En train de lire
Après un historique congé de 5 jours de suite fériés, la moitié des algériens a oublié de se lever pour aller au boulot ce dimanche

Après un historique congé de 5 jours de suite fériés, la moitié des algériens a oublié de se lever pour aller au boulot ce dimanche

Avatar

5 jours de suite en congés. C’est tout simplement exceptionnel dans l’histoire de l’Algérie. Les algériens ont enchainé un congé de 5 jours fériés de suite durant la semaine dernière. Une situation qui a commencé le 5 juillet, fête de l’indépendance, suivie de 2 jours de l’aïd el-Fitr, avant de finir sur deux jours de week-end.
On peut donc dire que les algériens en ont bien profité pour aller partout : chez la famille, chez les amis, faire du tourisme, ou tout simplement rester chez soi à ne rien faire, juste se reposer.
En tous les cas, ils se sont reposé, les algériens, tellement bien reposés que dimanche, nous avons assisté à une scène de rue incroyable : à 8h du matin, alors que c’était censé être jour de reprise du travail pour tout le monde, on avait l’impression que nous étions un vendredi matin, jour traditionnellement connu pour être un jour de week-end où la circulation est quasiment nulle.
C’était donc comme ça ce dimanche : très peu de voitures sur les routes, des gens pas réveillés, quelques rares magasins ouverts et des villes au ralenti.
Après enquête et recherche, il s’est avéré que la série de 5 jours fériés dont on a bénéficié a eu un impact direct sur les habitudes quotidiennes. En effet, selon un sondage, la moitié des algériens qui devaient aller travailler ont tout simplement oublié de se lever le matin, l’autre moitié, qui a eu un peu plus de mémoire, mais pas tant que ça finalement, a oublié le chemin qui mène au bureau, à l’usine ou au chantier.
Ce n’est que vers 11h30 que nous avons commencé à constater un mouvement (in)habituel de gens qui vont et qui viennent dans tous les sens et une reprise progressive du trafic routier avec les bouchons classiques sur toutes les principales artères.
Les employeurs ne semblent pas vouloir prendre des mesures disciplinaires contre les absents et les retardataires puisque ce phénomène a été général, mais surtout que, les patrons eux-mêmes étaient absents ou en retard ce jour aussi.

© 2021 El Manchar. Tous droits réservés.
Revenir en haut