Avec des scies, on refait le monde

Loi de finances 2017 : le gouvernement prévoit d’imposer des taxes sur le bénéfice du doute

1

Le projet de Loi de finances 2017 a été adopté hier à la majorité par les députés de l’APN. Il prévoit une hausse générale des taxes, ce qui aura pour conséquence directe l’augmentation des prix du carburant, des pneus, de l’électro-ménager, du timbre fiscal pour le passeport enfin du diamètre de l’anus des Algériens. Les parlementaires qui ont voté pour la loi sont évidemment ceux du FLN et du RND qui ont levé la main pour montrer qu’ils sont d’accord pour qu’on nous la mette bien profond. On aurait demandé aux FDP parmi les députés de l’APN de lever la main, c’eût été les mêmes. Bref, c’est la première fois que des bras-cassés réussissent à lever aussi haut la main.

Mais la taxe qui est passée inaperçue, est la taxe sur le bénéfice du doute. Les Algériens qui seront pris de doute sans toutefois y succomber devront désormais verser à l’état un pécule. C’est la taxe sur le bénéfice du doute. La femme qui soupçonne son mari d’infidélité, le religieux dont la foi chancelle ou météo Algérie qui croit -souvent à tort- qu’il va pleuvoir demain, tous ceux-là seront contraints de passer à la caisse en 2017. Fini la gratuité de la suspicion. Selon, Abderrahmane Dourou, l’état ne pouvait mieux faire en matière de taxation “c’est un impôt ciblé qui est susceptible de renflouer les casses de l’état. Je pense que c’est la taxe la plus intelligente qu’un gouvernement n’ait jamais imposé à un peuple” explique-t-il. “Les Algériens sont connus pour être des mwessewsines voilà pourquoi, il me semble qu’avec l’instauration de cet impôt sur le bénéfice du doute les recettes fiscales vont connaître une augmentation conséquente” prévoit-il.

Un commentaire

  • yanis dit :

    surtout que nous on est tjr en doute avec c’est deux phrase répété souvent ” djabli rebbi” et ” ida ma khaftch nekdeb”- effectivement ils vont bien remplir leur caisse hhh

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

El Manchar