dont les livres ne sont pas concernés par le troc. Le SILA a estimé que ces bouquins culinaires représentant 90% du chiffre d’affaire du salon ont trop de valeurs pour être échangés contre des objets. Bonne nouvelle pour la littérature algérienne.

Lire la suite