La tour de Pise, située en Toscane (Italie) est un monument célèbre dans le monde entier et classé patrimoine historique de l’UNESCO. Sa renommée est due non seulement à sa belle architecture, mais surtout, à sa forme étrangement inclinée qui donne l’impression qu’elle va tomber sur le côté d’un moment à l’autre. Ses travaux de construction ont commencé au 12ème siècle et ont duré de très longues années. Aujourd’hui achevée, elle est l’attraction de millions de touristes qui viennent du monde entier pour la voir de près et la photographier. Au travers des siècles, elle a acquis sa réputation d’inclinaison légendaire qui lui donne un aspect unique au monde.
Les scientifiques et les architectes ont mené plusieurs études à son sujet et ont démontré que son inclinaison s’accentue régulièrement. Des chercheurs en histoire et en architecture des bâtiments anciens ont longuement mené des études afin de connaitre les vraies raisons de cette position inclinée de la tour et savoir comment en est-on arrivé là. Le mystère a été récemment résolu, puisqu’une équipe de chercheurs et d’architectes qui a mené une recherche depuis environ 10 ans vient de rendre son rapport et ce que l’on y découvre est totalement édifiant. En effet, le rapport de recherche présenté indique que si la tour a bel et bien été dessinée par des architectes italiens, connus à l’époque pour leur génie inégalé, la position penchée de la tour s’expliquerait par le fait que les travaux de construction avaient été confiée à un entrepreneur…algérien, qui avait postulé à l’époque à un appel d’offre lancé par l’église catholique (propriétaire des lieux) pour engager les travaux de construction. Ce maçon algérien avait raflé le marché en s’engageant à terminer les travaux en 18 mois maximum pour un montant dérisoire. Pour la petite histoire, la construction de la tour a duré près de 2 siècles avec une interruption des travaux pendant 90 ans. Armé d’une équipe de maçons et de mains-d’œuvre spécialement ramenée d’Algérie, les travaux ont été entamés avec des matériaux locaux. Peu de gens connaissent la suite de l’histoire : le maçon algérien avait modifié de son propre chef, les plans dessinés par les architectes italiens car, semble-t-il, il les trouvait moches et non cohérents. C’est donc au niveau des fondations qu’il a le plus opéré des changements. Avant faire trainer les travaux en exigeant l’utilisation de fer et de ciment algériens. Ajouté à cela, le rythme de travail de la main d’œuvre qui trainait de jour en jour (voire d’année en année) à tel point que plusieurs générations de la famille du maçon se sont succédées au chantier qui ne sera déclaré terminé que près de 200 ans après. La suite et le résultat, on les connait.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

S'abonner à la newsletter

Restez informés en gardant le sourire :)