Now Reading
La justice algérienne a tranché : « Toutes les affaires de corruption sont reportées au jour du jugement dernier »

La justice algérienne a tranché : « Toutes les affaires de corruption sont reportées au jour du jugement dernier »

Avatar

En moins de 20 ans, l’Algérie ce grand pays, est devenue le fan-club de Bernard Madoff ou « la zaouïa des corruptionnaires » comme titrait hier notre rédaction. Un jour, un scandale ! On se demandait même si ce n’est pas Tahkout qui monte des dossiers dans son usine à Tiaret. Les affaires de corruptions sont devenues si fréquentes que même la justice en a ras le bol ; il est désormais plus facile de trouver un plombier qu’un avocat et les juges font des Burn Out. Bref, la corruption est un produit de grande nécessité pour hauts fonctionnaires du pays. Dans ce bal des apparatchiks corrompus, animé par des affaires insurmontables ; de Khalifa, à Sonatrach, en passant par l’autoroute est-ouest et le Panama Papers, la justice dont l’utilité n’est pas plus grande qu’un bidet à El Mouradia, a décidé de jeter l’éponge et se retire définitivement de sa fonction de gardienne de la paix et de la morale dans un pays qui se fait justice soi-même. En effet, dans un manifeste signé par le ministre de la justice et plus de 50 grand magistrats, toutes les affaires de corruptions où sont impliqués plusieurs hauts fonctionnaires et proches du pouvoir sont reportées au jour du jugement dernier plus connu par « Yawm El Qiyama » selon les magistrats, c’est la justice divine qui tranchera et jugera ces corrompus qui se mettent bien au-dessus de la justice humaine : « Au jour du jugement, les actions humaines seront sanctionnées ou récompensées en fonction de leur mérite, personne ne pourra contourner la justice de Dieu, on sera surement spectateurs, dans un tribunal céleste ou même Chakib Khelil obéira à la décision finale » déclare A.M juge d’instruction.

Les apparatchiks soulagés

Dans la foulée de cette déclaration surprenante, les hauts fonctionnaires et les hommes d’affaires souvent épinglés, jamais jugés se disent très satisfaits de cette décision « responsable » et « courageuse » , ils s’ estiment qu’ils ont néanmoins tout leur temps pour partir en pèlerinage ou se faire absoudre dans des Zaouïas, ils seront blanchis à temps. Chakib Kheli s’est même permis un petit tatouage sur son pec’ droit « Only God Can Judge Me »

© 2021 El Manchar. Tous droits réservés.
Scroll To Top