Connectez vous
Application El Manchar

El Manchar

Grossesse : Le gouvernement prêt à instaurer une taxe d’habitation pour les fœtus

grossesse

Économie

Grossesse : Le gouvernement prêt à instaurer une taxe d’habitation pour les fœtus

Crise oblige, le gouvernement est prêt à tout pour renflouer les caisses de l’état. En effet, après avoir taxé les riches, les pauvres, les smicards, les chômeurs et les sans-abri, le gouvernement algérien pousse son imagination plus loin pour taxer une catégorie sociale très prometteuse : les fœtus.

C’est le dieu des taxes, Ahmed Ouyahia, qui aurait pris l’initiative après avoir regardé un reportage sur la grossesse et la maternité sur ARTE. Il en aurait soufflé deux mots au premier ministre Abdelmalek Sellal : “hchawhalna les enfoirés, 9 mois nourris Logés sans payer le moindre impôt, il faut régulariser cette situation, le pays ne pourra plus supporter ces charges, on n’est pas au paradis non plus !” se serait offusqué Ouyahia auprès du chef du gouvernement. Le premier ministre approuvant l’idée, a convoqué hier soir ces deux ministres de la santé et du logement, les 3 huiles ont abouti après 8h de débat à l’instauration du nouvel impôt sur la gestation.

Cette nouvelle taxe jugée irréelle et complètement aberrante par certains, comporte néanmoins une certaine flexibilité selon le ministre de la santé : ?Cette taxe concerne les fœtus qu’à partir du 1er trimestre, on ne va pas taxer les embryons non plus. Comme les fœtus n’ont pas d’autonomie financière, c’est leurs parents qui vont la payer. La taxe est de 3000 Da pour le 2ème trimestre et de 5000 Da pour le 3ème. Concernant les prématurés ce sera 3000 Da pour le dernier trimestre, c’est très abordable” estime Abdelmalek Boudiaf.

Mourra bien qui rira le dernier !

1 Commentaire

1 Commentaire

  1. water water

    mars 19, 2017 à 3:26

    Aprés les morts,
    Nous regrettons cette triste disparition, dans votre malheur n’oubliez pas de payer les droits de succession.
    vient le tour des foetus.
    Le pouvoir deviendra un opposant farouche au droit à l’avortement, le ventre est un bien vacant, propriété de l’état.
    Avant quatre mois, impot sur la demande d’apparaittre et qui peut etre refusée par Tliba et compagnie et dans ce cas c’est l’expulsion.
    Aprés quatre mois, on établit un extrait de naissance de facto,et des impots logé nourri, et d’une piere deux coup, on aura un votant de plus sur les listes électorales meme s’il est mort né.

Laisser un avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus dans Économie

En haut