Connectez vous

Santé

Zaibet et Djelti s'associent pour mettre au point l'hormone de croissance HNM (Habit Nekber Maak)

Publié

dans

Le génie algérien a encore frappé ! Huit mois après le « RHB » remède miracle contre le diabète qui a fait chuter le nombre de diabétiques de 50% en tuant la moitié des malades, Dr Zaibet réapparaît avec une nouvelle invention. En effet, le médecin chercheur auto-diplômé vient d’annoncer la découverte d’un nouveau remède qui va sauver l’humanité, à quelques centimètres près, le HNM : Son inventeur nous raconte l’histoire de cet incroyable découverte : “J’ai rencontré Abderahmane Djelti lors de son concert pour la campagne électorale, à la demande du public il a chanté en boucle sa chanson « Habbit ana Nekber Maak » sur scène il dégageait de la sueur et une substance jaunâtre coulait sur l’estrade, ma curiosité scientifique m’a amené à analyser ces secréterions djeltiennes et à ma grande surprise mon tube à essai contenait un polypeptide de 191 acides aminés comprenant deux ponts disulfures, ce n’est autre que la GH, l’hormone qui stimule la croissance et la reproduction des cellules chez les humains. Stupéfait, j’ai tout de suite appelé Djelti pour lui annoncer ma découverte” raconte le docteur.

Djalti se rendait quotidiennement pendant une semaine au laboratoire de Zaibet pour la mise au point de l’hormone secrété par ses glandes sudoripares. Ce matin Zaibet a annoncé que le HNM est sur le point d’être commercialisé. Cette molécule est selon lui efficace contre de nombreuses pathologies : Nanisme (en cas de déficit de sécrétion), gigantisme et acromégalie (en cas d’excès de sécrétion) : « Mon hormone miracle est enfin prête, elle guérira toutes les pathologies liées à la croissance, elle pourra même aider les sportifs à se doper. Je déplore néanmoins le timing, si je l’avais découvert il y a 20 ans, on aurait pu arracher Lionel Messi et le faire signer au MCA. Bref j’ai ma revanche contre les envieux qui ont mis en doute de mon génie ou celui de Djelti, dans vos gueules les rajeux” conclut Zaibet.

Annonce
1 Commentaire

1 Commentaire

  1. water water

    mai 11, 2017 à 9:49

    A cause du mot hormone, meme les tigres deviennent impuissants.
    (coran, verset nissaa, 119,120)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Santé

Le ministère de la santé plante des épouvantails à l’effigie de Antar Yahia pour faire fuir le virus du Nil

Publié

dans

antar

Le virus du Nil est à nos portes. Les autorités sanitaires tunisiennes ont dénombré 130 cas suspects d’infection dont 30 cas confirmés, faisant craindre une propagation de la maladie . Mais le ministère de la santé a déjà prévu un plan pour parer à tout risque épidémique.

Pas de risque

Selon le ministère de la santé, de la population et de la réforme hospitalière, le risque d’une propagation du virus du Nil en Algérie est minime. “Le virus est à nos portes. Mais nous sommes à l’abri. Le pays ne donne pas très envie qu’on y entre” a déclaré Mme Djamdjoum, responsable de la communication par intérim au ministère. Il ne donne pas envie qu’on y sorte non plus, la preuve le nouveau-né de Hasbellaoui a préféré sortir ailleurs. “D’ailleurs, nous les avons laissées grandes ouvertes, les portes, pour que le virus du Nil voie bien ce qu’il attend ici si jamais par nonchalance il s’aventure à franchir la frontière.” a-t-elle poursuivi. Le souvenir de l’épisode du vibrion cholerae qui a vécu la misère en Algérie est encore vif dans la mémoire collective microbiologique.

“On sera les derniers à l’avoir”

Le plan de prévention du ministère de la santé consiste à planter le long de la frontière algéro-tunsienne des épouvantails à l’effigie de Antar Yahia, ex international algérien, Sheshonq de la baballe, vainqueur des Égyptiens au Soudan en 2009. Le ministère de la santé espère ainsi repousser le virus du Nil qui, comme tout ce qui vient des pays des pharaons, prendrait peur à la vue du joueur. “C’est une mesure préventive supplémentaire. Elle est très efficace. Nous l’avons testé sur des gens du Nil, tous ont fui. En conclusion, sachez que le virus du Nil, comme la démocratie, les droits de l’homme, et la 4G, nous serons le dernier pays à l’avoir”

Lire la suite

Santé

Hasbellaoui “ma femme n’accouche en France que si elle se sent menacée”

Publié

dans

hasbellaoui

Selon le président du RCD, Mohcine Belabbas, le ministre de la Santé, Mokhtar Hasbellaoui, aurait soigné sa femme en France. Mais n’allons pas si vite en besogne, il ne s’agit peut-être là que d’une campagne de diffamation comme celle dont a été victime le très honnête ex-ministre de la santé Chakib Khelil, avant d’être blanchi par la justice algérienne. En tout état de cause, le ministre de la santé a réagi aux accusations qui lui sont adressées, en remettant les point sur les i.

Pas de carte chifa

Le ministre de la santé a révélé que son épouse “n’avait pas de carte chifa”, ce qui lui interdisait de fait l’admission dans une structure hospitalière publique conformément aux dernières instructions du ministre du travail. “Ma femme n’est pas titulaire de la carte chifa” a précisé Hasbellaoui en expliquant que son épouse a refusé également de se faire accoucher au domicile conjugal à cause de son élevage de scorpions. “J’ai beau lui expliquer que ses petites bêtes n’étaient pas dangereuses, elle n’a rien voulu entendre” regrette-t-il, avant de poursuivre “ma femme n’a pas la carte chifa mais elle a la carte vitale, nous sommes donc convenus de l’évacuer en France. Ainsi notre enfant aura le droit du sol, il fera ses études de médecine en France, et ne se sera pas soumis à l’obligation du service civil, il exercera son noble métier dans la dignité… parce qu’il parait qu’on tabasse les toubibs chez vous en Algérie, c’est regrettable”. En conclusion, le ministre a mis en exergue la nécessité pour son épouse d’accoucher en France en invoquant le risque sanitaire lié à l’épidémie de choléra.  “Ma femme n’accouche en France que si elle se sent menacée” conclut-il.

 

Lire la suite