L’Etat auto-proclamé Islamique fait-il du pied au comité international olympique ? C’est ce que laisse croire en tout cas, les dernières déclarations d’Abou Rahmane El Riyadhi, ministre de la jeunesse et des sports de l’EI, à la revue Dabiq. Selon le ministre terroriste, Daech a réussi à avoir en peu de temps une place importante sur la scène mondiale et il serait honteux de l’exclure pour quelque motif que ce soit des compétitions sportives internationales. Aussi, estime-t-il que le califat a le droit de participer aux jeux olympiques au même titre que toutes les autres nations.
Participer aux JO, oui, mais pas dans n’importe quelles conditions. “Les JO sous leur forme actuelle ne sont pas très adaptés aux principes et à l’idéologie du califat” regrette Abou Rahmane El Riyadhi” avant de poursuivre “Voilà pourquoi nous invitons le CIO à repenser cette compétition. Nous sommes prêts à leur fournir notre assistance”. Pour le ministre de l’EI, “le lancer de poids doit servir de préférence à lapider une femme”, c’est alors que “les sportifs du califat prendront part aux JO de Rio”

Des sports pas comme les autres

L’Etat Islamique plaide pour l’introduction de plusieurs disciplines “sportives” inconnues du genre humain et largement pratiquées, semble-t-il, dans le califat. La revue Dabiq revient sur ces disciplines bizarres en les révélant au grand public:
La décapitation artistique : C’est de loin le sport le plus populaire chez Daech. Il consiste à mettre à genoux un être humain sans distinction d’âge ou de sexe vêtu de combinaison orange, et de lui faire couper la tête par un bourreau qui exécute des figures au moment de la décapitation. Un jury note alors le bourreau sur l'”élégance” de son funeste geste.
Le lancer de pédés : C’est l’équivalent daechien du lancer du marteau. Il consiste à prendre un homosexuel par les pieds et à le lancer le plus loin possible. Le terrain privilégié pour pratiquer ce sport est les terrasses d’immeubles d’au moins 5 étages.
La flagellation synchronisée : Sport calqué sur la natation synchronisée. Discipline très exigeante et complexe, elle demande une très grande force cardio-respiratoire ainsi qu’une grande énergie musculaire. Les athlètes doivent être souples, puissants, créatifs et endurants. Munis d’un fouet, ils doivent porter des coups à leur victime en suivant un rythme musical. Proche de la danse, la flagellation synchronisée doit faire preuve de grâce, d’élégance, de beauté et de rigueur. La synchronisation, et l’esprit sportif est requis.
 
 
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

S'abonner à la newsletter

Restez informés en gardant le sourire.

Vous pourriez aussi aimer

Djamel Belmadi arrêté par des agents en civil à Sidi Moussa

Djamel Belmadi a été arrêté par les forces de l’ordre mardi soir,…

Finale 1500m : Makhloufi “Je vais courir comme un manifestant pourchassé par les flics”

Le champion olympique du 1500 m s’est qualifié hier soir pour la…

Appel à témoins pour la disparition inquiétante de Ali Bencheikh

Un appel à témoins est lancé par la police pour la disparition inquiétante de l’ex international algérien Ali…

Slimani réclame 2 millions d'euros et une place de titulaire pour rendre la coupe d'Afrique

L’Algérie vient à nouveau de marquer l’histoire du sport en décrochant la…