Connectez vous

Actualités

Ali Haddad victime d'une hémorragie cérébrale après avoir essayé de prononcer le mot "Parallélépipède"

Publié

dans

Sale temps pour l’homme d’affaire et président du FCE Ali Haddad. Les malheurs semblent l’accabler de toutes parts. Et le foireux forum africain d’investissement et d’affaires qui lui a valu les foudres du gouvernement et la disgrâce auprès des Algériens n’y est pour rien cette fois. Ainsi, avons-nous appris de plusieurs sources concordantes, que Haddad a été évacué d’urgence cet après-midi vers un hôpital parisien suite une hémorragie cérébrale. Une hémorragie dont il aurait été victime en essayant de prononcer le mot “Parallélépipède”, nous a affirmé l’un de ses proches collaborateurs.

Selon notre source, le richissime entrepreneur expliquait à ses architectes la forme qu’il voulait pour ses immeubles. Il parlait alors de “boite d’allimettes” avant qu’un de ses employés ne lui révèle le nom de cette forme géométrique. Haddad essaie alors de reprendre à compte le mot qui lui était parfaitement inconnu. “Parali…paralélipé…parapipé… on voyait à sa tête que ça n’allait pas, il est devenu blême” nous confie notre source. “Rameni-moi un lait, nous a-t-il murmuré, nous lui avons alors apporté une boite de Candia. Mais ça ne l’a pas soulagé” regrette son collaborateur. “Après ça, il est tombé comme raide mort, nous étions obligé de l’évacuer” conclut-il.

L’homme d’affaire que nous avons eu au téléphone “seri actuellement au lait dans un hôpétal à Paré. Entre la mort et lavé.”

Annonce
7 comments

7 Comments

  1. Houari

    décembre 7, 2016 à 9:47

    Avec anticon-stitutionnel
    Il tombe raide du lé et ne revient plus

  2. Doria Ait Adjedjou

    décembre 7, 2016 à 10:34

    Cher El manchar,
    Votre article m’a tuée de rire (comme on dit) mais je vous en prie, faites attention aux fautes d’orthographe.
    Cordialement,
    Une lectrice qui adore vous lire

  3. ياسر

    décembre 7, 2016 à 11:15

    السلام عليكم
    الله المستعان

  4. Danny-Philippe Desgagné

    décembre 8, 2016 à 6:53

    Héhéhé… j’aime bien le dernier paragraphe !!

  5. KH

    décembre 9, 2016 à 8:48

    Piètre article

  6. UnLecteurContent

    décembre 11, 2016 à 2:47

    Pas mal ! Un article biographique complet de la personne d’Ali Haddad ! J’ai aimé vous lire.

  7. Kardachi

    mars 13, 2017 à 4:55

    Bonjour à tous,

    Et dire qu’un beau jour, çi missieu diviendra un ministre ou même un primieux ministre! Wallah!
    Salutations.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Actualités

Air Algérie rédige sa première lettre d’excuses en tamazight suite à un retard

Publié

dans

Par

excuses

Suite à l’officialisation de tamazight dans l’administration algérienne, de nombreuses institutions publiques ont déjà publié leurs premiers communiqués en lettres tifinagh. A l’instar du ministère de l’intérieur et des collectivités locales et de la radio nationale, Air Algérie appelée intimement R comme retard, vient de rédiger sa première publication en tamazight. Il s’agit d’une lettre d’excuses mise en ligne il y a 10 minutes sur son site internet. La compagnie aérienne nationale qui devient retardataire trilingue s’excuse comme à l’accoutumée d’un retard de deux jour et demi du vol AH5005 à destination de Paris Orly. Air Boomerang, a adressé une lettre à plus de 265 passagers, bloqués à l’aéroport international d’Alger où ils ont eu la malchance de fêter Yennayer dans le terminal A. “ⵏoⵓⵙ pⵔⴻⵙⴻⵏⵜoⵏⵙ ⵏoⵙ ⵙⵉⵏⵛⴻⵔⵙ ⴻⵅⵛⵓⵙⴻⵙ ⴷⵉⴼⴼⵉⵛⵓⵍⵜⴻⵙ ⵙⵓⵔⵯⴻⵏⵓⵙ ⵙⵓⵉⵜⴻⵙ ⴰ ⵛⴻ ⵔⴻⵜⴰⵔⴷ” Un texte littéralement traduit par “Nous présentons nos sincères excuses suite à ce petit retard de deux jours. Notre compagnie ne ménage aucun effort pour rétablir au plus vite la situation pour que vous puissiez arriver à votre destination dès l’année prochaine du calendrier berbère LOL. Assegas Amegaz 2947” .

Lire la suite

Actualités

Le gouvernement révèle avoir du mal à déchiffrer les revendications des médecins

Publié

dans

revendications

Le torchon brûle entre les médecins résidents et les pouvoirs publics. Et cela n’est pas prêt de s’arranger. Au lendemain de leur démonstration de force à Oran où ils étaient quelques dizaines de milliers à manifester, les médecins résidents ne décolèrent pas. Ils entendent poursuivre la protestation. Le premier ministre a pour sa part  indiqué “ne pas comprendre leurs revendications”.

“Faut soigner son écriture”

Que veulent les médecins résidents ?? Cette question simple en apparence, donne depuis une semaine du fil à retordre à bien des ministres et des hauts cadres de l’Etat. Les médecins grévistes affirment pourtant avoir remis au ministère de tutelle une plateforme revendicative qui recense les difficultés auxquelles est confronté le corps médical. Pourquoi donc ce silence des pouvoirs publics ? C’est le premier ministre Ahmed Ouyahia qui a fourni la réponse ce matin en avouant ne pas comprendre les revendications des médecins. “J’ai sous la main la lettre de doléances des médecins résidents. Je ne peux tout simplement pas la déchiffrer. Il faut soigner son écriture pour qu’on puisse se comprendre” déclare-t-il avant d’ajouter qu’il était bien beau de revendiquer des choses, encore fallait-il que cela fût lisible. Ahmed Ouyahia ajoute qu’il était sur le point de créer une commission parlementaire pour examiner les revendications des grévistes avant de se rappeler qu’un “parlementaire, ça ne lit même pas correctement l’arabe… Niveau difficulté, c’est comme si on demandait au président Bouteflika de faire un 400 mètre haies”

Un cryptologue pour nouer le dialogue

Pour sortir de l’impasse, le gouvernement a décidé d’engager un cryptologue. Une sorte d’homme-décodeur qui puisse déchiffrer l’écriture gribouilleuse des médecins et la retranscrire en caractères latins bien distincts. Un traducteur français-français, en somme. Ouyahia a déjà quelqu’un en vue… “dès qu’on m’a suggéré l’idée de trouver un homme pour traduire ce boulgi-boulga en français compréhensible, j’ai pensé aux pharmaciens puis je me suis dit que l’interprète de Ali Haddad pourrait également nous sortir d’affaire. Cet homme va débloquer la situation, j’en suis certain” s’enthousiasme le premier ministre.

Lire la suite