Présidentielle : Marine Le Pen avoue que si elle n’était pas elle-même candidate elle voterait Mélenchon

Nazim Baya
Publié le avril 11, 2017, 10:58
FavoriteLoadingAdd to favorites 2 mins

La dynamique de Jean-Luc Mélenchon se confirme chaque jour davantage. Placé par les derniers sondages à la troisième place, le candidat de la France Insoumise séduit de plus en plus de monde. Rien ne semble pouvoir contenir la déferlante mélenchonienne, pas même le fossé idéologique qui le sépare de Marine Le Pen. C’est ainsi que la candidate frontiste a avoué dans un entretien paru lundi dans le quotidien italien il Giornale que si elle n’était pas elle-même candidate à l’élection présidentielle, elle voterait pour Mélenchon !

Dans cet entretien paru hier Marine Le Pen révèle dans des mots à peine voilée son amour pour son adversaire le plus farouche. “C’est une personnalité que j’apprécie de par sa présence physique et son franc-parler. Qu’il dise des choses justes ou pas, on a envie de l’écouter” estime la présidente du FN et candidate à l’élection présidentielle. La force de Mélenchon serait à la fois son programme “proche de celui que le Front National défend” et son pouvoir de dissuasion. “Jean-Luc renoue avec une forme héroïque de la parole qui -il faut l’admettre- fait défaut à tous les autres candidats. Il prouve la force de la parole. Il en fait la démonstration puisque crédité de moins de 5% au début de la campagne électorale il est passé à plus de 18% d’intentions de vote. C’est un exploit” reconnaît Marine Le Pen. Et la candidate bleu marine enfin d’admettre “si je n’étais pas moi-même candidate, je voterai certainement pour Mélenchon parce qu’il est à mon sens le candidat le plus à même de répondre aux attentes des Français”

Nazim Baya
Je suis un garçon sans importance collective, tout juste un individu.

One Comment à : Présidentielle : Marine Le Pen avoue que si elle n’était pas elle-même candidate elle voterait Mélenchon

  1. water water

    avril 11th, 2017

    Marine voit, en Jean-Luc, Pierre Poujade le compagnon de son père dans les années 50, et qui a fait de tous les algériens des boujadias.

    Répondre

Laisser une réponse