Now Reading
Le Wali d'Alger à propos des abribus transformés en chambres froides: "Nous sommes fiers d'avoir installé quelque chose d'utile aux algérois"

Le Wali d'Alger à propos des abribus transformés en chambres froides: "Nous sommes fiers d'avoir installé quelque chose d'utile aux algérois"

Avatar

Elle fait la polémique depuis que nous l’avons publiée hier sur notre page. La photo des abribus climatisés de la place Audin à Alger, transformés, le temps d’une journée, en chambres froides par les algérois du quartier en y ayant accroché leur moutons fraîchement égorgés, continue de susciter des réactions de tous bords et en tous genres. Et pour cause, ces équipements venaient à peine d’être installés à Alger, voire même, pour la première fois en Algérie. En pleine saison particulièrement chaude, les utilisateurs des bus algérois y ont trouvé un certain confort qui leur permettait d’attendre patiemment le bus ou le taxi en profitant d’une fraicheur quasi introuvable ailleurs. Leur inauguration s’était faite en grande pompe par le wali d’Alger en personne, le maire de Sidi-M’hamed et d’autres personnalités. Mais à peine installés, et coïncidant avec l’avènement de l’aïd el-kébir, des citoyens algérois se sont découvert un esprit intelligent et créatif en allant exploiter ces abribus comme chambres froides pour y accrocher leur mouton qui vient d’être égorgé, afin de le préserver des effets néfastes de la chaleur extérieure. Boualem, l’habitant du quartier qui a lancé en premier cette pratique était fier de lui-même. Il raconte qu’en voyant les abribus vides le matin de l’aïd, avec une climatisation qui tournait à fond, il s’est dit que l’idée était de profiter de cette situation pour préserver la chair de son mouton en attendant de le découper en morceaux. Il a donc été chercher un croc de boucher et avec l’aide d’amis, il accroche son mouton. Très vite, les autres voisins, séduits par l’idée ont ramené leur mouton et ont imité Boualem. L’image prise par notre photographe a fait le tour du web et suscité des réactions entre le rire et la désapprobation totale de ce geste. Devant l’ampleur que prenaient les choses, le Wali d’Alger a publié hier un communiqué de presse dans lequel il condamnait certes, la manière un peu archaïque dont ont été utilisés les abribus, mais en même temps, se félicitait d’avoir fait installé des équipements qui ont servi à quelque chose. Il a déclaré notamment « je suis particulièrement fier d’avoir installé ces abribus qui ont bien servi aux algérois même en dehors de leur objet initial. Cela nous encourage à les démultiplier ailleurs dans la capitale. »

© 2021 El Manchar. Tous droits réservés.
Scroll To Top