En train de lire
l’Etat invite les enfants à souscrire un emprunt obligataire avec l’argent reçu à l’aïd

l’Etat invite les enfants à souscrire un emprunt obligataire avec l’argent reçu à l’aïd

Avatar

L’aïd a été accueilli avec bonheur par les algériens qui ont enfin pu reprendre leur quotidien normal, notamment d’un point de vue nourriture et repos. Ils vont en effet pouvoir se poser un peu après de longues nuits ramadanesques ponctuées pour les uns par un recueillement religieux dans les mosquées et pour les autres, par des soirées artistiques ou simplement familiales, jusqu’à l’aube.
L’arrivée de l’aïd a été aussi une journée particulièrement heureuse pour des millions d’enfants qui ont pu sortir leurs plus beaux habits et chaussures, souvent neufs, pour se pavaner dans les rues dans la joie et la bonne humeur.
Cela été aussi l’occasion pour eux, comme le veut la tradition de recevoir de l’argent liquide de la part des proches, des voisins, des parents,… argent avec lequel, ils avaient droit de faire ce qu’ils voulaient.
Seulement voilà, à côté de cette belle journée et de cette bonne humeur qui pouvaient quelque peu faire oublier les affres de la vie quotidienne, l’Etat, ç travers le ministère des finances, est venu gâcher ce moment de pur bonheur pour les citoyens, en essayant encore de piocher dans leurs poches. Mais cette fois-ci, dans les poches des enfants.
Etant toujours en panne d’inspiration pour trouver des financements pour le trésor public, le ministre des finances n’a pas trouvé mieux que de lancer un appel à tous les enfants en bas âge, ayant reçu de l’argent pour l’aïd de la part de leurs proches, afin de venir souscrire un emprunt obligataire « spécial enfants », sur le modèle de celui qui avait été lancé récemment, sans succès, en promettant un taux d’intérêt « très alléchant » selon lui, de 6,5% sur 3 ans.
Il a bien sûr invoqué, comme c’est de coutume chez nous gouvernants, l’esprit de solidarité nationale et de patriotisme qui devront être déployés pour sauver la patrie d’une banqueroute quasi-certaine.
Pour cela, il promet de faciliter les opérations bancaires et invite les parents à encourager leurs enfants à faire ce geste hautement symbolique pour le pays.
Alors que les caisses de l’Etat ont été vidées en un laps de temps record, on se demande bien si les enfants des ministres et autres responsables politiques seraient concernés par cette mesure. A coup sûr, non ! puisque ces enfants de responsables reçoivent certainement de l’euro à la place du dinar à l’aïd. Nous n’avons pas encore entendu parler d’une opération d’emprunt obligataire en devise. Dommage !
hah

© 2021 El Manchar. Tous droits réservés.
Revenir en haut