Connectez vous

Monde

Vidéo : la télévision publique saoudienne floute le visage de Melania Trump

Publié

dans

saudiatv

La première dame des États-Unis, Melania Trump a accompagné son mari lors de sa premier visite officielle samedi en Arabie Saoudite. L’enthousiasme extravagant wahhabites qui cherchent la sécurité et la protection dans une région mouvementé, a été néanmoins gâché par la tenue non voilée de Melania dans ce royaume ultraconservateur où les femmes sont soumises à des restrictions.

En effet, même si l’ancien mannequin était habillée sobrement d’un pantalon ample à taille haute et d’une chemise à manches longues de couleur noire, ses cheveux par contre étaient au vent, un pécher impardonnable, dans ce royaume pudique, montrer les cheveux de la femme est une atteinte à la pudeur et une incitation à la débauche, ce qui a obligé la télévision publique (Saudi 1 tv) a flouté le visage de l’épouse du président américain.

Pour rappel,  les femmes en Arabie Saoudite ne peuvent faire que très peu de chose par elles-mêmes. Elles sont vues comme d’éternels mineurs. Durant toute leur vie, elles sont placées sous la tutelle d’un homme, un ” Mahram ” (tuteur). Ça peut être un père, un frère ou un mari. Elles doivent obtenir leur autorisation pour tout : sortir, travailler, se marier.

Annonce
4 comments

4 Comments

  1. AURES-BOUARIF

    mai 22, 2017 à 11:07

    L’Arabie Tayhoudite, Une mais avec le Capelet et l’autre tenant une bouteille de Whisky, est une collision avec Israël la sioniste, et la trésorière de l’occident, contre un peuple Le Yémen pays le plus pauvre de la planète et surtout cette guerre leur a imposé, une très grave maladie “LE CHOLÉRA”, le tout servi par ces criminelles enturbannés, pseudos gardiens des Lieux SAINT DE L’ISLAM, avec le soutien militaire des sionistes, pauvre monde Arabe, tu es vidé de ta substance, de ceux qui ont fait ton histoire jusqu’aux portes de l’Europe et plus de 8 siècles en Espagne le pays d’EL MORO ! les wahhabites Ibnes-saouds, “Saoul au whisky”, et ils ont fait du Royaume du Maghzen un lieu de jouissance et des centaines voir des milliers d’orphelins innocents, merci le Wahhabisme Charlatan, les Américains cherchent les Pétros-Dollars et les danseuse à l’épée baissent le froc !!!

  2. water water

    mai 22, 2017 à 4:13

    Dans l’évangile, une femme qui ne couvre pas la tete, on lui rase le crane.
    Les femmes Françaises colabos en 1945, on leur a rasé le crane.
    Le régime el Saoud , de Téheran ou le notre , pour rester, il recevra Tchicholina seule à bord d’un 747.

    Les musulmans sont des morts sur le droit chemin.
    Les Judao chrétiens sont des vivants sur le mauvais chemin.
    Personne ne trouve son compte.
    Affaire à suivre.

  3. BOUARIF-AURES

    mai 22, 2017 à 7:40

    Même les bonnes sœurs sortant des couvents n’en reviennent pas, comment l’occident et les République où royaumes dites de démocratiques et laïques tolérants ce spectacle de ce mauvais comédien de Trump, les Arabes TAYHOUDITES, cachent le visage des femmes, mais nous connaissons leur faible chez les femmes, le Maroc et son Roitelet sont les témoins et consentant, et à quelques centaines de kilos-métrés, d’où est venu le Missile des Yéménites pour saluer ce clown de Trump, ils a bien rouler les Arabes ces minuscules satellites et micros microbes des Arabes Tayhoudites, votre heure heure sonnera bien et le plus vite ce sera mieux et allégera la souffrance du Peuple vaillant du YÉMEN, c’est bientôt les vacances et la France accueillera ces yahoudites pour faire marcher le commerce et combler le budget de la France, afin que les pseudos journalistes ,du droit et des libertés, ne parleront pas des crimes des Tayhoudites !!!
    Cordialement: à tous les hommes dignes de ce nom !!!

  4. boualemou

    mai 28, 2017 à 10:50

    merci madame
    merci monsieur
    c est ca les HOMMES

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Monde

Mugabe simule un AVC pour se maintenir au pouvoir

Publié

dans

mugabe

Le père de l’indépendance du Zimbabwe, 93 ans, refuse de céder à la pression de l’armée, de son parti et de la population qui attendent son départ.Il s’accroche coûte que coûte en multipliant les entourloupes pour se maintenir au pouvoir. Dernière trouvaille de Mugabe : Simuler un AVC. Toute ressemblance avec des personnes ou des situations existantes ou ayant existé ne saurait être que fortuite…

Un légume

Selon les déclarations de ses proches, le président Zimbabwéen aurait été victime d’un AVC (accident vasculaire cérébral) très tôt ce matin. Il souffrirait d’une paraplégie, d’une aphasie, d’une aphonie et d’une surdité autant dire que c’est devenu un légume, “une aubergine” plus exactement selon les dires de ses proches. Mais attention, le cerveau du Mugabe “fonctionne mieux que celui de nous tous réunis” précise sa famille en notant au passage sa pleine capacité à assumer ses fonctions présidentielles. Certains, n’hésite même pas à souligner l’alacrité du vieux dictateur qui attend d’être évacué au Val-de-Grâce pour se faire soigner.

Les militaires ne marchent pas

Les militaires qui ne sont pas dupes (enfin si, mais pas assez pour avaler une telle énormité) remettent en cause la maladie de Mugabe. Pour eux, il ne s’agit-là que d’une combine de Mugabe pour desserrer l’étau sur lui. “Nous en avons vu d’autres” déclare le général Chiwenga “S’il compte avec ce tour de passe passe nous faire le coup de Bouteflika en Algérie, qu’il oublie”. “Il est déjà assez con comme ça, je n’ose même pas imaginer ce que ça sera s’il fait un AVC” déplore-t-il. Pour l’instant Mugabe assigné à résidence depuis dimanche continue à affirmer qu’il est gravement atteint, tout ce qu’il demande à présent c’est de rester sur son trône, fût-il roulant.

Lire la suite

Monde

COP23 : Les participants décident d’accomplir Salât Al-Istisqâ

Publié

dans

Par

cop23

Plus de 200 participants se retrouvent à Bonn, en Allemagne, pour la conférence annuelle sur le climat, COP23. Deux ans après la conférence de Paris, les participants vont passer du bon temps, manger des petits fours et s’il leur reste un peu de temps préparer la mise en œuvre concrète de l’accord stipulant la limitation du réchauffement à 2°C voire 1,5°C par rapport aux niveaux préindustriels. Pour y arriver théoriquement, il faut baisser les émissions des gaz à effets de serre qui sont responsables du réchauffement climatique.

L’Algérie propose son modèle

Face au désengagement des Etats-unis de Trump, la délégation algérienne composée d’un expert écologique, une miss météo, un Imam et le fils d’un haut fonctionnaire voulant visiter le bord du Rhin, a pris ce matin les commandes des débats et devient la grande artisane de cette 23ème décision. Imad.S ingénieur en environnement a reçu un standing ovation lors de son discours ce matin devant les représentants des 204 pays. L’ingénieur chevronné diplômé de l’INA, a évoqué le modèle algérien de sortie de crises écologiques, consistant à accomplir Salat Al Istiqaa, ou la prière de la pluie afin de lutter contre le réchauffement climatique : “La pluie est le meilleur moyen de refroidir notre planète. S’il pleuvra incessamment pendant les quatre saisons, on fera baisser la température terrestre de 5°” promet Imad, avant que Cheikh Smail, imam à la grande mosquée d’Alger ne prenne la parole pour étayer la thèse algérienne : «Salam Alikom khawti, prenons juste l’exemple de l’Algérie. Il y a un mois le spectre de la sécheresse planait sur le pays, nos terres ressemblaient au front de Saidani. Jusqu’à ce que le ministère des affaires religieuses appelle à l’organisation de Salat al istisqaa. Une semaine après, c’était le déluge dans tout le pays, et les températures sont descendues de 30 ° à 15°. Pas plus tard qu’hier, il y a eu des averses. On compte même organiser une Salat el Istinchaf pour faire sécher le pays, on a trop forcé je pense… Bref, je vous invite à l’accomplir maintenant tout de suite, puis la refaire en groupe une fois retournés dans vos pays repectif» déclare Cheikh Smail.

Les participants se mettent d’accord pour prier

Ne trouvant aucune solution depuis 23 ans, les participants ont décidé d’adopter le modèle algérien : prier et attendre. Une Salat Al istisqaa sera organisée dans tous les pays du monde vendredi prochain, peu importe la langue, la religion ou l’ethnie, “le principal est limiter le réchauffement climatique sans prendre de mesures contraignantes” précise A.Skhol président de la COP23.

Lire la suite