Vous avez aimé « Alger, la Mecque des révolutionnaires (1962-1974) » diffusé hier sur Arte, vous allez adorer la deuxième partie du documentaire qui s’intitule
« Alger, la zaouia des corruptionnaires (sic) (1999-2017) ».

De 1999, année de l’accession de Bouteflika au pouvoir, et jusqu’à ce jour, l’Algérie est le théâtre de nombreux scandales financiers. Affaire Khalifa, scandale Sonatrach I, scandale Sonatrach II, scandale Sonatrach III, Affaire de l’autoroute est-ouest, Panama Papers, et j’en passe et des meilleurs. Portée par des figures telle que Chekib Khelil, l’Algérie acquiert une aura internationale en matière corruption. Aucune affaire de corruption n’éclate dans le monde sans que le nom d’un politique algérien n’y soit associé (même pour une affaire de chantage à la sextape, il y a le nom de Benzema qui est cité), l’Algérie devient alors la zaouïa des corruptionnaires. Zaouïa, en référence au procédé d’absolution mis au point par le régime à l’usage des corrompus. Il s’agit alors de se rendre dans une zaouïa et vous voilà définitivement blanchi de tout soupçon.

Grâce à un habile montage d’archives, ce film revisite la période sombre au cours de laquelle la plupart des dirigeants algériens sont impliqués de près ou de loin dans des scandales de corruption. Même après que Chekib Khelil a été pris la main dans le sac, le pays poursuivra sur cette lancée. Si cette politique finira par évoluer vers la rapine en douce, elle restera un sujet de honte pour le peuple algérien. Lors de son procès, en 2009, près de trente ans après s’être entraîné avec les apparatchiks algériens, Bernard Madoff leur rendra un vibrant hommage et déclarera : “L’Algérie est mon pays.”

Inscrivez-vous à notre Newsletters

Restez informé, ne ratez plus aucun article d'El Manchar !

Vous pourriez aussi aimer

Urgent: Cheikh Chamseddine fait un AVC, en direct, en essayant de dire « Raouraoua »

La nouvelle vient de tomber ! Le sulfureux prédicateur algérien Chemseddine Bouroubi a…

Insolite : Célibataire, il apprend l’adultère de sa femme dans une émission d’Ennahar

EnnaharTv est tellement informée qu’elle sait sur vous ce dont vous ignorez…

Benyoues "Il faut non seulement dire Son Excellence mais aussi رضي الله عنه en parlant de Bouteflika"

Dans une interview accordée au magazine Le Brosseur, l’ancien ministre Amara Benyounes…