Avec des scies, on refait le monde

Des chercheurs de l’USTHB ont découvert le gène « chita » dans l’ADN de 10% d’Algériens

1

Il y a des « chiyatines » en Algérie, c’est désormais scientifique.

La multiplication des lécheurs de bottes ou « chiyatines », ces deniers mois a inquiété le département de biologie génétique de l’USTHB, ce dernier a mobilisé ses meilleurs doctorants pour des recherches intensives sur le code génétique des algériens. Les résultats sont surprenants : un gène extraordinaire nommé »KWADA99» a été découvert dans l’ADN d’un volontaire sur 10, il serait porteur de l’information génétique induisant la servilité et le léchage de cul. Borhane Madi, professeur à l’USTHB très satisfait du travail de son équipe, nous donne quelques précisions : “la découverte du gène, KWADA99, répond à toutes les interrogations sur le syndrome CHITA, il serait dû à une mutation du gène « REDJLA» sur le chromosome Y, ce dernier absent chez les chiyatines, les pousse à pratiquer la Chita sous toutes ses formes, quitte à perdre leur honneur » estime-t-il.

Le professeur ajoute que ses résultats ont été confirmés, suite à des tests ADN sur un cheveu teinté de Amar Ghoul, un échantillon de salive de Benyounes et un poil de cul du rappeur Karim El Gang, ces flagrants Chiyatines dont le génome serait proche à 99 % du génome d’une brosse à dent, ont approuvé cette découverte qui permet une grande avancée dans la recherche génétique.
Par ailleurs, le gouvernement s’est dit rassuré qu’il y ait 10% de Chiyatines en Algérie, mais exhorte néanmoins les chercheurs à doubler leurs efforts dans le but d’impliquer les Algériens dépourvus du gène « KWADA », dans la pratique de la Chita .

Un commentaire

  • water water dit :

    10% ont le gène chita, il faudra leur enlever le droit d’avoir des enfants, sinon chaque chiate accouche en moyenne de 3 à 4 enfants, on aura la moitie de la population qui porte le gène.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.