Le verdict est tombé hier, et c’est une vérité bien cauchemardesque qui a déchainé les passions dans les quatre coins du monde, sitôt fut-elle tombée : le candidat républicain Donald Trump a été élu président des Etats-Unis, l’emportant sur sa rivale démocrate Hilary Clinton. Une victoire, certes, mais totalement inattendue, voire inenvisageable, lorsque l’on sait que tous les sondages, aussi nombreux furent-ils, s’accordaient à favoriser la candidate démocrate. Une hypothèse qui de surcroît a été longuement confortée par les médias, mais à l’évidence, un élément décisif ayant fait pencher la balance du côté des républicains nous est passé entre les mailles du filet.
Akram Belarbi, notre correspondant aux Etats-Unis, qui était hier soir en direct avec nous depuis la Floride, l’un des fameux « swing states » ayant favorisé Trump a tenté de décrypter la situation. Il a ainsi abordé quelques électeurs, facilement reconnaissables par leurs fameux stickers « I voted » (J’ai voté), qu’ils exhibent fièrement sur leurs hauts, une fois leur devoir de citoyens accompli, et les a tout simplement interrogés sur ce qui a conditionné leur choix, apparemment de dernière minute. Les réponses sont sans appel, et nous avons sélectionné le meilleur témoignage pour vous.
« Vous savez, en tant que grande patriote, j’ai toujours accordé une importance capitale aux élections présidentielles de mon pays. Mais lorsque vous avez le choix entre la peste et le choléra, cela devient vite plus compliqué. Et pour tout vous avouer, j’ai failli ne pas voter cette année. Mais lorsque mon petit ami, très attaché à son look et à l’affût des dernières tendances capillaires a menacé de me quitter quand j’ai critiqué la coupe de cheveux de Trump en sa présence, j’ai eu un électrochoc. Et pour me racheter et sauver mon couple, j’ai voté Trump sans réfléchir, à la manière du nouveau président lorsqu’il s’exprime. Il faut dire que je n’avais rien à perdre non plus, à part l’homme de ma vie. Et avec le recul, je dois avouer que la coupe de cheveux de Donald a du caractère ! » nous a confié une Afro-américaine qui a préféré garder l’anonymat, craignant d’être expulsée.
Un cas que nous pensions d’abord isolé, tant l’histoire est à dormir debout, mais qui s’est avéré concerner 12% de l’électorat américain, qui ont voté Trump pour la simple, mais manifestement bonne raison que sa coupe de cheveux est comme qui dirait, stylée. Cette fameuse coupe, rappelons-le, est digne des plus grands maîtres de la coiffure, puisqu’à ce jour, aucune reproduction n’a été possible ; pas même une piètre réplique.
12%, un chiffre qui reste tout de même conséquent et qui aurait pu être clairement décisif. La question que tout le monde se pose à présent, à juste titre est la suivante : Hilary Clinton aurait-elle pu remporter les présidentielles avec un peu plus d’efforts sur sa coupe de cheveux ? Ce sujet, les grands politiciens l’aborderont prochainement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

S'abonner à la newsletter

Restez informés en gardant le sourire.

Vous pourriez aussi aimer

Ben Cheikh "Belloumi avait le niveau de Messi. Et moi j'étais meilleur que Belloumi. Wel fahem yefham"

L’analyste sportif et ancien joueur de la « mythique » équipe de…

Benyoues "Il faut non seulement dire Son Excellence mais aussi رضي الله عنه en parlant de Bouteflika"

Dans une interview accordée au magazine Le Brosseur, l’ancien ministre Amara Benyounes…

Marine Le Pen salue la décision de Gaïd Salah interdisant le drapeau algérien

Décidément, Ahmed Gaïd Salah n’a pas seulement perdu le nord, il a…

L’Algérie envoie une escadrille de 1000 mouches électroniques en Egypte

Les deux tyrans d’Afrique du Nord voient rouge. Quelques heures après l’impressionnant…